Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe siècle : construction, influence, évolution (Ariano Irpino, 9-10 mai 2016)

Le colloque « Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe siècle : construction, influence, évolution » (resp. P. Bauduin et E. D’Angelo) s’est déroulé à Ariano Irpino les 9-10 mai 2016. Organisé par le Centre Michel de Boüard-Craham de Caen et le Centro Europeo di Studi Normanni d’Ariano Irpino, avec le concours de l’Institut universitaire de France et l’appui du Centro di studi genetici Biogem, il a réuni 20 chercheurs venus de France, d’Italie et du Royaume-Uni. Il se proposait d’examiner les «  modèles historiographiques », élaborés pour l’étude des mondes normands médiévaux, c’est-à-dire les grilles d’interprétation du passé qui orientent durablement notre lecture et notre compréhension des faits historiques dans chacun des pays ou régions concernés par l’expansion des Normands. Il s’agissait notamment d’étudier les constructions historiographiques élaborées depuis le XVIIe siècle, en voyant la place des « Normands » dans le « roman national » élaboré dans chaque pays, mais aussi d’évaluer leur influence sur notre connaissance de l’histoire des mondes normands. Le colloque se proposait donc de considérer quelques-uns des axiomes qui ont influencé les débats historiographiques et d’en comprendre la généalogie, les implications, la prégnance, le rejet ou la déconstruction. Après une introduction présentant les grandes orientations de ces journées, le colloque était organisé en trois sessions : « La construction de l’histoire des Normands », « Mythes, représentations et historiographie » et «  Historiographies comparées ». Il a permis de ­reconsidérer l’historiographie juridique du XVIIIe siècle et d’examiner de manière précise l’œuvre, les méthodes de travail, les points de vue ou l’influence de quelques-uns des historiens qui ont marqué l’histoire des mondes normands depuis le XIXe siècle d’Augustin Thierry, Gabriel Monod, Henri Prentout, Ferdinand Lot, à Charles Homer Haskins, Evelyn Jamison, et beaucoup d’autres auteurs abordés plus sommairement. Le colloque a abordé les différentes manières d’écrire l’histoire des Normands, en Normandie, en Angleterre, en Italie méridionale, en Norvège, de manière globale ou en partant de sources (ex.  Historia Sicula), d’objets, de figures, d’épisodes ou d’événements particuliers (la conquête de l’Angleterre, le recouvrement de la Normandie par Philippe Auguste, les croisades, la rencontre de Sigurðr ­Jórsalafari avec Roger II de Sicile). La transmission de l’histoire des Normands – et des mythes qui y sont parfois associés –, par le biais du cinéma ou de la bande dessinée a également été abordée. D’autres communications ont privilégié des approches plus thématiques, souvent placées dans une perspective comparative (construction de l’État, rôle des études toponymiques, attitudes à l’égard des études génétiques, question du genre). Le colloque a permis ainsi de préciser les grandes évolutions (diachroniques et culturelles) ou différences (synchroniques et géographiques) de l’historiographie des mondes normands, ainsi que la récurrence de certaines thématiques (ex. continuité/discontinuité, l’État), les influences diverses des nationalismes ou des régionalismes, leurs remises en question, les différents niveaux de lectures possibles, l’affirmation de questions récentes (diaspora, identités, transferts culturels, perspectives européennes ou globales).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.