6/9/19 Arrivée à Ile Ifé

Ce billet fait partie d’une série consacrée à la mission de Cécile de Seréville Niel au Nigéria. Vous pouvez retrouver son aventure sur cette page : https://craham.hypotheses.org/category/nigeria

Bonjour d’Ile Ife où nous sommes bien arrivés cet après-midi après un voyage assez long en temps pour faire un peu plus de 250 à 300 km. Après une courte nuit, reposante néanmoins, et un très bon petit déjeuner (nous savions que nous n’allions sans doute pas avoir à déjeuner), nous sommes partis vers 9h-9h15 ce matin de la tour Total de Lagos. J’ai bien cru que nous n’allions jamais arriver puisqu’à peine cinq mètres après être sortis en voiture de chez Total, nous nous sommes faits arrêtés par une policière, assez peu aimable d’expression et bien énervée, qui nous a demandé de nous arrêter au beau milieu d’un énorme rond-point… ce qui a inévitablement fortement ralenti la fluidité des autres voitures qui déjà mettaient du temps à passer, mais bon… Et voilà qu’elle et son collègue s’agitent dans tous les sens en parlant fort et en montrant visiblement leur forte colère à notre chauffeur. Arrivent ensuite une, puis deux, puis trois voitures de police (avec des uniformes différents à chaque fois) auxquels se sont ajoutés les gardiens/policiers de chez Total… Nous, dans la voiture nous ne comprenions rien mais on voyait que ça chauffait !!! Notre autre voiture a dû revenir et notre correspondant local, Josef, a dû négocier ferme notre « libération » pour que notre voiture puisse reprendre la route. Après au moins 30 min de palabres et d’invectives entre policiers et avec nos chauffeurs, on a pu repartir et s’engager sur la route vers Ibadan.

La route s’est avérée certes fort longue en temps mais plus que pittoresque, car à la fois pleine de paysages par moment superbes, notamment dans la partie plus « nature » au nord de Lagos, mais aussi empreinte d’une grande pauvreté et d’une saleté impressionnantes à mes yeux d’occidentale. Si j’ai pu prendre des photos à travers la vitre de la voiture, je ne suis pas certaine qu’elles soient très belles Autre chose qui étonne, c’est le nombre de vendeurs de fruits, de légumes et produits divers -inconnus de chez nous- la capacité des gens à traverser l’autoroute avec des voitures qui leur arrivent dessus à pleine vitesse (de vrais kamikazes), et le concours des hommes se soulageant sur le bas-côté en pleine vue de tous… à croire qu’il n’y a aucune toilette nulle part…

La route est à peu près bien entretenue ou du moins carrossable la plupart du temps, mais par moments totalement défoncée avec d’énormes ornières, parfois profondes, et les gens roulent à pleine vitesse là-dedans et, même sans avoir un 4×4, surprenant qu’ils n’aient pas davantage d’accidents !! Il y a eu quelques dépassements où nous avons bien cru voir notre dernière arrivée !! Notre chauffeur était toutefois très sympa, il avait mis de la musique pop locale et chantait et remuait au rythme des chansons qu’il connaissait par cœur, tout en téléphonant, klaxonnant et manoeuvrant pour éviter les trous dans la route. La pluie battante a rythmé le bon dernier tiers du trajet. Espérons que le temps s’arrange pour la fouille sinon cela va être compliqué, notamment pour les collègues qui travaillent avec des drones pour faire de la photogrammétrie.

Les klaxons… rhaaa, les klaxons… tout un monde ici, je crois qu’ils doivent être conditionnés pour appuyer dessus dès qu’une occasion se présente. C’est à la fois drôle et ça finit parfois par devenir assourdissant (dans les bouchons… une horreur !). Je serais, en tous les cas, totalement incapable de rouler avec une telle circulation !! Je pense que tout moniteur d’auto-école deviendrait malade ici !

Arrivée vers 15h à l’hôtel et octroi d’une petite chambre, mais avec la clim’, un petit frigo qui fonctionne et il ne fait pas trop chaud. Rangement de nos petites affaires avant d’aller dîner.

Tout le monde est fatigué de la route et comme la nuit tombe vite (dès 18h, il fait nuit), après un pot d’accueil vers 15h30 (en gros, une bière), discussion générale sur le déroulement de la fouille jusqu’au moment du repas (enfin ! Car nous commencions à avoir l’estomac dans les talons) vers 18h. Difficile de manger plus tard car il n’y a quasiment pas de lumière dans la salle du restaurant. Repas fait d’un mélange bizarre gris en boule, de nature assez peu ragoutante et indéfinissable sans réel goût (a priori fait à partir de racine d’igname et de manioc) et de poulet mariné avec des légumes verts du type épinards… le tout très, très pimenté… Demande générale à la cuisinière de moins pimenter les plats au risque de tuer l’équipe avant même d’avoir commencé à fouiller.

Demain, samedi, visite du site prévue, des sondages réalisés l’an dernier, préparer le carroyage et aller faire acheter ce qu’il faut pour avoir internet.

Mauvaise nouvelle, j’ai explosé mon écran de téléphone… il pleuvait à verse quand nous sommes arrivés et en sortant rapidement de la voiture, il est tombé violemment sur le sol et la vitre est cassée. J’ai mis du scotch pour éviter que le verre ne s’écaille totalement et il a l’air de toujours fonctionner, mais je crois que j’ai trouvé mon idée de cadeau de Noël… 😊


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.