Velours, chaînes d’or et corselets de Milan. Les « vieilles bandes » du Piémont sous Henri II

Julien Guinand


Cet article fait partie du dossier « Bandes de guerriers et clientèles armées », atelier organisé le vendredi 7 décembre 2018 à l’Université de Caen Normandie par le Centre Michel de Boüard (Craham UMR 6273). https://craham.hypotheses.org/category/bandes-de-guerriers


Les bandes du Piémont marchant avant la bataille de Cérisoles. Tombeau de François Ier à la basilique de Saint-Denis, frise de Pierre Bontemps, 1548-1569. © Julien Guinand.

À la fin du XVIe siècle, les vétérans mémorialistes des dernières guerres d’Italie donnent tous échos aux vieilles bandes du Piémont. Selon Brantôme, leurs gens de guerre portent « le bonnet rouge ou de velours, fourré d’or, avesques la chaisne au col faisant deux tours, avecques le fourreau et l’escarpe de velours. Ainsy parloit-on, car c’estoit une grande chose que d’avoir telle chaussure et le fourreau ». Les vieilles bandes en retirent une identité propre vis-à-vis de leurs contemporains. Elles forment un groupe distinct et fier de son engagement au-delà des Alpes. Leurs troupes n’en ont pas moins disparu au cours des troubles de religion et avec la perte des dernières places piémontaises.

L’enjeu de cette étude est donc d’approcher les dynamiques d’engagement de ces vieilles bandes au service de la Couronne en un temps où l’entretien permanent de troupes à pied est rare.

Trois points sont mis en évidence. Tout d’abord, les vieilles bandes du Piémont sont engagées dans la durée pour défendre le Piémont. La seconde partie du règne de François Ier à partir de la conquête des terres du duc de Savoie en 1536 voit leur genèse et organisation. Elles sont structurées et fermement établies sous Henri II. En temps de guerre, elles atteignent un effectif de 8 500 hommes répartis en 29 enseignes.

Le service des vieilles bandes du Piémont connaît en même temps une territorialisation portée par l’enrôlement de frontaliers volontaires ou levés sur ordre au sein des communautés. Si les Gascons demeurent appelés, Dauphinois, Provençaux, Lyonnais et Piémontais sont en nombre. Cette territorialisation se traduit de facto par l’affirmation à la fois d’un modus vivendi et d’un partage du quotidien avec les populations. Les vieilles bandes deviennent de fait plus que des troupes royales. Elles tendent à être des troupes locales.

Le maintien dans la durée de leur engagement est cependant à relativiser derrière leurs atours, leurs bannières et leurs couleurs distinctives. Il est lié à l’autorité des capitaines ainsi qu’à leurs paiements. Les hommes présents mènent un métier des armes pour vivre. La culture chevaleresque et la course aux honneurs ne concernent que les nobles engagés. Au moment de la conclusion de la paix du Cateau-Cambrésis en 1559, les vieilles bandes n’ont déjà plus la même force. Le temps n’est plus à servir le roi au-delà des monts. Le temps n’est surtout plus pour l’État monarchique d’entretenir au Piémont une force militaire en nombre. Seule demeure la nostalgie des vétérans des dernières guerres d’Italie et le souvenir idéalisé de leur ancien service.

Sources manuscrites

AN, Mi 653, bobine 1 à 10, Correspondance reçue et traitée par Jean Du Thier, secrétaire d’État du roi Henri II.

Archives municipales de Vienne, correspondance passive de Guy de Maugiron.

Archivio communale di Moncalieri, serie generale 2427 ; Memorie chronologiche delle cose più memorabili del Borgo Insigne di Testona e Moncalieri per il Signor Auditore Giacomo Filippo de Beaumont, sino all’anno 1661.

BnF, fr 25796, Pièces n° 193 et 195. Montre de la bande de 282 hommes du sieur de Picquigny, Chieri, octobre 1551 et montre de la bande de 261 hommes de Blaise de Monluc, Moncalieri, 12 octobre 1551.

Sources imprimées

Martin du Bellay, Mémoires, Paris, 1908-1919.

François Boyvin du Villars, Mémoires, Lyon, 1610.

Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, par Buchon, Œuvres complètes, Paris, 1858.

Blaise de Monluc, Commentaires, 1521-1576, Paris, 1964

Bibliographie indicative

Durot É., François de Lorraine, duc de Guise entre Dieu et le roi, Paris, 2012.

Gauvard C., de Libera A., Zink M. (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, 2002.

Guinand J., Faire la guerre pour le roi aux portes de l’Italie (1515-1559), thèse de doctorat inédite, Université Lyon II Louis Lumière, 2017.


Comment citer cet article : Julien Guinand, « Velours, chaînes d’or et corselets de Milan. Les « vieilles bandes » du Piémont sous Henri II », dans Gautier A. (dir.), Bandes de guerriers et clientèles armées de l’Antiquité tardive à la Renaissance, Les Échos du Craham, 07/05/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2180, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.