Researches on soldiers ‘who were not in receipt of wages or who were not in retinues’ in Lancastrian Normandy / Étude sur les soldats « qui ne sont a gaiges ou retenues » dans la Normandie lancastrienne

Anne Curry


Cet article fait partie du dossier « Bandes de guerriers et clientèles armées », atelier organisé le vendredi 7 décembre 2018 à l’Université de Caen Normandie par le Centre Michel de Boüard (Craham UMR 6273). https://craham.hypotheses.org/category/bandes-de-guerriers


Extrait d’un muster roll datant de l’occupation anglaise en Normandie, XVe siècle. © Anne Curry.

At first sight “war bands” seem to be at the other extreme of military organisation from regular formal paid armies – outside the control of the crown, informal. However, my contention is that they are intimately linked to how such regular paid armies were raised and operated, and we must approach the subject as a totality. I am focusing on Normandy under English rule (1415-1450), a period which is very well documented both in English sources (for the armies sent from England) and in the records of the French chambre des comptes through which the military presence in Normandy was financed and administered.

Such material allows us to see the size and composition of expeditionary armies and their constituent parts, which English historians have tended to call “retinues” because that word occurs in the contemporary documentation; but the modern word “companies” would be appropriate. “Retinues” were essentially the troops serving under a particular captain: the captain was retenu (retained) by the crown to provide a certain number of troops. We can also study garrisons – troops under the command of a particular captain, based in a particular location on a permanent basis.

Not only can we reconstruct this organisation but we can also know the names of many of the soldiers serving in these armies and garrisons, thanks to the surviving muster rolls. In a project funded by the Arts and Humanities Research Council between 2006 and 2009 all of the names of soldiers serving the English crown between 1369 and 1453 were put into a searchable database (medievalsoldier.org).

1. English armies and garrisons were in themselves actually collectives of warbands, both formal and informal. From 1360 onwards, English armies were made up only of “mixed retinues”, meaning that they contained both men-at-arms and archers. The king could not recruit himself all the troops he wanted. So he entered into contracts (known as “indentures”) with the nobles and gentry, delegating to them the task of recruiting troops. Privatisation was also happening at lower levels: the retinue leaders entered into sub-indentures with others to provide troops.

2. Companies were highly fluid, and therefore the army also fluid and ever changing. There was a high turnover in rank and file troops, as well as in the personnel in garrisons. There was never any difficulty in finding replacements, suggesting a large pool of potential soldiers. Men moved around between different locations and different captains. Movement was motivated by opportunities and personal choices.

3. Whilst personnel in armies and garrisons was fluid, the English commanders tried to create unity through structures and discipline. Recruitment might be in many small groups but for fighting effectiveness the small groups had to work together. The captain of a retinue or garrison received pay which he had to pass on to his troops. The underlying tenet was that each soldier should be obedient to the captain he served under. Captains had authority over their men: for instance they could deal with dispute between soldiers. Desertion was treated very severely. But this was only valid whilst men served under a specific captain.

4. A major problem were the soldiers who existed outside the formal army/garrison system, the “gens vivans sur le pais”, often described as “qui ne sont a gaiges ou retenues”. When the English were secure after 1424, they reduced the number of soldiers needed in garrison. Opportunities for service in the conquest of Maine did not exist towards the end of the occupation: the problem of “gens vivans sur le pais” was great in the later 1440s. It was also great in the late 1430s when garrisons were reduced from their peak of 1436. Soldiers who had crossed with expeditionary armies often remained in the duchy without employment.

These surplus soldiers could be useful, and were often used to reinforce garrisons or to serve in the field (we first see this in 1431). But this employment was only temporary. The problem of unemployment could be great. This led to men “vivans sur le pais” (“living on the country”), much to the annoyance of the local population. Royal officials were keen to know the names of these malefactors so that they could be arrested and punished. They lived and moved around in groups although these groups were also fluid, since men might from time to time be recruited back into royal service for a few months, and subsequently move to another area.

The groups had their own “chefs et conduiseurs” and often contained men of different nationalities, as indicated in an example from 1435: “tant anglois galois normans picards comme d’autres nations”. Ten Welsh archers acted together in the murder of a Norman merchant in 1431. We also see men of different nationalities acting together: a German and two Englishmen who had committed several acts of pillage in the seigneurie of Saint-Romain were banished out of the baillage of Caux. Some of them were veterans; some were even men who had held office.

The “gens vivans sur le pais” were for the English a necessary evil because they provided soldiers who could be recruited in times of emergency. Not until after the truce was there an effort by the English to repatriate them to England or return them to civilian employment.

