Un fragment de Rémi d’Auxerre dans la reliure d’un manuscrit du Mont Saint-Michel

Nous poursuivons la chronique du catalogage des manuscrits médiévaux conservés à Avranches, dans le cadre de la Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel (BVMSM) (voir le précédent billet).

Le manuscrit 97 d’Avranches, originaire du Mont Saint-Michel, contient les livres 1 à 16 des Moralia in Job de Grégoire le Grand. Datable du début du XIe siècle, le manuscrit a été copié par deux mains bien identifiées : celle d’Ervardus, moine et copiste prolifique du Mont (il a copié les manuscrits 95, 115, 211 et 240), et celle d’Antonius, moine de Fécamp, qui a ajouté le livre XVI en fin de volume, au milieu du XIe siècle (avril 1967, p. 236, n. 101 ; Alexander 1970, p. 236).

La reliure du manuscrit a été restaurée au XVIIe siècle par les moines mauristes : les ais (plats de reliure) médiévaux ont été remplacés par des ais de carton, recouverts de cuir (veau brun), avec un décor de triple filets à froid. Il présente des gardes de papier ayant un filigrane de type « chapeau de cardinal » typique des papiers utilisés par les Mauristes lors des restaurations effectuées au Mont au XVIIe siècle. Lors du catalogage du manuscrit en janvier 2019, j’ai constaté qu’un fragment de parchemin médiéval a été utilisé pour renforcer la reliure au niveau du contreplat inférieur. Celui-ci porte une écriture dite « caroline » datable du XIe siècle, ou du début du XIIe. On note la présence du signe « e cédillé » (ȩ), utilisé à cette époque pour la diphtongue « æ », le « ȩ » ne se rencontrant plus à partir du XIIe siècle. Ce fragment, très ancien, aurait pu appartenir à un manuscrit du Mont, qui a pu être démembré à l’époque médiévale ou moderne, pour servir de matériau de renfort, pratique bien connue dans les manuscrits médiévaux (voir par exemple, dans le manuscrit 193 de Vendôme, cf. Lanoë 2003).

La pièce de parchemin a été pliée en deux dans le sens de la largeur, cousue entre le folio de garde et le contreplat. Une ligne est discernable au milieu de cette bande, qui semble être l’ancienne pliure du parchemin pour former un cahier. Un second morceau de parchemin a été superposé sur la première bande en queue (à droite sur l’image).

Avranches, Ms 97. Fragments de parchemin comme renfort de reliure (plat inférieur)

Avranches, Ms 97. Fragments de parchemin comme renfort de reliure (plat inférieur)

Dans le fragment situé en haut du contreplat (à gauche sur l’image), on peut lire quelques lignes de texte, au recto et au verso. Ces quelques lignes ont permis d’identifier le texte : il s’agit d’un commentaire médiéval sur le traité de grammaire latine de Donat (Aelius Donatus, vers 320, m. vers 380), l’Ars grammatica. Ce traité fut très célèbre au Moyen Âge et servit longtemps de base à l’enseignement du latin. Il est composé de deux parties, l’Ars minor et l’Ars maior. L’Ars grammatica de Donat fut commenté par de nombreux auteurs médiévaux. Le fragment du manuscrit d’Avranches est un commentaire sur l’Ars minor ; il porte le titre moderne Commentum Einsidlense in Donati artem minorem (Commentaire d’Einsiedeln sur l’Art mineur de Donat), nommé d’après le manuscrit 172 de l’abbaye bénédictine d’Einsiedeln en Suisse. Ce commentaire est l’œuvre d’un important auteur carolingien, Rémi d’Auxerre (Remigius Autissodorensis, 841 ?-908 ?). Les différents commentaires de Rémi d’Auxerre sur Donat ont eu une grande influence et sont souvent cités pendant l’époque médiévale (Jeudy 2009 et 1991). Au moins une trentaine de témoins manuscrits en ont été conservés (cf. FAMA-IRHT 2018).

Texte du fragment 1, au verso : (voir éd. Hagen, p. 215 ; éd. Fox, p. 84-85)

[…]ferens (?). Secundum fores, scribo. Secundum & secus et juxta idem sunt. Fores pluraliter sunt hostia domorum quæ extrinsecus aperiuntur. Valvæ vero quæ intrinsecus aperiuntur. Et dicitur a vallando [a velando dans l’éd. de Hagen] eoque se…

Avranches BM 97. Premier fragment de Rémi d’Auxerre

Avranches BM 97. Premier fragment de Rémi d’Auxerre

Remarques : Le mot initial se terminant par …ferens ne se trouve pas dans l’édition du texte.

