Contrefaire la monnaie dans la vallée du Nil au début du IVe siècle. Un nouvel examen des moules en terre cuite de Dionysias (Qasr-Qārūn, Égypte) dans le cadre d’une mission scientifique attribuée par l’IFAO (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire)

Responsables : Pierre-Marie Guihard (Craham) et Jérémie Chameroy (RGZM)
Collaborateur : Guillaume Blanchet (Craham)

La production de monnaies par surmoulage est particulièrement répandue en Égypte, où elle est attestée depuis l’époque ptolémaïque (Faucher 2015) jusqu’au VIIe siècle après J.-C. (Noeske 2009). C’est toutefois au IVe siècle après J.-C. que le phénomène atteint son apogée, comme le montrent les milliers de moules monétaires mis au jour dans la vallée du Nil et répartis entre 8 trouvailles (Figure 1). La découverte la plus spectaculaire eut lieu lors des fouilles de Dionysias (Qaṣr-Qārūn) en 1948, lorsque 15 000 moules d’argile d’époque constantinienne jetés au rebut après leur emploi furent retrouvés dans une maison partiellement délabrée du quartier résidentiel de la ville (Figure 2), à une centaine de mètres de la forteresse de l’Ala V Praelectorum (Schwartz, Wild 1950).

Figure 1 : Répartition des découvertes de moules monétaires en terre cuite du IVe siècle mis au jour le long de la vallée du Nil

Figure 2 : Le bâtiment d’où proviennent les 15 000 moules mis au jour à Dionysias (Schwartz, 1969).

Le projet « Contrefaire la monnaie dans la vallée du Nil au début du IVe siècle » consiste donc à reprendre l’étude des moules en terre cuite mis au jour à Dionysias, qui font aujourd’hui partie intégrante des collections de l’IFAO au Caire sans avoir jamais été précisément inventoriés (Figure 2). Ce travail bénéficie d’un financement dans le cadre des opérations scientifiques de l’IFAO (2018-2019).

Figure 3a : Exemple de moule monétaire portant les empreintes de deux nummi du IVe siècle (Römisch-Germanisches Zentralmuseum O.33377. Clichés J. Chameroy)

Figure 3b : Exemple de moule monétaire portant les empreintes de deux nummi du IVe siècle (Römisch-Germanisches Zentralmuseum O.33377. Clichés J. Chameroy)

La découverte réalisée sur le site de Qaṣr-Qārūn représente en effet une source majeure pour l’étude du surmoulage de monnaies impériales au Bas-Empire, et unique à la fois par son importance numérique et par la connaissance de son contexte archéologique. Le seul ensemble de volume comparable, qui avait été dégagé un demi-siècle plus tôt au cours de la Papyrusgrabung (1898-1899) près d’Héracléopolis Magna, a péri dans un accident avant de pouvoir être étudié : les quelque 15 000 moules et restes de production ont sombré dans le port de Hambourg lorsqu’un incendie se déclara sur le bateau transportant les découvertes des fouilles allemandes (Noeske 2006).

Le complexe exceptionnel de Qaṣr-Qārūn conduisit J. Schwartz et M. Jungfleisch à dresser un premier inventaire des trouvailles de moules monétaires (Jungfleisch, Schwartz 1952), qui permit d’apprécier toute la dimension de la pratique du surmoulage dans la vallée du Nil et notamment l’usage quasiment limité à l’Égypte des moules à nummi du début du IVe siècle. Il a été complété depuis par de nouveaux lots de moules monétaires conservés dans des collections publiques et privées (Hermopolis Magna par Barakat, Picard 2002 ; Noeske 2001, 2006). L’intérêt pour les techniques de fabrication de ces valves a suscité plusieurs études qui s’attachèrent à reconstituer les différentes étapes de travail depuis la prise d’empreintes jusqu’au produit final (Andrieux et al. 2005 ; Barakat 2005) (Figure 4).

Figure 4 : Réalisation des moules monétaires (1/ Pression entre les rondelles d’argile et les monnaies piégées à l’intérieur pour la prise des empreintes. 2/ La pile de moules est remontée et une encoche triangulaire est réalisée pour former un canal lors de la coulée du métal. 3/ Phase de démontage : un à un les disques d’argile sont détachés et les monnaies récupérées puis la pile est remontée. 4/ Les piles sont regroupées par trois, les encoches tournées vers le centre) (d’après Chameroy, Guihard, 2014)

Toutes ces publications montrent qu’à l’évidence, la production de monnaies coulées faisait partie intégrante de l’économie monétaire en Égypte dans la première moitié du IVe siècle. Les explications avancées jusqu’ici pour justifier cette production locale invoquent un manque de numéraire, en supposant que l’atelier impérial d’Alexandrie (le seul actif en Égypte) n’avait pas la capacité d’alimenter l’ensemble de la vallée du Nil en petit numéraire. Le surmoulage de nummi aurait été une activité quasiment légale (Gara 1978 ; Noeske 2001), tolérée par un État incapable d’assurer un approvisionnement monétaire régulier. À Dionysias, la proximité de la forteresse suggéra même à plus d’un chercheur l’idée d’une complicité tacite entre l’armée et l’officine monétaire (Carrié 2016), dont elle aurait peut-être tiré profit. Les interprétations développées ne reposent toutefois que sur une étude superficielle du mobilier, sans qu’aucune approche spécifiquement dédiée au déroulement et à la chronologie des productions identifiées n’ait été menée.

