Vivre au pied de la cathédrale Notre-Dame à Rouen

Bénédicte Guillot, Inrap, Craham

L’aménagement du parvis sud de la cathédrale Notre-Dame à Rouen dans le cadre des travaux de rénovation du centre historique de Rouen par la Métropole Rouen Normandie permet d’étudier, depuis le début de cette année, les vestiges d’un quartier d’habitation détruit lors de la seconde guerre mondiale. La majeure partie des quartiers sud de la vieille ville de Rouen a en effet été détruite par un grand incendie lors de la prise de la cité par l’armée allemande en 1940. Afin de protéger la cathédrale du feu, le pâté de maisons au sud de l’édifice est dynamité en juin 1940. Après la guerre, les travaux redessinent complètement le quartier et les nouveaux habitats sont construits en retrait par rapport aux anciennes voiries.

L’objectif premier de la fouille est donc de restituer le parcellaire avant les travaux de reconstruction des années 1950. Le quartier était alors très dense, avec des rues étroites, des édifices en front de rue, dotés pour la plupart de caves en sous-sols, des bâtiments annexes, des arrière-cours et des venelles. Des gravures et des photographies montrent que les maisons étaient en pans de bois sur des solins en pierre. Les boutiques, au rez-de-chaussée, étaient surmontées de quatre étages et de combles. Un recensement des caves de la ville par le service de la Défense Passive a été effectué en 1939, enrichissant ainsi notre connaissance du quartier. Conservé aux Archives municipales de Rouen, il s’agit d’un inventaire complet, maison par maison, des caves pouvant ou non servir d’abri lors de bombardements. Il s’accompagne, le cas échéant, de devis pour des travaux de mise en sécurité des lieux, avec des plans plus détaillés. Chaque fiche comprend une description sommaire de l’immeuble, de la cave avec plan, mesures exactes, emplacement des entrées, etc., et le nombre d’habitants pouvant s’y réfugier. Un listing final précise s’il s’agit d’une cave familiale (ne pouvant contenir que les occupants/employés) ou si la cave peut être enregistrée comme abri public.

Photogrammétrie de la cave médiévale avec à gauche l’escalier à vis et à droite l’escalier droit postérieur ouvrant sur le parvis de la cathédrale (S. Le Maho)

La fouille du parvis a permis d’étudier l’occupation dans cinq parcelles et une partie du parvis. Malgré le biais induit par l’opération (menée dans le cadre d’un suivi de travaux, donc avec une cote de fin de fouille assez haute), la campagne de janvier a été très enrichissante avec, en particulier, la mise en évidence d’une cave d’époque médiévale, construite en petits appareils calcaires, large de 3,70 m pour une longueur de 11 m environ. À l’origine, son accès se faisait par le sud, dans la partie arrière de la parcelle, par un escalier à vis. À l’époque moderne, la cave a été agrandie du côté nord, vers la cathédrale, et un escalier droit aménagé dans le pignon. Les caves étaient toutes comblées avec du mobilier directement issu de la démolition de 1940, principalement des blocs calcaires fragmentés, signe d’une récupération des éléments encore utilisables très intense, des briques et quelques éléments témoins de l’incendie. On peut citer des bouteilles en verre soudées par la chaleur, ou des pots en verre dont le contenu s’est solidifié. Des analyses chimiques permettront à terme de connaître la composition de ces pots, retrouvés ensemble au pied de l’escalier droit de la cave médiévale. Parmi le reste du mobilier, on trouve des éléments de la vie quotidienne, comme un fer à repasser ou une machine à coudre, mais aussi la plaque de la « rue du Change » ou l’amorce d’un film de 9,5 mm, malheureusement vierge.

Bouteille en verre en partie fondue par la chaleur de l’incendie (B. Guillot)

Une des surprises de la fouille a été la découverte d’un abri anti-aérien allemand de type « Luftschutz », installé dans une des maisons détruites en réutilisant les murs d’une cave et en construisant une voûte en béton armé. La cave médiévale est également transformée en abri, avec un renforcement de sa voûte à l’aide de trois arcs en béton armé. Ces deux installations ont été étudiées par l’association Bunker Archéo Région Dieppe, qui a déterminé une date de construction entre 1940 et 1942, selon un modèle non standard, la présence d’anciennes caves et la proximité de la cathédrale, édifice peu susceptible d’être bombardé, expliquant le choix d’une telle localisation et le plan des abris.

Ancienne plaque de la « rue du Change » (B. Guillot)

Depuis la mi-juin un nouveau secteur est ouvert, le long de la rue du Change, au sud de la cathédrale. De nouvelles habitations sont en cours d’étude, y compris celles installées au XIXe siècle dans l’ancienne église de la Madeleine appartenant à l’hôtel-Dieu de Rouen. Selon les travaux de Lise Levieux dans le cadre de sa thèse sur « le rôle des communautés religieuse dans la fabrique urbaine de Rouen (Xe-XVe siècle) », soutenue en 2018, l’hôtel-Dieu est implanté au sud de la cathédrale au cours du XIVe siècle et reste au cœur de la ville jusqu’au XVIIIe siècle. L’église est dans l’angle nord-est de la parcelle, les bâtiments conventuels au sud-ouest et les édifices de soin au sud-est. La fouille actuelle ne concerne qu’une partie de l’église, le reste de la parcelle se situant sous les constructions récentes, mais il s’agit de la première fois où on peut étudier cet ensemble et localiser précisément l’église.

Petites fioles en verre découvertes dans une des caves (B. Guillot)

Bénédicte Guillot est archéologue, ingénieure chargée de recherche à l’Institut national de recherches archéologiques préventives et membre permanent du Craham. Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article485

Comment citer cet article : Bénédicte Guillot, « Vivre au pied de la cathédrale Notre-Dame à Rouen », dans Les Échos du Craham, 02/07/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2406, consulté le 06/12/2019, ISSN : 2552-3139.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.