Texte du fragment 2, au recto (voir éd. Hagen, p. 216 ; éd. Fox, p. 85-86) :

D.O magister da .i. dic præpositiones ablativi. Superius dixisti præpositiones accusativi. Ergo dic illas quæ proprie ablativo serviunt. His enim duobus per appositionem junguntur præpositiones ceteris vero per compositionem. M. A. ab. Et dicitur a domo egredior. Doma græce tectum latine. Hinc & Salomon : Melius est sedere in angulo domatis cum leaena quam cum muliere litigiosa. Ab homine accepi. Homo dicitur ab humo. Abs…

Avranches BM 97. Fragment de Rémi d’Auxerre

Avranches BM 97. Fragment de Rémi d’Auxerre

Remarques : Ce passage est très fidèle à celui de l’édition. On reconnaît un extrait du livre biblique des Proverbes : Melius est sedere in angulo domatis quam cum muliere litigiosa (Prov. 21.9 et 25.24, éd. Weber 1969, p. 975 et 980). Les mots cum leaena ne sont pas présents dans ce passage de la Bible.

Un troisième fragment se trouve en bas de page, et a été collé sur la bande où se trouvent les autres fragments. Il est probablement issu du même folio que les premiers, car ce passage est proche des deux autres dans l’édition du texte.

loquutus est dominus. testes dicuntur a testiculi[s] <…> sine duob[us] non recipitur in testimonio <…> idem sunt. Clam custodibus surrexit D[ominus] <…> custodibus Coram et palam idem surrexit (?) Cla(m) … <…>venio .I. de mercato. Forum neutri generis e<…>te mercatum : fori vero pluraliter masculi<…> navium unde virgulius. Laxantque for<os>…

Avranches BM 97. Fragment de Rémi d’Auxerre

Avranches BM 97. Fragment de Rémi d’Auxerre

Au verso, on trouve, sur la partie dépliable :

Caelu(m) dicitur pictum. A c(a)elo c(a)elas; id est sculpo scul[…] in stellis e(st) depictum. Et c(a)elum d(icitu)r acelando […] p ae diptongon. Caelu(m) v(er)o q(uod) e(st) instrum(en)[tum].

Ce passage comprend des correspondances avec le texte de Rémi, mais sans en être une copie. On trouve aussi des points communs avec un passage d’un commentaire de Sedellius Scottus (IXe siècle) sur Donat, notamment la formule Caelum dicitur pictum, que l’on ne trouve pas chez Rémi (Brearley, 1975, p. 299).

Avranches BM 97. Fragment de Rémi d’Auxerre

Avranches BM 97. Fragment de Rémi d’Auxerre

Dans le prolongement des premiers passages, sur la bande large de parchemin, dans la partie droite, on lit un autre texte. Celui-ci, qui est d’une encre plus claire, contient des gloses interlinéaires d’une encre noire plus lisible, et a été écrit par un autre scribe que les passages de Rémi d’Auxerre. On peut lire (l’image est ici recadrée) :

…syllabas proferuntur, ut huius et huic rei, <accusativus in em, ut hanc rem> vocativus similis est nominativo, ut o res, <ablativus> in e productam, ut ab hac re. Nominativus et accusativus et vocativus pluralis ejusdem declinationis in es productam exeunt, ut hae et has et o res, genitivus addita rum syllaba ablativo singulari, ut ab hac re harum rerum, <dativus> et ablativus in bus, ut his et ab his rebus. Et haec quidem compendii causa ad instituendos…

Avranches BM 97. Fragment de Priscien

Avranches BM 97. Fragment de Priscien

Il s’agit d’un passage d’un autre traité de grammaire latine, l’Institutio de nomine et pronomine et verbo, de Priscien de Césarée (né vers 470). Ce texte, fréquemment utilisé pour l’enseignement du latin au haut Moyen Âge, était souvent glosé, notamment de commentaires interlinéaires (Jeudy 1973, 74-75), comme ce fragment du manuscrit d’Avranches. Ces gloses citent régulièrement Rémi d’Auxerre, auteur d’un commentaire sur cette même œuvre de Priscien.