Or l’examen des empreintes apposées sur un même moule (et notamment des empreintes de revers, assez précisément datables) a permis de préciser la chronologie de la production, apparemment resserrée autour des années 312-313 d’une part, de 317 d’autre part (Chameroy 2009). Si les dévaluations successives du nummus entraînaient des poussées d’inflation des prix, la mise sur le marché de nummi coulés (Inflationsgeld, Chameroy 2009) aurait peut-être pallié le besoin accru de numéraire engendré par l’augmentation des prix. Malgré tout, les deux fortes poussées d’inflation des prix à la fin du IIIe siècle et dans les années 320 furent sans incidence sur cette activité locale, ce qui nous oblige à considérer également d’autres facteurs à l’origine du surmoulage de nummi. Ainsi, la production a également été interprétée, sur fond d’époque troublée par le jeu politique, comme une réaction opportuniste aux manipulations monétaires de l’État qui, au besoin, n’hésitait pas à modifier la valeur faciale du nummus (Guihard, à paraître). Quoi qu’il en soit, la technique du coulage, utilisée en lieu et place de la frappe, distingue d’emblée cette production des ateliers monétaires impériaux. Ces derniers ont exclusivement recours à la frappe entre deux coins pour imprimer le droit et le revers sur les flans monétaires. La première loi interdisant explicitement la fabrication de monnaies de billon (CTh IX, 21, 3) n’est pas antérieure à Constantin (326). Elle mentionne toutefois expressément la technique du coulage, en condamnant ce procédé qui fait concurrence aux monetae publicae dans lesquelles la monnaie était frappée. Ainsi, la réaction de Constantin, même tardive, à un phénomène déjà ancien prouve que l’empereur (et probablement avant lui, les Tétrarques) ne pouvait accepter une telle activité dans l’Empire, mise clairement au rang de faux-monnayage.

En ce sens, la trouvaille de Qaṣr-Qārūn demeure pour l’étude du faux-monnayage une mine d’informations encore insuffisamment exploitée, en particulier du point de vue du développement de la production. Dans la publication originelle, J. Schwartz ne compta en effet que le nombre de types monétaires représentés (32 types de droit notamment), qui, selon ses conclusions, n’auraient servi qu’à produire deux émissions de monnaies coulées. L’étude que nous projetons va plus loin. Elle consiste d’une part à recenser les combinaisons d’empreintes sur les moules, d’autre part, à identifier les monnaies elles-mêmes (et non les types) utilisées par les faux-monnayeurs lors de la prise d’empreintes, selon la méthode validée au cours de nos précédents travaux (Chameroy, Guihard 2014, 2016). Seule la prise en compte de ces deux éléments – combinaisons d’empreintes et identification des patrices1 – permettra d’établir avec certitude la chronologie des phases de production, de reconstituer l’organisation du travail au sein de l’officine ayant rejeté ces 15 000 moules, ainsi que de quantifier la masse des nummi coulés mis en circulation à Dionysias et dans sa région. Dans le cadre de ce projet, nous prendrons pour base de travail plusieurs échantillons pris au hasard parmi les exemplaires conservés à l’IFAO : au total, 3 échantillons de 500 moules (10 % de l’ensemble de la découverte). La composition interne devra être similaire d’un lot à l’autre, afin d’assurer qu’ils constituent chacun un échantillon représentatif de l’ensemble de la production.

L’examen à la fois chronologique et quantitatif de la production apportera de nouveaux éléments pour mieux comprendre la place des nummi coulés dans l’économie monétaire égyptienne. Historiens de l’économie et numismates se heurtent en effet à un paradoxe de la documentation archéologique : alors que les fouilles de Dionysias et d’autres sites ont livré des milliers de moules monétaires portant des empreintes monétaires d’époque constantinienne, les nummi coulés sont littéralement absents des sites comme des trésors – à l’exception d’une unique monnaie coulée identifiée parmi le numéraire de Qasr-Qārūn. Ils font également défaut dans les listes de monnaies de sites les plus récents (Noeske 2006). S’agirait-il dès lors d’un numéraire dont on a surestimé l’importance en oubliant que les milliers de moules, aussi impressionnants soient-ils, n’étaient utilisés qu’une seule fois ? Si tel était le cas, les officines locales n’auraient eu, en définitive, qu’un effet marginal sur l’économie monétaire égyptienne au IVe siècle.

