De l’inutilité de se déclarer usurpateur au Ve siècle. Évolution de la dissidence politique et militaire durant l’Antiquité tardive, naissance des warlords et des bandes armées privées

Christine Delaplace


Cet article fait partie du dossier « Bandes de guerriers et clientèles armées », atelier organisé le vendredi 7 décembre 2018 à l’Université de Caen Normandie par le Centre Michel de Boüard (Craham UMR 6273). https://craham.hypotheses.org/category/bandes-de-guerriers


Monnaie d’argent (demi-silique) de Majorien, empereur romain d’Occident (457-461), frappée dans le Nord de la Gaule. Avers : Majorien, casqué, drapé et cuirassé. Revers : Victoire portant la Croix. © Catalogue CNG.

1. Qu’est-ce qui identifie une bande armée durant l’Antiquité tardive ?

S’il y a toujours un chef militaire (romain ou barbare) à la tête d’une bande armée, celle-ci peut être composée de deux types de soldats :

a. des soldats considérés comme faisant partie de sa garde rapprochée, recrutés et payés par ce chef. Pour les désigner, apparaît de plus en plus dans les sources le terme de buccellarii (littéralement « mangeurs de biscuits militaires »). Ce sont des unités d’élite. En dépit de leur statut de soldats de la puissance impériale qui leur fournissait leur équipement, ils étaient généralement payés par leurs chefs. Des comites rei militis, des magistri militum comme Rufin, Stilichon, Sarus, Aetius sont connus pour s’entourer ainsi de troupes de plusieurs centaines de soldats privés.

b. des soldats recrutés en plus d’armées régulières par un chef pour leurs qualités spécifiques : d’une origine ethnique différente des troupes auxiliaires déjà intégrées dans l’armée romaine, ils sont considérés comme plus loyaux et extérieurs aux clans et rivalités existants entre les différents généraux de l’armée romaine. Deux exemples : les Huns du généralissime Aetius, les mercenaires scandinaves recrutés à certaines périodes de grande incertitude politique par les empereurs pour garnir les rangs des scholes palatines.

2. Y a-t-il une différence entre les chefs romains et les chefs barbares ?

La situation est plus complexe en vérité : c’est moins l’origine ethnique des généraux qui compte que leur place sur l’échiquier du pouvoir politique.

Les chefs romains peuvent être :

  • légitimes : empereurs ou leurs généraux qui leur sont loyaux ;
  • illégitimes : usurpateurs, mais qui peuvent être éventuellement légitimés par la suite ;
  • rebelles : des dissidents refusant la légitimité d’un empereur mais qui ne se déclarent pas usurpateurs car ils n’aspirent pas à la pourpre mais à un pouvoir régional (voir plus loin).

Les chefs barbares peuvent être :

  • légitimes : quand ils ont un titre officiel dans la hiérarchie du commandement supérieur de l’armée romaine : comes, magister militum ;
  • illégitimes : quand ils perdent ce titre et dans l’intervalle pendant lequel ils cherchent à le reconquérir auprès d’une puissance politique romaine, légitime ou illégitime (le meilleur exemple de ce genre de trajectoire entre légitimité et illégitimité est Alaric) ;
  • rebelles : rarement, car ils n’existent que dans la reconnaissance que leur confère leur place dans la hiérarchie de la militia romaine et qui leur est indispensable pour préserver leur légitimité auprès de leurs troupes auxiliaires barbares à qui ils doivent butins, reconnaissance guerrière et d’où découle leur élection au titre de rex d’une gens barbare.

3. Les contingents de fédérés ou d’auxiliaires sont sous les ordres de généraux légitimes barbares qui créent des confédérations ethniques compatibles. Cette spécificité d’organisation a entraîné l’idée que ces troupes barbares étaient des bandes armées indépendantes et en guerre contre le pouvoir impérial, d’où le mythe des Grandes invasions. Ce n’est pas le cas, sauf quand leur chef est dépossédé de son pouvoir de commandement : il peut apparaître comme indépendant mais très vite, sa survie lui commande de retrouver sa place dans le système politique et militaire romain.

C’est donc le type de pouvoir personnel du chef qui va créer une situation de bandes armées qu’il faut payer et nourrir. Une économie de la violence et une culture guerrière mixte, romaine et germanique, se diffusent dans l’Empire romain tardif, qui n’est pas sans rappeler la période des imperatores et des guerres civiles de la fin de la République et de la Conquête. À partir de 461, et la mort de l’empereur Majorien, la domination des généraux dans l’entourage des empereurs, l’usage exacerbé de l’assassinat comme mode de résolution des conflits favorisent les forces centrifuges qui permettent l’émergence d’un nouveau type de chefs romains : les warlords. Si les usurpateurs aspirent à la pourpre, à la centralité du pouvoir (Rome ou une autre capitale impériale), à la légitimité reçue des armées impériales, au contrôle d’une monétarisation de l’économie, les warlords dissidents, quant à eux, aspirent désormais à un pouvoir territorial circonscrit, à des recrutements privés de troupes régionales à qui ils distribuent des terres et des subsides. Les deux exemples les plus pertinents sont Marcellinus de Dalmatie (455-468) et Aegidius en Gaule (455-465).

Bibliographie indicative

Del Hoyo T. N., Lopez Sanchez F. éd., War, Warlords, and Interstate Relations in the Ancient Mediterranean (Brill’s Impact of the Empire Series, 28), Leyde-Boston, 2016.

Delaplace C., La fin de l’Empire romain d’Occident. Rome et les Wisigoths de 382 à 531, Rennes, 2005.

Frye D., « Aegidius, Childeric, Odovacer and Paul », Nottingham Medieval Studies, 36, 1992, p. 1-14.

Jorgensen L., « The “Warriors, Soldiers and Conscripts” of the Anthropology in Late Roman and Migration Period Archaeology », in B. Storgaard B. (dir.), Military Aspects of the Aristocracy in Barbaricum in the Roman and Early Migration Periods (Studies in Archaeology and History 5), Copenhague, 2001 p. 9-20.

Kulikowski M., « Marcellinus “of Dalmatia” and the dissolution of the fifth-century Empire », Byzantion, 122, 2002, p. 177-191.

MacGeorge P., Late Roman Warlords, Oxford, 2002.

Muhlberger S., « War, Warlords, and Christian Historians from the fifth to the seventh century », in A. C. Murray (dir.), After Rome’s Fall. Essays presented to Walter Goffart, Toronto, 1998, p. 83-98.

Schmitt O., « Die Buccellarii. Eine Studie zum militärischen Gefolgschaftswesen in der Spätantike », Tyche, 9, 1994, p. 147-174.

Wijnendaele J. W. P., « “Warlordism” and the Disintegration of the Western Roman Army », in J. Armstrong (dir.), Circum Mare: Themes in Ancient Warfare (Mnemosyne, Supplements, History and Archaeology of Classical Antiquity, 388), Leyde- Boston, 2016, p. 185-203.


Comment citer cet article : Christine Delaplace, « De l’inutilité de se déclarer usurpateur au Ve siècle. Évolution de la dissidence politique et militaire durant l’Antiquité tardive, naissance des warlords et des bandes armées privées », dans Gautier A. (dir.), Bandes de guerriers et clientèles armées de l’Antiquité tardive à la Renaissance, Les Échos du Craham, 07/05/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2116, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.