Dans l’ombre de Tacite et du Beowulf ? Les bandes armées dans l’Histoire ecclésiastique de Bède le Vénérable

Alban Gautier


Cet article fait partie du dossier « Bandes de guerriers et clientèles armées », atelier organisé le vendredi 7 décembre 2018 à l’Université de Caen Normandie par le Centre Michel de Boüard (Craham UMR 6273). https://craham.hypotheses.org/category/bandes-de-guerriers


Scène du coffret d’Auzon (couvercle) représentant un combat autour d’une forteresse. Nord de l’Angleterre, VIIIe siècle. Londres, British Museum. © Wikimedia Commons.

Plusieurs épisodes de l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais (en particulier celui rapporté à partir du livre II, chap. 9, sur la conversion du roi Edwin de Northumbrie et de ses hommes) ont depuis longtemps amené les spécialistes du monde anglo-saxon à rapprocher les diverses évocations par Bède des entourages militaires des rois de son temps et du siècle précédent de deux autres sources qui, chacune à leur manière, ont pu être regardées comme archétypales d’une « culture germanique » originelle, voire principielle, dont l’auteur de l’Histoire ecclésiastique se ferait l’observateur involontaire, voire naïf.

La première de ces sources est la Germanie de Tacite, écrite aux environs de l’an 100 de notre ère. Même si plus de six siècles la séparent de Bède, de nombreux historiens du XIXe et du début du XXe siècle y ont vu une sorte de « premier regard » sur les sociétés germaniques, dont les traits les plus essentiels se seraient maintenus dans la très longue durée et pourraient donc être repérés dans les sources bien plus tardives comme l’œuvre de Bède. En l’occurrence, c’est la description par Tacite de l’organisation socio-militaire des Germains, une organisation dominée par l’institution du comitatus, qui a servi de socle à la compréhension de phénomènes beaucoup plus tardifs dans le monde insulaire. D’autres textes anglo-saxons encore plus tardifs, comme la Bataille de Maldon (vers l’an 1000) se feraient l’écho des mêmes principes et d’un même état d’esprit qui seraient donc valables sur un millénaire entier et peut-être encore plus.

La seconde source invoquée pour éclairer le fonctionnement de ces groupes armés est le Beowulf, qui en effet donne à voir la représentation d’au moins trois bandes autour d’un chef : les hommes du roi danois Hrothgar, les compagnons du héros Beowulf dans ses exploits de jeunesse, les compagnons du même Beowulf dans son affrontement avec le dragon. Des idéaux comparables y sont défendus : ainsi le personnage de Wiglaf, le dernier compagnon fidèle de Beowulf face au dragon, exalte lui aussi la fidélité au chef et le compagnonnage guerrier, au risque de sa vie et face aux dangers les plus extrêmes. De nombreux autres passages pourraient être invoqués qui mettent en avant des idéaux héroïques.

Il y a donc eu une tendance, chez les spécialistes de l’histoire anglo-saxonne, à interpréter les propos de Bède à la lumière, ou peut-être plutôt dans l’ombre de Tacite et du Beowulf. Le problème est que cela revient à plaquer une grille d’interprétation principalement tirée d’œuvres à tonalité héroïque, et qu’une fois cette grille plaquée on a tendance à voir dans l’œuvre de Bède une source plus factuelle qui viendrait confirmer l’existence de ce type de comportement (et surtout leur existence quasi institutionnelle, en tout cas structurelle). Un tel raisonnement est profondément vicié. En réalité, on trouve sous la plume de Bède des exemples de comportements qui peuvent sembler anti-héroïques : l’Histoire ecclésiastique est plus nuancée et variée dans sa présentation des bandes armées et de leur fonctionnement que ne l’est sa lecture « héroïque ». Certains passages « collent » bien avec la grille de lecture Tacite-Beowulf, d’autres au contraire résistent à cette interprétation. Les entourages armés des souverains fonctionnaient donc de manière plus complexe que les « communautés héroïques ».

