5/9/2019 – Départ de Caen pour le Nigéria

Ce billet fait partie d’une série consacrée à la mission de Cécile de Seréville Niel au Nigéria. Vous pouvez retrouver son aventure sur cette page : https://craham.hypotheses.org/category/nigeria

Premier message du journal de bord que je me propose de tenir au fil de l’eau (si je peux). 

Pour le moment, pas de souci, je suis encore sur le territoire national donc tout va bien 😀
Le voyage jusqu’à la capitale s’est très bien passé sans aucun problème ou panne de train pour une fois. En dehors des traditionnels bouchons parisiens tout s’est bien déroulé également pour atteindre l’aéroport CDG. Vu la chaleur qui régnait dans la capitale (du moins c’est l’impression que j’en ai eu), c’était un bon premier entraînement pour supporter la moiteur de l’atmosphère !!!

Le temps pris par le bus pour sortir de Paris m’a permis de constater la surpopulation parisienne : que de monde, que de monde partout…, ça marche dans tous les sens, ça klaxonne, ça râle, peste et harangue les autres sans cesse… amusant de voir la réaction des gens quand on est tranquillement assise dans un bus et sans stress particulier d’horaires, sans doute nettement moins drôle à vivre quand cela est quotidien et qu’on est pressé. Au cours du trajet, et vu les bouchons, j’ai eu tout le loisir malheureusement aussi de voir combien la misère est de plus en plus nettement visible dans certains quartiers, notamment porte de la Chapelle (beaucoup de tentes, de groupes de personnes ou de familles visiblement à la rue). 

L’arrivée au terminal 2F ayant pris un peu de retard par rapport à ce qui était affiché (changement de bus en cours de route pour cause de panne) cela m’a permis de discuter avec des Japonais en goguette (à qui j’avais expliqué les raisons du changement de bus) qui, pour le coup, étaient devenus bavards ensuite, marrant d’essayer de comprendre leur anglais et eux le mien ! 
Dépose de mes 2 grosses valises à la consigne (mauvaise surprise, contrairement à ce qui est pourtant annoncé par Air France, le service n’est pas du tout gratuit). Tant pis, j’ai quand même laissé mes bagages car cela m’a permis de vérifier que leur poids était correct pour le vol de demain.
Navette ensuite vers l’hôtel (a priori gratuite à l’aller, mais payante au retour !) et là, très belle surprise, puisque j’ai eu la chance d’avoir une chambre surclassée (peut-être bien parce que j’ai eu la veine de passer après un client assez difficile et fort désagréable ?). Bref, la chambre est grande, spacieuse et très belle avec plein de petits détails qui font toute la différence d’une simple chambre d’hôtel (peignoir, chaussons, produits beauté en veux-tu en voilà à disposition, thé/café/petits gâteaux secs, énormes oreillers, moquette épaisse…un luxe très appréciable, mais auquel il ne faudrait pas que je m’habitue trop car cela m’étonnerait fort que cela se perpétue ainsi au Nigéria !! 

Diner rapide (en tête à tête avec moi-même, la conversation était intense…), mais que cela est intéressant de voir les interactions des voyageurs étrangers (beaucoup de gens très concentrés sur leur portable), d’entendre les questions sur la “gastronomie” locale proposée dans ce type d’hôtel ou d’observer le ballet des serveur·s·es qui tentent de rendre le séjour des résidents le plus agréable possible… sociologiquement intéressant. Le programme a ensuite simplement consisté à me mettre sous la couette et à dormir pour évacuer le stress du départ (et celui des clefs égarées d’une de mes valises au moment de la boucler).

En tous les cas, merci à tous les collègues pour leurs très gentils messages reçus tout au long de la journée, ça fait chaud au coeur et, et…, et j’aurai presque le blues de partir si je n’étais aussi excitée par l’envie de participer à une telle opération !!!! 
Amicalement et à demain pour la suite des aventures nigérianes !!

Cécile


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.