« Bandes de guerriers et clientèles armées ». Introduction : Les dynamiques internes des bandes armées

Alban Gautier


Cet article fait partie du dossier « Bandes de guerriers et clientèles armées », atelier organisé le vendredi 7 décembre 2018 à l’Université de Caen Normandie par le Centre Michel de Boüard (Craham UMR 6273). https://craham.hypotheses.org/category/bandes-de-guerriers


Les chevaliers de la Table Ronde. Paris, Bibliothèque nationale de France, ms français 116, fol. 610v. France, XVe siècle. © Wikimedia Commons.

L’histoire de l’Occident est marquée, dans la longue durée, par l’existence et l’activité de bandes de guerriers plus ou moins permanentes qui, sans constituer des armées régulières et soldées comme ont pu l’être les légions romaines ou les régiments d’Ancien Régime, ont été mobilisées par les pouvoirs ou ont entrepris des expéditions militaires pour leur propre compte. Ces phénomènes ont pu être observés à des périodes très diverses : ainsi dans l’Antiquité, les « ambactes et soldures » étudiés par Alain Testart et Luc Baray dans la Gaule pré-romaine ou les armées levées par les compétiteurs pour le pouvoir dans le dernier siècle de la République romaine, ou plus près de nous, les « gangs » de mercenaires du monde post-colonial et les milices privées agissant comme supplétifs dans les conflits d’après la guerre froide. La période qui va de la fin de l’Antiquité au début de l’époque moderne – un long Moyen Âge, donc – est particulièrement concernée par ce phénomène, qui a rarement été étudié dans la longue durée et dans une optique de comparaison entre les différentes formes de groupes armés au sein de l’Europe médiévale (au sens large).

Il existe de fait des travaux sur plusieurs de ces phénomènes pris isolément : sur les troupes de « bucellaires » employés par les élites gallo-romaines à la fin de l’Antiquité ; sur le comitatus, la Gefolgschaft ou le warband des temps barbares (pour utiliser une expression discutable mais commode) ; sur les bandes de pillards du IXe-XIe siècle, Sarrasins, Hongrois et surtout vikings ; sur les mesnies de chevaliers du Moyen Âge central ; sur les grandes compagnies de la guerre de Cent Ans ; sur les armées levées par les condottiere italiens ; sur les troupes de reîtres, Suisses ou lansquenets ; sur les clientèles armées des grands seigneurs au temps des guerres de Religion ; sur les débuts de la piraterie et de la course « classiques » ; sur les armées levées par des entrepreneurs militaires « privés » comme Tilly ou Wallenstein pendant la guerre de Trente Ans (la liste n’est pas exhaustive, loin de là). Dans tous ces cas, les groupes évoqués ne sont pas des armées soldées et permanentes mais des « montages », voire des « bricolages » militaires établis pour un temps, parfois assez instables mais qui n’en mènent pas moins des opérations qui peuvent être de grande ampleur : or, entre le Ve et le XVIIe siècle, ce sont des groupes de ce type qui font la guerre en Europe occidentale.

Ces différents types de groupes armés ont pu être comparés dans leur fonctionnement et dans leur idéologie, à des groupes plus ou moins semblables des mondes extra-européens, par exemple dans le Japon et l’Islam médiévaux : ainsi les troupes de samouraïs ont fait l’objet et continuent de faire l’objet de comparaisons avec les mesnies chevaleresques ; pensons aussi aux travaux sur les troupes de ghazi, ces guerriers volontaires allant mener le jihad sur les frontières de l’Empire byzantin au VIIIe-Xe siècle, ou encore sur l’institution du ribat, qui a fait couler beaucoup d’encre. En revanche, la question de la comparaison entre périodes et phénomènes variés au sein de l’Occident médiéval reste paradoxalement beaucoup moins abordée, sinon sous la forme des « origines », des « influences » ou des « survivances » d’une forme ou d’une autre (en particulier de la chevalerie : quand a-t-elle commencé, peut-on en trouver des formes précoces, des « abâtardissements » tardifs ?) – une approche qui a bien sûr sa légitimité mais qui n’est pas celle que nous voudrions adopter ici.

Dans une optique plus explicitement comparative et anthropologique, nous voudrions en effet nous pencher sur la question du fonctionnement de ces groupes et de leur représentation dans les sources médiévales. Voici quelques-unes des questions qu’on peut se poser afin de comparer entre elles les diverses formes que prend le phénomène entre la fin du IVe siècle et le milieu du XVIIe siècle à l’échelle de l’Occident médiéval, c’est-à-dire dans toutes les régions qui, à la veille de la Réforme, constituent la chrétienté latine.