Much is explained by personal preference and by the formation and reformation of group solidarity, whether soldiers were in royal pay or not. We see soldiers moving in groups of “compagnons”. A common word was also socius – friend. Military groups, both formal and informal, were often called societas. Not only do we find groups of “gens vivans sur le pais” forming their own communities. In garrisons groups of men-at-arms and archers commonly went on sorties together and shared gains of war. Friendship groups existed, but were also fluid.

Traduction de la rédaction (Agathe Piotrowski)

À première vue, les « bandes de guerriers », ces groupes officieux non soumis au contrôle de la couronne, semblent être à l’opposé des armées de métier. Cependant, je souhaite démontrer ici que ces bandes sont intimement liées aux armées régulières, notamment au vu de la façon dont ces dernières fonctionnaient et étaient recrutées. Pour étudier ces similitudes, il nous faut approcher le sujet comme un tout. L’étude se focalise sur la Normandie sous domination anglaise (1415-1450) ; une période bien documentée autant dans les sources anglaises (pour les armées envoyées depuis l’Angleterre) que dans les rapports de la Chambre des comptes française, par le biais de laquelle la présence militaire en Normandie était financée et gérée.

Une telle documentation nous permet de visualiser la taille et la composition des armées expéditionnaires et de leurs constituants, que les historiens anglais ont nommé retinues (en français « retenues ») car ce terme apparaît dans les textes contemporains, bien que le mot moderne « compagnies » soit également approprié. Les « retenues » étaient essentiellement des troupes servant sous les ordres d’un capitaine, qui était retenu par la couronne pour lui fournir un certain nombre de troupes. Nous pouvons également étudier les garnisons – des troupes sous le commandement d’un capitaine en particulier, postées à un endroit spécifique de façon permanente.

Nous pouvons non seulement reconstituer cette organisation, mais également nommer de nombreux soldats ayant servi dans ces armées et garnisons grâce aux registres (muster rolls) qui nous sont parvenus. Suite à un projet financé par le « Arts and Humanities Research Council » entre 2006 et 2009, tous les noms des soldats servant la couronne entre 1369 et 1453 ont été compilés dans une base de données consultable en ligne (medievalsoldier.org).

1. Les armées anglaises et les garnisons étaient elles-mêmes composées de bandes de guerriers, à la fois officielles et officieuses. Dès 1360, les armées anglaises étaient constituées de « retenues mixtes », ce qui signifie qu’elles étaient composées à la fois de gens d’armes et d’archers. Le roi ne pouvant pas recruter lui-même toutes les troupes qu’il souhaitait, des contrats (connus sous le nom d’indentures) étaient signés avec des membres de l’aristocratie et de la gentry, leur déléguant la tâche de recruter des troupes. La privatisation concernait également des classes sociales plus basses : ainsi, les chefs de « retenue » contractaient des endentures avec d’autres afin de fournir des troupes.

2. Puisque les compagnies étaient de nature changeante, la composition des rangs de l’armée était également fluctuante. De fait, un renouvellement important s’effectuait parmi les troupes ainsi qu’au sein du personnel des garnisons. Trouver des remplaçants n’était jamais une difficulté : les soldats potentiels étaient donc nombreux. Les hommes étaient souvent redirigés vers de nouveaux camps et capitaines. Cette propension au mouvement était motivée autant par les opportunités qui se présentaient que par des choix individuels.

3. Le personnel des armées et des garnisons ayant tendance à varier, les commandants anglais tentèrent de créer une unité disciplinaire et structurelle. Ainsi, le recrutement pouvait s’effectuer en petits groupes mais, pour une meilleure efficacité au combat, ces groupes devaient travailler conjointement. Le capitaine d’une « retenue » ou d’une garnison recevait la paye qu’il devait alors remettre à ses troupes ; le principe sous-jacent de cette pratique voulait que chaque soldat soit entièrement dévoué à son capitaine. Les capitaines avaient une autorité totale sur leurs hommes : ils pouvaient par exemple régler les conflits entre soldats. La désertion était traitée très sévèrement ; mais cela ne valait que pour le temps où les hommes restaient sous les ordres d’un capitaine en particulier.

4. Les soldats qui subsistaient hors du système traditionnel des armées de métier, les « gens vivans sur le pais », souvent décrits comme « qui ne sont a gaiges ou retenues », constituaient un problème majeur. Quand les Anglais furent bien installés sur le territoire après 1424, ils réduisirent le nombre de soldats en garnison. Les opportunités de service lors de la conquête du Maine n’existaient plus à la fin de l’occupation : le problème des « gens vivans sur le pais » ne gagna en importance qu’à la fin des années 1440. Il se posa aussi à la fin des années 1430, quand les garnisons furent réduites après avoir atteint leur point culminant en 1436. Les soldats qui avaient quitté l’Angleterre en même temps que les armées de campagne demeurèrent souvent dans le duché, sans emploi.