Bibliographie

Andrieux P., Fluzin P., Pichot V., El-Amouri M., Picard O., « Études expérimentales et métallurgiques du moulage de monnaies en bronze de la fin de l’Empire romain », dans L’exception égyptienne ? Production et échanges monétaires en Égypte hellénistique et romaine, éd. F. Duyrat F. et O. Picard, Le Caire, IFAO, 2007 (Études alexandrines, 10), p. 225-252.

Barakat F., « Gussmünzen im römischen Ägypten » dans L’exception égyptienne ? Production et échanges monétaires en Égypte hellénistique et romaine, éd. F. Duyrat F. et O. Picard, Le Caire, IFAO, 2007 (Études alexandrines, 10), p. 213-223.

Barakat F., Picard O., « Moules monétaires du Bas Empire d’Hermopolis Magana au Musée gréco-romain », dans Alexandrina 2, éd. J.-Y. Empereur, Le Caire, IFAO, 2002 (Études alexandrines, 6), p. 275-313.

Carrié J.-M., « Ressources métalliques, politiques monétaires, production et circulation des espèces dans l’Empire romain tardif », dans Produktion und Recyceln von Münzen in der Spätantike / Produire et recycler la monnaie au Bas-Empire, éd. J. Chameroy P.-M. Guihard, Mainz, RGZM, 2016 (Tagungen, Band 29), p. 3-27.

Chameroy J., « Münzgussformen und Münzreformen in Ägypten am Anfang des 4. Jahrhunderts n. Chr. », Jahrbuch f. Numismatik u. Geldgeschichte 59, 2009, p. 101-125.

Chameroy J. et Guihard P.-M., « L’officine de faux-monnayeurs de La Coulonche (Orne) : nummi coulés de la Tétrarchie en Occident », Numismatic Chronicle 174, 2014, p. 153-191.

Chameroy J. et Guihard P.-M., « Falsa fusio à Trèves. Les moules monétaires du IIIe siècle de la Löwenbrauerei et la place du denier dans la circulation monétaire en Gaule du Nord ». dans Produktion und Recyceln von Münzen in der Spätantike / Produire et recycler la monnaie au Bas-Empire, éd. J. Chameroy et P.-M. Guihard, Mainz, RGZM, 2016 (Tagungen Band 29), p. 235-263.

Faucher T., « Des monnaies grecques en Thébaïde : trouvailles monétaires dans Karnak ptolémaïque », dans La présence grecque dans la vallée de Thèbes, éd. G. Gorre et A. Marangou, Rennes, PUR, 2015 (Archéologie et culture), p. 141-146.

Gara A., « Matrici di fusione e falsificazione monetaria nell’Egitto del IV secolo », Numismatica e Antichita Classiche 7, 1978, p. 229-252.

Guihard P.-M, « La fausse monnaie coulée au début du IVe siècle dans la vallée du Nil (Égypte). État de la question », à paraître.

Jungfleisch M., Schwartz J., Les moules de monnaies impériales romaines (essai bibliographique), Le Caire, IFAO, 1952 (Supplément aux Annales du Service des antiquités de l’Égypte, cahier 19).

Noeske H.-C., « Spätkaiserzeitliche Münzgußformen aus dem Fayum (aus dem Nachlaß F. Zucker) », dans Erinnerungen an einen Rektor: Friedrich Zucker (1881-1973), éd. H. G. Walther,Jena, Hain Verlag, 2001 (Quellen und Beiträge zur Geschichte der Universität Jena), p. 63-88.

Noeske H.-C., Münzfunde aus Ägypten II. Die griechisch-römischen Münzfunde aus dem Fayum, Mainz, Verlag Philipp von Zabern, 2006, (Studien zu Fundmünzen der Antike 22).

Noeske H.-C., « Finds of Coins and Related Objects from the Monastery of Apa Shenute at Suhag » dans P. Grossmann et al., « Second Report on the Excavation in the Monastery of Apa Shenute (Dayr Anba Shinuda) at Suhag », Dumbarton Oaks Papers 63, 2009, p. 167-219, sp. p. 210-219

Schwartz J. et Wild H., Qasr-Qārūn / Dionysias 1948, la Caire, IFAO, 1950 (Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale, Fouilles franco-suisses, 1).


 
Pierre-Marie Guihard est ingénieur d’études au Craham – Université de Caen Normandie. Responsable du service de numismatique du Craham.
 

Comment citer cet article : guihard, « Contrefaire la monnaie dans la vallée du Nil au début du IVe siècle. Un nouvel examen des moules en terre cuite de Dionysias (Qasr-Qārūn, Égypte) dans le cadre d’une mission scientifique attribuée par l’IFAO (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire) », dans Les Échos du Craham, 22/03/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2038, consulté le 17/09/2019, ISSN : 2552-3139.

  1. Les patrices sont des répliques spécialement fabriquées de façon à faciliter l’identification des empreintes en négatif des moules que nous étudions. Ces répliques ou ces patrices sont obtenues à l’aide de silicone versée dans le moule []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.