Valentin Miclon, Alimentation, état sanitaire et statut social des populations médiévales dans le centre de la France

Doctorant à l’université de Tours (UMR 7324 CITERES), Valentin Miclon a rejoint le laboratoire d’archéo-anthropologie du Craham en mars 2019. Son travail doctoral, mené sous la direction d’Élisabeth Lorans (UMR 7324 CITERES université de Tours – CNRS) et d’Estelle Herrscher (UMR 7269 LAMPEA Aix-Marseille Université – CNRS), vise à améliorer la compréhension des pratiques alimentaires de la société médiévale tourangelle entre le XIe et le XVe siècle par l’analyse des différentes données biologiques livrées par les vestiges osseux humains. Il s’appuie pour cela sur l’analyse ostéologique et l’étude des rapports isotopiques du carbone et de l’azote du collagène osseux de près de 270 individus issus de six sites archéologiques socialement distincts (une léproserie, deux institutions monastiques et trois sites paroissiaux).

Les rapports des isotopes stables du carbone et de l’azote permettent, lorsqu’ils sont combinés, de replacer l’individu au sein de la chaîne alimentaire mais également de déterminer le type de plantes consommées à chaque niveau de ce réseau (fig. 1). Cependant, des perturbations de ces rapports peuvent survenir sous l’action de paramètres environnementaux, physiologiques et anthropiques, à différents niveaux de la chaîne alimentaire. Ces rapports varient considérablement dans le temps et l’espace (Herrscher et Le Bras-Goude 2010, Goude et Fontugne 2016). Comme l’approche isotopique consiste à évaluer les relations de proximité biochimique entre les pôles alimentaires et les humains, la connaissance la plus fiable et précise possible des rapports isotopiques de leur(s) réseau(x) trophique(s) est indispensable pour limiter (ou identifier) l’incidence de ces facteurs. Il est donc nécessaire de considérer dans ces études un référentiel faunique local et contemporain de la population humaine étudiée.

Figure 1: Schéma théorique de la distribution des δ13C et δ15N des ressources alimentaires (in Miclon, à paraître, modifié d’après Salesse 2015, p. 97)

Dans le travail doctoral mené par Valentin Miclon, les informations biochimiques humaines recueillies sont comparées avec celles obtenues à partir d’un référentiel local et contemporain des populations étudiées, regroupant une centaine d’animaux taxonomiquement identifiés.

Ce travail, en interrogeant la relation entre les pratiques alimentaires, la structuration sociale et l’état sanitaire à la période médiévale, offre l’opportunité de discuter, à l’échelle individuelle, de l’accès différencié à plusieurs catégories d’aliments en fonction du statut des sujets, tel que suspecté par les approches historiques et archéologiques. Il permet également d’interroger certains critères archéologiques classiquement retenus pour discuter de la structuration sociale d’un ensemble funéraire de cette période. Enfin, il offre un regard critique sur l’interprétation de paramètres squelettiques classiquement employés pour discuter des pratiques alimentaires des populations du passé.

Conjointement à sa recherche doctorale, Valentin Miclon est responsable, au sein du laboratoire d’archéo-anthropologie du Craham, de l’étude ostéologique d’une population médiévale de Champagne-Ardenne dans la continuité de l’étude menée jusqu’alors par Astrid Noterman. Cette population, mise au jour dans la ville de Saint-Dizier (Marne), fait l’objet d’une fouille programmée conduite depuis 2011 par Stéphanie Desbrosse-Degobertière (Inrap), membre associée du Craham. En 2018, à l’issue de huit années de fouilles, ce sont plus de 750 individus qui ont été mis au jour, tous datés entre le VIIe siècle et la fin du XIIe siècle.

Page personnelle sur le site de l’UMR 7324 Citeres (Université de Tours- CNRS) : http://citeres.univ-tours.fr/spip.php?article2268

Références bibliographiques citées :

Goude G. et Fontugne M.
2016, « Carbon and nitrogen isotopic variability in bone collagen during the Neolithic period: Influence of environmental factors and diet », Journal of Archaeological Science, 70, p. 117‑131.

Herrscher E. et Le Bras‐Goude G. 
2010, « Southern French Neolithic populations: Isotopic evidence for regional specificities in environment and diet », American Journal of Physical Anthropology, 141, 2, p. 259‑272.

Salesse K. 
2015, Archéo-biogéochimie isotopique, reconstitutions des régimes alimentaires et des schémas de mobilité, et interactions bioculturelles. Les sépultures plurielles de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome, Ier-IIIe s. ap. J.-C.) : Les sépultures plurielles de la région X de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome, Ier-IIIe s. ap. J.-C.), Thèse de doctorat, Université de Bordeaux, Bordeaux.

cl. photo de couverture Eric Broine, Craham

Comment citer cet article : Craham, « Valentin Miclon, Alimentation, état sanitaire et statut social des populations médiévales dans le centre de la France », dans Les Échos du Craham, 26/06/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2355, consulté le 14/10/2019, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.