Chivalric households and other military groupings in the long twelfth century / Les établissements chevaleresques et autres groupes militaires au XIIe siècle

Matthew Bennett


Cet article fait partie du dossier « Bandes de guerriers et clientèles armées », atelier organisé le vendredi 7 décembre 2018 à l’Université de Caen Normandie par le Centre Michel de Boüard (Craham UMR 6273). https://craham.hypotheses.org/category/bandes-de-guerriers


Charge de cavaliers. Dessin réalisé par Vyvyan Bennett d’après le manuscrit de la Vie de saint Edmond, Pierpont Morgan Library, New York, 736 f7v, copié à Bury St Edmunds vers 1125-1150. © Vyvyan Bennett.

Heroes. Duke William II of Normandy is represented by his biographer William of Poitiers as a warrior hero whose reputation draws followers. Such a leader provided largesse and through gift-exchange created a bond between members of the military aristocracy, made more directly relevant to warfare by its references to the acquisition of warhorses – the defining characteristic of the chevalier. In the near-contemporary Ruodlieb and frequently in twelfth-century vernacular chansons de geste, the listing of gifts – usually of hunting birds and rich apparel (often fur garments) – according to rank and status, becomes a common trope. At the heart of this practice is the valuing of generosity and also reciprocity as key to creating bonds of loyalty in a homosocial group.

Compagnonnage. It is possible to identify five types of friendship: courtesy, company, formal and emotional, with those last two combining to create companionship. In this way “political” friendships can be represented as emotional ones. Does amors mean a true love between two men, in the sense of loiauté? Is it an indicator of the crucial bond of trust? Poems such as Ami et Amile and Daurel et Beton provide insights into such a relationship. Of course, they are literary fictions, but their role is to provide an examination, in a heightened, emotional manner, of real concerns over the breakdown of trust. There are also fighting partnerships of equals called companions at several places in the Histoire de Guillaume le Maréchal. This could be in form of the jousting partnership which William formed with Roger de Gaugi “comprising a written agreement and detailed accounts” which lasted over two years. But he goes further when he emphasises the need for trust and mutual respect as a result of true friendship: “A companion was someone one could trust, fight beside and spend a long time with. A companion was more than just a friend or comrade; he was the closest friend you had.” (Meddings 1998, p. 224)

La maisnie (the mesnie). Other evidence concerns the more hierarchical aspect of a military community: “A maisnie was composed of classes, of many categories of individuals. It had degrees like the old comitatus. At the first rank there were the closest kinsmen and the most faithful companions; then the ‘nourished’, the ‘dubbed’, the servants who waited on dubbings. According to their social importance, they were men of high rank, knights, bachelors, damoiseaux, squires.” (Flach, p. 159, transl. A. Gautier) “The maisnie, as we can see, also included soudoyers, even mercenaries, and the frequently numerous troops feudal lords recruited and imported from foreign countries.” (Flach, p. 160) Furthermore these soudoyers (literally “soldiers”, who received a solde or salary) were tied by an oath of loyalty. “To tell the truth, their salary (solde), more or less disguised, was ubiquitous. It was more frequent than the gift of land, it replaced it or completed it; sometimes it was preferred.” (Flach, p. 162)

Military Orders: La Règle du Temple. The representation of the comradely relationships within the Order was, of course, operating in pairs. This was done by knights and squires alike, who ate together, but not, as far as I know, among the sergeant brothers, who also ate apart from their social superiors. The modern British Army, in language presumably borrowed from the Americans, encourages a “buddy-buddy” system of mutual support. The literally iconic image of two men on a horse, playing on the theme of pauperes commilitones Christi Templi Salomonici, is actually deceptive, since it was an activity forbidden (Retrais 379) by the Rule. Beyond that, the Knight Brothers operated in groups under a Commander of Ten. The impression of a well-organised force, where every man knew his station, is striking. It is not surprising to find this good order carried onto the battlefield. A first principle of the Rule was that a brother should obey any other set over him. The section on riding “en eschielles” (in squadrons) talks of “nominated” leaders each with a gonfanon (banner) and ten knights to guard him. It is difficult not to believe that he was their superior in peacetime, and that the Brothers fought alongside those with whom they normally lived (Retrais 166).

Traduction de la rédaction (Agathe Piotrowski)

Héros. Le duc Guillaume II de Normandie est dépeint par son biographe Guillaume de Poitiers comme un héros guerrier dont la réputation attire des partisans. En tant que dirigeant, il fit preuve de prodigalité et établit un lien entre les membres de l’aristocratie militaire par le biais d’échanges de dons. Comme le montrent les mentions d’acquisition de chevaux de bataille (composants fondamentaux de l’identité chevaleresque), ces échanges sont directement liés à la guerre. L’énumération de dons (généralement des oiseaux de proie et des habits luxueux, souvent des fourrures), distribués selon les rangs et les statuts, devient un concept récurrent dans des textes littéraires tels que le Ruodlieb ou les chansons de geste vernaculaires du XIIe siècle. Au cœur de cette pratique, la générosité et la réciprocité apparaissent comme éléments-clés de la création de liens de loyauté au sein d’un groupe homosocial.