  • Comment ces groupes « tiennent »-ils ? Sont-ils d’ailleurs stables ? Quelles logiques président à leur formation, à leur maintien, à leurs transformations – ce qui signifie qu’on doit aussi se poser la question : comment se défont-ils ? Ces éléments se révèlent tout particulièrement aux moments cruciaux que constituent les successions et autres passations de pouvoir, qu’elles soient le résultat de la mort (ou du retrait) du chef ou qu’au contraire elles en soient la cause. L’essentiel dans ces moments de tension est, pour le groupe, de se perpétuer, de persévérer dans son être : comment font ses membres pour continuer à exister en tant que groupe quand son fondement (le chef) disparaît ?
  • Quelles sont les dynamiques de groupe que l’on peut repérer dans les sources ? Ces dynamiques peuvent évidemment être verticales : entre le chef et les hommes, entre les « officiers » et la « piétaille », et à travers tous les phénomènes de hiérarchisation interne. Mais elles peuvent aussi être horizontales, et ce point est essentiel car la « cohésion » est un des maîtres mots des groupes de combattants : sans cohésion, pas de combat efficace possible. Ces dynamiques horizontales existent entre les hommes eux-mêmes et les sous-groupes entre lesquels ils se répartissent et s’organisent (plus ou moins, car l’organisation n’est pas toujours serrée) ; mais elles existent aussi entre les hommes armés et un certain nombre de catégories périphériques qui participent du fonctionnement du groupe et dont on peut dire, jusqu’à certain point, qu’ils en font eux aussi partie : des femmes, les individus chargés de l’approvisionnement, mais aussi les « spécialistes » variés comme les armuriers, les clercs ou les poètes chargés de fournir au groupe des services qui sont indispensables à son fonctionnement.
  • Le fonctionnement « sous les armes » du groupe est-il permanent ou intermittent ? En effet, alors que la « garde personnelle » d’un souverain semble entourer en permanence celui qu’elle protège, un grand seigneur peut être amené à mobiliser une partie de sa clientèle pour des campagnes ponctuelles, parfois de très courte durée. Dans tous les cas, quelle place tiennent les moments non explicitement guerriers d’interaction personnelle entre les membres du groupe ? Et comment maintiennent-ils le contact et la cohésion en dehors des moments proprement militaires ? Ces activités non combattantes sont absolument essentielles pour la vie du groupe, car il faut bien comprendre que, même pour un guerrier dont la guerre est l’activité principale, l’essentiel du temps est occupé à autre chose que le combat.
  • Quelles sont alors les pratiques, les activités communes, voire communautaires, qui assurent (plus ou moins bien) la cohésion du groupe ? On pense tout de suite à l’entraînement guerrier (qui peut être commun ou individuel) et surtout à l’expérience commune du combat qui forge une camaraderie. Mais d’autres pratiques peuvent être mises en avant, qui sont tout aussi importantes : le partage de la nourriture et de la boisson, le cantonnement en commun, le jeu (pensez aux pièces de jeu retrouvées dans les tombes ou les habitats), le partage du butin, etc. Il faut aussi mentionner des pratiques qui créent une idéologie commune, qui peut ou non exalter le chef, mais qui donne au groupe un « carburant idéologique » si important quand il s’agit de risquer sa vie sur le champ de bataille : cela se prépare en amont, par la mise en place d’un récit propre au groupe, l’adoption de dévotions ou de signes distinctifs communs. Il arrive enfin (plutôt dans les périodes tardives, semble-t-il) que des règles de fonctionnement explicites soient édictées, des règlements mis par écrit.
  • La compétition interne au groupe est-elle un danger pour son existence ou participe-t-elle de son fonctionnement ? La question peut sembler étrange, car les affrontements entre membres (qui plus est armés) d’un même groupe semblent a priori devoir mener celui-ci à sa perte. Pourtant, toutes les pratiques compétitives ne sont pas négatives : ainsi, s’affronter aux échecs ou lors de joutes et de tournois est un moyen de renforcer la cohésion. De même, les affrontements au moment des successions ne riment pas toujours avec éclatement : ils sont en partie attendus, voire ritualisés, et permettent à chacun de trouver sa place dans le nouvel ordre qu’il faut mettre en place après la disparition du chef.

Cette journée d’étude a constitué un atelier exploratoire destiné à mettre à l’épreuve la pertinence d’une telle recherche à l’échelle du long Moyen Âge occidental. Les sept communications dont on va lire les résumés ont chacune tenté, à partir d’études de cas, de répondre à certaines des questions posées ci-dessus.

Bibliographie indicative

Barthélemy D., La chevalerie. De la Germanie antique à la France du XIIe siècle, Paris, 2007.

Bazelmans J., By Weapons Made Worthy: Lords, Retainers and their Relationship in Beowulf, Amsterdam, 1999.

Le combattant au Moyen Âge (Actes des Congrès de la SHMESP, 18), Paris, 1995.

Davies S., « The teulu, c. 633-1283 », Welsh History Review, 21, 2003, p. 413-454.

Evans S. S., The Lords of Battle. Image and Reality of the comitatus in Dark-Age Britain, Woodbridge, 1997.

Flori J., L’essor de la chevalerie, XIe-XIIe siècles, Genève, 1986.

Gautier A., « Nature et mode d’action des bandes armées vikings : quelques réflexions sur la seconde moitié du IXe siècle », Revue d’histoire nordique, 23, 2018 pour 2016, p. 71-86.

Haddad É., « Noble Clienteles in France in the Sixteenth and Seventeenth Centuries: A Historiographical Approach », French History, 20/1, 2006, p. 75-109. https://doi.org/10.1093/fh/cri055

Halsall G., Warfare and Society in the Barbarian West, 450-900, Londres, 2003.

Kuhn H., « Die Grenzen der germanischen Gefolgschaft », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte – Germanische Abteilung, 73, 1956, p. 1-83.

Raffield B. et al., « Ingroup Identification, Identity Fusion and the Formation of Viking War Bands », World Archaeology, 48/1, 2016, p. 35-50. https://doi.org/10.1080/00438243.2015.1100548

Testart A., Baray L., « Ambactes et soldures : Figures gauloises du compagnonnage guerrier », dans V. Lécrivain (dir.), Clientèle guerrière, clientèle foncière et clientèle électorale. Histoire et anthropologie, Dijon, 2007, p. 51-84.

Zouache A., « La guerre dans le monde arabo-musulman médiéval (IVe/Xe-IXe-XVe siècle) : perspectives anthropologiques. Introduction », Annales islamologiques, 43, 2009, p. 1-30. http://www.ifao.egnet.net/anisl/043/01/


Comment citer cet article : Alban Gautier, « Introduction : Les dynamiques internes des bandes armées », dans Gautier A. (dir.), Bandes de guerriers et clientèles armées de l’Antiquité tardive à la Renaissance, Les Échos du Craham, 07/05/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2103, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.