L’organisation politico-militaire du très haut Moyen Âge est souvent désignée dans des ouvrages historiques un peu anciens sous les noms de comitatus, Gefolgschaft ou encore warband. Pour contrer les éventuels effets délétères de ces concepts sans renoncer pour autant à étudier cette institution dans toutes ses dimensions (c’est-à-dire comme une réalité politique historiquement attestée et comme un discours littéraire ayant pu avoir des effets historiques sur la longue durée), quatre stratégies peuvent être mises en œuvre :

  • Exposer le mythe et en dénouer les ressorts, et ce depuis le haut Moyen Âge et les textes « héroïques » eux-mêmes, puisque la mythification de la bande armée apparaît dès les textes médiévaux.
  • Ne pas s’enfermer dans une seule interprétation de la finalité de ces groupes, et combiner les interprétations « horizontales » du comitatus, lieu de la camaraderie et de la cohésion entre des guerriers formant une communauté apte au combat, avec les interprétations « verticales », le groupe étant essentiellement au service d’un chef dont il sert les ambitions. Les deux lectures sont également exactes, et également incomplètes, comme le montre par exemple l’étude des pratiques de commensalité.
  • Sortir d’une vision « unanimiste » de ces groupes, que les sources narratives comme l’Histoire ecclésiastique de Bède nous montrent en réalité traversés en permanence par de fortes tensions. La compétition interne est un des modes de fonctionnement des bandes armées.
  • Articuler l’étude de ces groupes avec celle des non combattants, eux-mêmes organisés ou non en groupes cohérents. Afin de saisir au plus près les logiques auxquelles obéissaient les bandes armées rassemblées par tel ou tel prince, il convient de les insérer dans des communautés (permanentes ou occasionnelles) plus larges, dans lesquelles toutefois il ne s’agit pas de les dissoudre. Cela permet au passage de réviser certaines fausses évidences sur les formes de masculinité qu’implique la proximité avec ces bandes armées.

Sources

The Battle of Maldon, ed. D. G. Scragg, Manchester, 1981 ; trad. fr. dans Crépin A., Poèmes héroïques vieil-anglais. Beowulf, Judith, Maldon, Plainte de l’Exilée, Exaltation de la Croix, Paris, 1981.

Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais (Sources chrétiennes, 489, 490, 491), éd. A. Crépin et M. Lapidge, trad. P. Monat et P. Robin, Paris, 2005.

Beowulf : Édition diplomatique et texte critique, traduction française, commentaire et vocabulaire, éd. et trad. A. Crépin, Göppingen, 1991.

Tacite, Vie d’Agricola. La Germanie (Classiques en poche), éd. A.-M. Ozanam, trad. J. Perret, Paris, 1997.

Bibliographie indicative

Bazelmans J., By Weapons Made Worthy: Lords, Retainers and their Relationship in Beowulf, Amsterdam, 1999.

Evans S. S., The Lords of Battle. Image and Reality of the comitatus in Dark-Age Britain, Woodbridge, 1997.

Frank R., « The Ideal of Men Dying with Their Lord in The Battle of Maldon: Anachronism or Nouvelle Vague », dans I. N. Wood et N. Lund (dir.), People and Places in Northern Europe, 500-1600. Essays in Honour of Peter Hayes Sawyer, Woodbridge, 1991, p. 95-106.

Gautier A., « Les activités compétitives au sein des bandes armées de l’Europe du Nord au haut Moyen Âge », dans F. Bougard, R. Le Jan et T. Lienhard (dir.), Agôn. La compétition, Ve-XIIe siècle, Turnhout, 2012, p. 75-91.

Higham N. J., (Re-)Reading Bede. The Ecclesiastical History in Context, Londres-New York, 2006.

Krebs C. B., A Most Dangerous Book. Tacitus’s Germania from the Roman Empire to the Third Reich, New York-Londres, 2011.

Rekdal J. E. et Doherty C. (dir.), Kings and Warriors in Early North-West Europe, Dublin, 2016.

Woolf R., « The Ideal of Men Dying with Their Lord in the Germania and The Battle of Maldon », Anglo-Saxon England, 5, 1976, p. 63-81.

Wormald P., « Bede, Beowulf and the Conversion of the Anglo-Saxon Aristocracy », dans Id., The Times of Bede. Studies in Early English Christian Society and its Historian, éd. S. Baxter, Oxford, 2006, p. 30-105.


Comment citer cet article : Alban Gautier, « Dans l’ombre de Tacite et du Beowulf ? Les bandes armées dans l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable », dans Gautier A. (dir.), Bandes de guerriers et clientèles armées de l’Antiquité tardive à la Renaissance, Les Échos du Craham, 07/05/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2127, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.