ARCHÉAN. Enjeux scientifiques et documentaires de la publication numérique des données de fouilles

Ce projet est une co-construction du Craham, Claire Hanusse (MCF-HDR), Diane Rego (post-doctorante), Bérengère Kufs (IE en CDD) et du Pôle Document Numérique, Pierre-Yves Buard (IR) et Tiphaine Théroux (IE).

La diffusion et la valorisation des résultats de fouilles archéologiques sont une préoccupation ancienne des archéologues, qui avait justifié la tenue de tables rondes dans les années 1980. Ces discussions ont conduit à privilégier la publication de synthèses, tandis que les différents inventaires ont été réservés aux rapports de fouilles. De plus, de nombreuses publications fondent leurs interprétations spatio-temporelles sur une simple sélection de matériel. Aujourd’hui, la mise en ligne des rapports de fouilles ou leur diffusion au format PDF permettent un accès rapide aux données initialement traitées, répondant ainsi aux contraintes légales, administratives et scientifiques. Cependant, la question de l’éditorialisation des résultats et celle de la mise à disposition des données sous une forme scientifique structurée ne sont pas encore résolues.

Le projet ARCHEAN, financé par la région Normandie (RIN CORNUM) aborde la problématique de la gestion et de l’édition de documents complexes, articulant éléments discursifs et données documentaires. C’est un objectif scientifique que l’outil numérique rend atteignable. Ce questionnement central a été exploré et balisé par nos collègues du Pôle Document Numérique, au travers notamment de la chaîne éditoriale Métopes enrichie par la collaboration avec OpenEdition. C’était aussi une préoccupation d’archéologues du Craham dès 2013, qui ont participé au Consortium MASA (Mémoires des archéologues et des sites archéologiques) du TGIR Huma-Num pour la mise en valeur des archives du doyen M. de Boüard (élaboration d’un plan de classement, numérisation des archives et mise en ligne). Si l’enjeu concerne de nombreuses disciplines, l’archéologie constitue un cas d’école, du fait de la grande variété de documents produits.

L’enjeu scientifique est double, car nous souhaitons construire un outil d’édition numérique des fouilles archéologiques mais aussi éprouver notre démarche en l’appliquant aux fouilles du hameau de Trainecourt à Grentheville.

Une expérimentation centrée sur la publication d’un site resté quasiment inédit : le hameau de Trainecourt

Localisé dans la commune de Grentheville, aux portes de Caen, le site de Trainecourt a fait l’objet de fouilles préventives, d’abord sous la responsabilité de C. Lorren (1987-1988) puis de M.-C. Taupin (1988-1994), qui ont mis au jour les vestiges d’un habitat des XIIIe-XVe siècles. Ce hameau a été fouillé dans son intégralité, ce qui demeure un cas exceptionnel en Europe dans les contextes de paysage ouvert. Il dépendait au bas Moyen Âge de la paroisse Saint-Rémi de Grentheville, dont l’église se situait à 900 m à l’ouest. En forme de « village-rue », sur 300 m de long, soixante-dix unités d’habitation ont été identifiées, correspondant à quatre-vingt-dix structures bâties, auxquelles s’ajoutent de multiples structures excavées (fosses et fossés), vestiges ténus des occupations protohistorique et antique. Les unités parcellaires du bas Moyen Âge sont donc réparties de part et d’autre d’un axe de circulation principal et d’axes secondaires. La fouille a montré que le bâti subit des transformations importantes, telles que l’agrandissement de maisons initiales par l’aménagement d’une pièce à une extrémité, entraînant la modification du cloisonnement et/ou le déplacement des ouvertures ; ou encore l’ajout de nouvelles constructions dans la parcelle, contiguës ou non aux structures antérieures. On observe également l’abandon d’une partie, ou de la totalité, des structures localisées dans une même parcelle, entraînant une réduction de la densité des unités jusqu’à la désertion du hameau. M.-C. Taupin a proposé le phasage du site suivant : un processus de croissance de l’habitat au XIIIe siècle, suivi de la réduction progressive du nombre d’unités à partir du premier quart du XIVe siècle ; puis un abandon progressif amorcé dans la deuxième moitié du XIVe siècle. Ainsi, au début du XVe siècle, il ne resterait que huit fermes, toutes délaissées avant la fin de ce siècle.

 L’articulation du projet Archean avec le PCR Trainecourt.

L’ampleur de la fouille, la diversité et l’abondance du mobilier recueilli (monnaies, matrices de sceau, objets métalliques, verre, objets en bois, ardoises gravées et céramique) font de ce site une référence en Normandie et dans le nord-ouest de la France. Cette fouille exhaustive n’a fait l’objet d’aucune publication monographique ; c’est ici le but poursuivi depuis plusieurs années par le Projet Collectif de Recherche coordonné par C. Hanusse et financé par le Service régional de l’archéologie du Ministère de la Culture, avec lequel ARCHEAN s’articule. En effet, le PCR a permis le récolement de la documentation analogique conservée par M.-C. Taupin (carnets et cahiers de terrain) ainsi que la numérisation d’une partie de ces archives (photographies, dessins de mobilier, plan sur calques, etc.), mais aussi des études de mobilier (céramique par M. Leclerc), et surtout la construction d’un système d’information géographique (SIG) (C. Riquier). Cette redocumentarisation se poursuit dans le cadre d’ARCHEAN grâce au travail de B. Kufs (contrat de 12 mois). La ré-analyse des structures est principalement assurée par D. Rego (post-doctorat de 22 mois). Enfin, des spécialistes sont associés pour l’étude des mobiliers mis au jour ; ils se sont également engagés dans l’expérimentation d’éditorialisation numérique dans le cadre d’ARCHEAN.