Compagnonnage. On peut distinguer cinq types d’amitié différents : l’amitié de politesse, l’amitié de fréquentation, l’amitié formelle, l’amitié émotionnelle, et – forme combinée de ces deux dernières – la camaraderie. Ainsi, les amitiés « politiques » peuvent être représentées comme émotionnelles. L’amors peut-il alors être significatif d’un véritable amour entre deux hommes, dans le même esprit que la loiauté ? Peut-il s’agir d’un indicateur de confiance, élément crucial au sein de ces groupes ? Des poèmes tels qu’Ami et Amile ou Daurel et Beton nous offrent un assez bon aperçu de ces relations. Même s’il s’agit bien entendu de fictions, leur rôle est de fournir une étude (exaltée et sentimentalisée) de la déloyauté, réel sujet d’inquiétude. L’Histoire de Guillaume le Maréchal témoigne à plusieurs reprises de partenariats de combat entre égaux, appelés « compagnons ». Il pourrait s’agir d’une forme de partenariat de joute que Guillaume aurait formé avec Roger de Gaugi, « comprenant un accord écrit et des comptes rendus détaillés », qui aurait duré deux ans. Mais il va plus loin, en soulignant comment la confiance et le respect mutuel résultent en une longue amitié : « Un compagnon était quelqu’un à qui l’on pouvait faire confiance, aux côtés de qui l’on pouvait combattre, et que l’on pouvait côtoyer longtemps. Un compagnon était plus qu’un ami ou un camarade ; il s’agissait de l’ami le plus proche que l’on puisse avoir ». (Meddings 1998, p. 224)

La maisnie. D’autres sources attestent l’aspect plus hiérarchique d’une communauté militaire : « Il y a donc dans la maisnie des classes, des catégories nombreuses de personnes. Il y a des degrés comme dans le comitat ancien. Au premier rang les parents plus proches et les compagnons les plus fidèles, puis les nourris, les adoubés, les serviteurs qui attendaient l’adoubement. Suivant leur importance sociale, ils sont hommes de haut parage, chevaliers, bacheliers, damoiseaux, écuyers » (Flach, p. 159). « La maisnie s’étend même, on le voit, jusqu’aux soudoyers, jusqu’aux mercenaires, troupes souvent nombreuses que les seigneurs féodaux entretenaient et qu’ils faisaient venir de pays étrangers » (Flach, p. 160). Plus encore, ces soudoyers (c’est-à-dire ces « soldats » recevant une « solde ») étaient liés par un serment de loyauté. « À vrai dire, la solde, plus ou moins déguisée, se retrouve à chaque pas. Elle est plus fréquente que la concession de terre, elle la remplace ou s’y joint ; parfois elle lui est préférée » (Flach, p. 162).

Les ordres militaires : la Règle du Temple. C’est par paires qu’est représentée la relation de camaraderie qui peut exister au sein de l’Ordre. Ainsi, les chevaliers et les écuyers mangeaient ensemble, à l’inverse des frères sergents, qui mangeaient à l’écart de leurs supérieurs. De nos jours, l’armée britannique encourage un système de soutien mutuel similaire chez ses soldats, aussi connu sous le nom de système buddy-buddy (l’expression est probablement empruntée aux Américains). L’image iconique de deux hommes sur un cheval, jouant autour du thème des pauperes commilitones Christi Templi Salomonici, est en réalité fausse, puisqu’il s’agissait d’une activité interdite (Retrais 379) par la Règle. En plus de cela, les frères chevaliers agissaient par groupe de dix, sous les ordres d’un commandant. L’image d’une force organisée, où chaque homme connaît son poste, est frappante. Il n’est dès lors pas surprenant que cette organisation soit maintenue sur le champ de bataille. Un des premiers principes de la Règle était qu’un frère devait obéir à tout supérieur. La section concernant la chevauchée « en eschielles » (par escadrons) mentionne les chefs « nommés », portant chacun un gonfanon et entourés de dix chevaliers dans des positions de soutien. Difficile de ne pas penser que ce chef était également leur supérieur en temps de paix, et que les frères se battaient aux côtés de ceux avec qui ils vivaient en temps normal (Retrais 166).

Primary sources

Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi, éd. R. H. C. Davis, M. Chibnall, Oxford, 1998.

Histoire de Guillaume le Maréchal / History of William Marshal, ed. A. J. Holden, 3 vols, Anglo-Norman Text Society, Occasional Publications Series 4-6, 2002-2006 (parallel texts in Old French and English translation; D. Crouch provides the historical context with an excellent introduction and bibliography, p. 23-54).

Select bibliography

Bennett M., “La Règle du Temple as a military manual or How to deliver a cavalry charge”, in Studies for R. A. Brown, Woodbridge, 1989, p. 7-19, republished as an appendix to Upton-Ward J. M., The Rule of the Templars, Woodbridge, 1992, p. 175-188.

Flach J., “Le compagnonnage dans les chansons de geste”, in Études Romanes dédiées à Gaston Paris, Paris, 1891, p. 141-180.

Meddings J., Family, followers and friends: the socio-political dynamics of the Anglo-Norman aristocracy 1100-1204, unpublished PhD thesis, Leeds, 1999 (online, URL: http://etheses.whiterose.ac.uk/505/).

Meddings J., “Friendship among the aristocracy in Anglo-Norman England”, Anglo-Norman Studies, XXII, 2000, p. 187-204.


Comment citer cet article : Matthew Bennett, « Chivalric households and other military groupings in the long twelfth century / Les établissements chevaleresques et autres groupes militaires au XIIe siècle », dans Gautier A. (dir.), Bandes de guerriers et clientèles armées de l’Antiquité tardive à la Renaissance, Les Échos du Craham, 07/05/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2138, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.