On peut imaginer que d’autres folios existaient dans le cahier d’où sont extraites ces bandes de parchemin, entre la fin du texte de Rémi et ce passage de Priscien. Le manuscrit dont sont tirés ces fragments devait donc être un recueil contenant des textes de grammaire ; ou encore un ensemble de textes de Rémi, si on admet dans ce cas l’hypothèse (que je n’ai pu vérifier) que les gloses sur Priscien viennent du commentaire de Rémi. C. Jeudy (1972, p. 94) signale le manuscrit Cambrai 830 (735), daté du XIIe siècle, recueil de textes théologiques, qui contient à la suite, le Commentum in Donati artem minorem de Rémi (f. 75-86) puis un extrait du Institutio de nomine, pronomine et verbo (f. 86-89). Cette même succession s’observe également dans un autre recueil de miscellanées, le ms. Orléans 282 (236) (cf. Jeudy, p. 112-113). Il n’est donc pas surprenant de trouver copiés ensemble dans cette « épave » d’un manuscrit perdu les textes de Rémi d’Auxerre et de Priscien.

On ne peut pas dire à quel moment fut démembré ce manuscrit, mais la probabilité est forte qu’il s’agisse de l’époque des Mauristes. Ceux-ci ont pu considérer qu’un vieux manuel de latin, peut-être en mauvais état, n’avait plus d’utilité. L’inventaire des manuscrits du Mont, réalisé par Anselme Le Michel en 1639, avant la restauration des reliures par les Mauristes dans les années 1650, ne signale qu’un traité de grammaire, sous la cote R1, un Liber grammaticalis, sub cujus medium est libellus Cassiodori senatoris de orthographia. Item de partibus orationis grammaticæ. Montfaucon l’a vu en 1739 (signalé sous le numéro 221, avec pour description 221. item 1. Orthographia Cassiodori ; item 2. Collectanea quædam ex Valeriano, Adamantis Martyris ;  item 3. Item. Commentarius de oratione, in-8), et le décrit comme un in-octavo – il ne peut donc avoir vu un manuscrit supposément démembré un siècle plus tôt. De plus, le format du parchemin renforçant la reliure est d’au moins 18 cm de large de chaque côté de la pliure, ce qui correspond à un format in-quarto.

Aucun autre traité de grammaire ou de rhétorique n’est signalé dans les inventaires anciens de la bibliothèque de l’abbaye du Mont Saint-Michel. Mais les fragments retrouvés dans le ms. 97 peuvent avoir fait partie d’un recueil de miscellanées traitant de sujets divers, et dont le contenu n’a pas été décrit en détail par Le Michel ou Montfaucon. Plusieurs dizaines de manuscrits du Mont signalés dans les inventaires anciens n’ont toujours pas été identifiés et retrouvés. Faute de savoir à quel manuscrit les fragments grammaticaux du ms. 97 ont appartenu, on peut néanmoins considérer qu’il existait à la bibliothèque de l’abbaye montoise un recueil du XIe siècle comprenant les œuvres grammaticales de Priscien et Rémi d’Auxerre, ouvrage ou recueil ayant certainement servi à l’étude et à l’enseignement de la langue latine.

Bibliographie

Sources

Bibla Sacra Vulgata, éd. R. Weber (1969), Stuttgart, Wurtenbergische Biblestalt, t. II.

Brearley D. (éd.) (1975), Commentum Sedulii Scotti in mai̡orem Donatum grammaticum, Toronto, Pontificial institute of mediaeval studies (Studies and texts, 27).

Keil H. (éd.), Grammatici latini, t. III, Leipzig, Teubner, 1859, p. 441-456, sp. 448-449. https://archive.org/details/grammaticilatin04hagagoog/page/n473

Rémi d’Auxerre, Commentum Einsidlense in Donati artem minorem in Anecdota helvetica, quae ad Grammaticam latinam spectant ex bibliotheci Turicensi Einsidlensi Bernensi,  éd. H. Hagen, Hildesheim, Georg Olms, 1961 (Grammatici latini ex recensione, ed. Henrich Keil, vol. 8, p. 215-216.

Rémi d’Auxerre, Remigii Autissiodorensis in Artem Donati minorem, éd. W. Fox, Leipzig, Teubner, 1902 (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum Teubneriana), p. 84-86. En ligne : https://archive.org/details/remigiiautissiod00remiuoft/page/n99

Études et catalogues

Alexander J.J.G. (1970), Norman illumination at Mont Saint-Michel (966-1100), Oxford, Clarendon Press.