La ré-analyse des données archéologiques offre la possibilité de retracer la morphogenèse d’un hameau, d’analyser les transformations du bâti et de produire ainsi une analyse fine des espaces, permettant de formuler une lecture sociale de cet habitat au sein du contexte économique et politique de la fin du Moyen Âge. La confrontation avec les sources textuelles, dépouillée par M. Casset, participe à ces perspectives. La documentation traitée et l’argumentaire qui fonde nos propositions seront publiés en ligne et ainsi mis à disposition du grand public, des spécialistes ayant contribué à l’étude et d’autres chercheurs.

Une réflexion épistémologique et méthodique sur la publication des données issues des fouilles archéologiques

La ré-analyse des structures archéologiques impose un questionnement global sur la formalisation des données en vue d’une diffusion des résultats ; elle conduit aussi à une réflexion sur les perspectives éditoriales dès la phase d’acquisition des données sur le terrain, ce que les outils numériques (XML-TEI et XML-EAD combinés) rendent aujourd’hui possible. Plusieurs exigences se sont imposées : la définition de normes de représentation des données primaires ; la documentation des processus d’annotation et de mise en relation sémantique ; la garantie d’un archivage et d’un accès pérennes à cette documentation, et enfin l’assurance de la consultation publique des résultats au-delà du cercle des spécialistes.

Ce projet visant à doter les archéologues d’un outillage numérique de haut niveau doit leur permettre de produire des bases de connaissances interopérables et de valoriser les travaux scientifiques. Cette dimension innovante s’intègre dans les travaux du Consortium MASA II du TGIR HumaNum, examinant les solutions d’interopérabilité fondées sur la modélisation d’une ontologie des bases de données archéologiques.

Par ailleurs, la question du vocabulaire employé pour décrire les vestiges archéologiques et pour développer notre méthode intègre pleinement nos préoccupations. En nous inspirant des travaux de chercheurs intéressés par la normalisation des termes, nous souhaitons adopter une terminologie explicite, standardisée et expliquée grâce à la constitution d’un lexique – dont certains termes seront versés à PACTOLS. Ce principe d’homogénéisation du vocabulaire est aussi une étape indispensable pour la structuration en XML, tendant vers l’interopérabilité des données.

Le plan du site. Etat du XIVe siècle.

Afin de faire face à l’accumulation de données de terrain, caractéristique de notre champ disciplinaire, et de réfléchir dès cette phase de collecte à l’éditorialisation imprimée et/ou numérique des résultats, nous nous inspirons de l’archéologie théorique et du schéma logiciste développé par J.-C. Gardin, dont l’objectif est l’explicitation de toute démarche intellectuelle ayant abouti à une interprétation. En se fondant sur des propositions initiales correspondant à des observations non interprétées, le raisonnement est construit étape par étape sur des propositions présentées sous forme d’un diagramme.

Le projet ARCHEAN vise à établir une méthodologie facilitant à la fois la construction et l’explicitation d’interprétations fondées sur les données de terrain. Disposant pour Trainecourt d’une documentation analogique et d’un système d’enregistrement interprétatif par carrés de 3 m de côté, D. Rego a dû élaborer une méthode de déconstruction des interprétations, ramenées à des attributs initiaux – désignés comme des « faits ». L’outil ainsi créé permet aussi de pointer des lacunes ou des absences, de vérifier la validité de certaines observations, de les enrichir de métadonnées et de préparer ainsi l’édition XML de ces données tout en réfléchissant à la structuration logiciste des propositions effectuées. Enfin, cette démarche est amplement facilitée par le démonstrateur élaboré par T. Théroux, qui permet de visualiser les photographies et le mobilier archéologique associés à leurs métadonnées. Il nous conduit aussi à tester la publication des résultats ainsi que la création d’une interface de saisie confortable.

Copie d’écran du démonstrateur Archean, rubrique “Inventaire mobilier”.
 
Diane Rego, docteure en archéologie (2018, voir compte rendu soutenance : https://craham.hypotheses.org/1737), est actuellement post-doctorante au Craham. 
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article664


Comment citer cet article : Diane Régo, « Soutenance de thèse de Fabien Paquet (8/12/2018) », dans Les Échos du Craham, 20/12/2018, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1779 ISSN : 2552-3139.
Comment citer cet article : Diane Rego, « ARCHÉAN. Enjeux scientifiques et documentaires de la publication numérique des données de fouilles », dans Les Échos du Craham, 02/07/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2414, consulté le 14/10/2019, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.