Ces soldats en surplus pouvaient être utiles, et ils étaient souvent employés pour renforcer les garnisons ou servir sur le terrain (on observe cela pour la première fois en 1431). Mais cet emploi n’était que temporaire. Le chômage pouvait être important, poussant les hommes à vivre « sur le pais », au grand mécontentement de la population locale. Les officiers royaux tenaient à connaître les noms de ces malfaiteurs afin de pouvoir les arrêter et les punir. Ils vivaient et se déplaçaient en groupes – bien que ces groupes soient mouvants, puisque les hommes étaient parfois à nouveau recrutés pour le service royal pendant quelques mois et déplacés dans une nouvelle région.

Ces groupes avaient leurs propres « chefs et conduiseurs », et étaient souvent composés d’hommes de différentes nationalités, comme nous pouvons le constater dans un exemple datant de 1435 : « tant anglois galois normans picards comme d’autres nations ». Dix archers gallois agirent conjointement dans le meurtre d’un marchand normand en 1431. On connaît d’autres exemples d’hommes de différentes nationalités agissant ensemble : ainsi, un Allemand et deux Anglais commirent plusieurs actes de pillages dans la seigneurie de Saint-Romain et furent bannis du bailliage de Caux. Certains d’entre eux étaient des vétérans ; d’autres avaient même occupé des fonctions administratives.

Les « gens vivans sur le pais » étaient, pour les Anglais, un mal nécessaire, puisqu’ils constituaient un groupe de soldats qui pouvaient être recrutés en temps de crise. Les Anglais ne firent aucun effort pour les rapatrier en Angleterre ou leur faire retrouver des emplois civils, et ce jusqu’à la trêve.

Tout cela s’explique en grande partie par les préférences personnelles des membres de ces bandes, ainsi que par la constitution graduelle de solidarités de groupe, que les soldats soient employés par la couronne ou non. Les sources nous montrent que des soldats se déplaçaient en groupes de « compagnons », un autre terme communément employé était socius, c’est-à-dire « ami » : les groupes militaires, officiels et officieux, étaient souvent appelés societas. Non seulement il existait des groupes de « gens vivans sur le pais », formant leurs propres communautés, mais il nous est également apparu que dans les garnisons, des groupes de soldats et d’archers partaient souvent en expédition ensemble et se partageaient le butin de guerre. De fait, des groupes fondés sur les relations d’amitié existaient, bien qu’ils soient fondamentalement fluctuants.

Select bibliography

Bell A., Curry A., King A., Simpkin D., The Soldier in Later Medieval England, Oxford, 2013.

Curry A., « Les gens vivans sur le pais pendant l’occupation de Normandie, 1417-1450 », dans La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, vol. 1 : Guerre et violence, Paris, 1996, p. 209-221.

Curry A., « L’occupation anglaise du XVe siècle : la discipline militaire et le problème des gens vivans sur le pais », dans J.-Y. Marin (dir.), La Normandie dans la Guerre de Cent Ans, 1346-1450, Milan-Paris, 1999, p. 47-49.

Curry A., « Les soldats anglais en garnison en Normandie », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 84, 2017 pour 2015, p. 139-167.

Curry A., « Foreign Soldiers in English Pay : Identity and Unity in the Armies of the English Crown, 1415-1450 », dans G. Pépin, F. Boutoulle, F. Lainé (dir.), Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent Ans. Hommage à Jonathan Sumption, Bordeaux, 2016, p. 303-316.

Curry A., Gazeau V. (dir.), La guerre en Normandie, XIe-XVsiècles, Caen, 2018 ; voir Curry A., « La Normandie au XVe siècle : l’occupation militaire d’Henri V et le contrôle des garnisons », p. 179-193.

Website

« The Soldier in Later Medieval England » : https://www.medievalsoldier.org/.


Comment citer cet article : Anne Curry, « Researches on soldiers ‘who were not in receipt of wages or who were not in retinues’ in Lancastrian Normandy / Étude sur les soldats « qui ne sont a gaiges ou retenues » dans la Normandie lancastrienne », dans Gautier A. (dir.), Bandes de guerriers et clientèles armées de l’Antiquité tardive à la Renaissance, Les Échos du Craham, 07/05/2019, [en ligne] https://craham.hypotheses.org/2158, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.