L’animal comme objet d’histoire  : une thématique dans l’air du temps

Ces dernières années ont vu la prolifération de publications, programmes de recherche et rencontres scientifiques en relation avec l’ histoire des animaux. Les sciences humaines ont opéré un « animal turn» depuis une vingtaine d’années, notamment chez les philosophes, les épistémologues et dans les sciences sociales. Les sensibilités contemporaines sur la condition animale expliquent en partie la motivation de ces recherches, alors que dans le même temps l’étude des comportements animaux (éthologie, sensibilité, sociabilité) réalise d’importants progrès. Ces deux sensibilités nouvelles sur l’animal tendent à réduire ou à redéfinir les frontières entre l’homme et l’animal. Certains historiens évoquent même la nécessité d’un retournement épistémologique : écrire l’histoire des relations homme/animal depuis un «  point de vue animal » qui prendrait mieux en compte leur sensibilité et leur devenir. Les historiens antiquisants et médiévistes ont, eux aussi, depuis les travaux fondateurs de Liliane Bodson, Robert Delort ou Michel Pastoureau, abordé ce champ nouveau de l’ histoire culturelle des animaux.

Les deux dernières années ont vu une profusion exceptionnelle de colloques sur l’animal à l’Antiquité et au Moyen Âge, étudié selon de nombreuses approches (histoire, littérature, représentations, savoirs magiques et médicinaux, histoire naturelle, histoire religieuse, etc.). Dans ce cadre, les chercheurs et ingénieurs du Craham ont récemment participé en nombre au colloque d’Amiens (Mondes animaliers dans le monde médiéval et à la Renaissance, 9-11 mars 2016) : Éric Broine a présenté une communication sur les représentations animales figurant sur les pavés de terre cuite médiévaux normands ; Marie Casset sur les espèces de poissons consommés à la fin du XIVe siècle ; Marie-Agnès Lucas-Avenel sur les monstres marins dans les encyclopédies médiévales ; Thierry Buquet sur les savoirs médiévaux concernant l’ambre de baleine.

affiche_141e-congres-cths-rouen-2016La plus importante manifestation « animalière » en 2016 fut le congrès annuel du CTHS qui se tenait à Rouen et était intitulé « L’animal et l’homme ». On notera que le fait de placer l’animal en première position confirme la place nouvelle donnée aux bêtes dans le discours des historiens. Là encore, le Craham était bien représenté. Christophe Maneuvrier a évoqué l’histoire de l’éléphanteau offert par les marins de Dieppe au roi Henri IV : l’exposé fait à deux voix avec une écologue (Marie-Pascale Colace) a permis de mieux comprendre les conditions de transport de cet animal depuis l’Afrique de l’Ouest. Adrien Dubois a repris le dossier de l’exécution de la célèbre « truie de Falaise » en 1387 dont le succès historiographique ne repose pourtant pas sur des sources très solides. Enfin, dans le cadre du colloque consacré aux problématiques éthologiques dans les documents antiques et médiévaux organisé par le GDRI Zoomathia, dont le Craham est partenaire (voir Échos du Craham de décembre 2015), Thierry Buquet a parlé du comportement animal comme support d’allégorie religieuse et de moralisation au Moyen Âge et Brigitte Gauvin a présenté une communication sur les liens entre les animaux marins et leurs petits décrits dans les encyclopédies médiévales (voir l’encadré).

Enfin, concernant l’avenir proche, un important colloque sur l’animal à la cour se tiendra à Munich en décembre 2016 : Thierry Buquet y présentera l’histoire de la chasse au guépard dans les cours princières européennes. D’autres rencontres consacrées aux animaux sont programmées à l’automne, avec des partenaires d’ Ichtya (rencontre Zoomathia à Sienne ; journée d’étude à l’université de Pau). Pour terminer cette revue d’ensemble, le Craham, à travers le programme Ichtya, organisera en juin 2017 à Cerisy un colloque intitulé « Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales. Imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600 » (http://ichtya2017.sciencesconf.org/), qui se veut pluridisciplinaire (histoire, littérature, histoire de l’art, archéologie).

ichtya2017-carte-visite

Au vu de tous ces événements, chacun pourra constater que le Craham est partie prenante des recherches sur l’animal et son histoire, et que les antiquisants et les médiévistes participent pleinement aux réflexions actuelles sur le statut de l’animal, objet d’histoire et sujet de société.

Annexe

Silure, Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, XIIIe siècle, Valenciennes BM ms. 320, f. 131

Silure, Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, XIIIe siècle, Valenciennes BM ms. 320, f. 131

Le silure (Silurus) a marqué l’esprit des anciens en tant que poisson doté de sentiments parentaux : Pline rapporte en effet que la femelle s’éloigne des œufs après la ponte tandis que le mâle les garde et les ventile pendant quarante jours. Chez Thomas de Cantimpré, qui reprend l’information de Pline, l’attitude se change en véritable amour parental : le silure devient un bâtisseur qui construit un nid pour ses petits, il les défend face aux prédateurs, pousse des cris pour éloigner ces derniers et va jusqu’à rompre les filets où il est enfermé pour retrouver sa progéniture. Ce comportement est aussi mentionné par Albert le Grand (De animalibus, 24, 59) et dans l’Hortus sanitatis (IV, 42). [Brigitte Gauvin]


Thierry Buquet (Ifpo)
Thierry Buquet est ingénieur de recherche CNRS en analyse de sources au Craham
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article927

Comment citer cet article : Thierry Buquet, « L’animal comme objet d’histoire  : une thématique dans l’air du temps », dans Les Échos du Craham, 11/07/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/216, consulté le 23/09/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.