Avril F., (1967) « La décoration des manuscrits au Mont Saint-Michel (XIe-XIIs.) », dans Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, t. 2, R. Foreville (dir.), Vie montoise et rayonnement intellectuel, Paris, P. Lethielleux (Bibliothèque d’histoire et d’archéologie chrétiennes), p. 203-238.

FAMA-IRHT (2018) : « Notice de Commentarius in Donati artem minorem, Remigius Autissiodorensis (0841?-0908?) », dans P. Bourgain, F. Siri, D. Stutzmann, FAMA : Œuvres latines médiévales à succès. En ligne :  http://fama.irht.cnrs.fr/oeuvre/326932.

Jeudy C. (2003), « In Donati Artem Maiorem, Rémi d’Auxerre », Corpus de textes linguistiques fondamentaux (CTLF), Lyon, CID-ENS. En ligne : http://ctlf.ens-lyon.fr/n_fiche.asp?num=1225.

Jeudy C. (1991), « L’œuvre de Rémi d’Auxerre. État de la question », in D. Iogna-Prat, C. Jeudy, Colette et G. Lobrichon (éd.), L’École carolingienne d’Auxerre de Murethach à Rémi, Paris, Beauchesne, p. 147-156.

Jeudy, C. (1972-1973), « L’Institutio de nomine, pronomine et verbo de Priscien : manuscrits et commentaires médiévaux », Revue d’Histoire des Textes 2, p. 73‑144. https://doi.org/10.3406/rht.1973.1071

Lanoë G. (2003), « La reliure du manuscrit 193 de Vendôme », dans La lettre volée, dir. J. Dalarun, Paris-Orléans, IRHT. En ligne : https://irht.hypotheses.org/2725

Le Michel, A., et P. Oudin (1639), Catalogus librorum manuscriptorum bibliothecae Sancti Michaelis in periculo maris, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10515937v/f231.image

Montfaucon (de) B. (1738), « Manuscripti codices monasterii Sancti Michaelis in periculo maris », dans Bibliotheca Bibliothecarum manuscriptorum nova, Paris, Briasson, t. 2, p. 1356-1361, https://www.unicaen.fr/services/puc/sources/maur/doc/BBMN_Mont-S.Michel_1738.xml



Thierry Buquet
est ingénieur de recherche CNRS en analyse de sources au Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article927

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Olivier Desbordes dit :

    A propos du fragment 2 : les deux lettres majuscules séparées par un point qui introduisent ce fragment représentent respectivement l’initiale de D(iscipulus) et l’interjection O usitée devant un vocatif : D(iscipulus) : O magister, da i(d est) dic prepositiones accusatiui (…). A ce D correspond à la ligne 4 du même fragment le M du Magister répondant à son élève : M(agister) : A, ab, et dicitur : a domo egredior. (…) Ces deux initiales ne se retrouvent pas dans le chapitre correspondant (97) des deux éditions citées en référence, mais elles se rencontrent dans d’autres chapitres du même commentaire de Remi d’Auxerre : cf., par exemple, les chap. 24-25 (p. 16 Fox) ; 35 (p. 28 Fox) ; etc. Sur le O comme marque distinctive du vocatif, cf. le dernier fragment transcrit, ligne 2.
    Fragment 3, lire ligne 4 : Cora(m) et pala(m) ide(m) sunt ; ligne 6 : Vnde Virg(i)l(iu)s “laxantq(ue) foros” (cf. Aen. VI 412 laxatque foros).

  2. LECOUTEUx Stéphane dit :

    Même si ce ne sont que des fragments, il s’agit là d’une belle découverte : aucun recueil de traités de grammaire n’avait survécu pour l’abbaye du Mont Saint-Michel jusqu’à ce que ceux-ci soient retrouvés ; or ce témoin est ancien par rapport à l’histoire de cette abbaye bénédictine, réformée en 965-966.

    Je me permets d’ajouter ceci, afin de resserrer la datation de ces fragments : il me semble que l’écriture des trois premiers fragments écrits à l’encre noire foncée est très proche de celle du moine Hervardus (voir en particulier les ‘g’ à petite boucle supérieure et à grande boucle inférieure, ainsi que les différentes formes de ‘a’) et des moines du Mont Saint-Michel actifs entre 990 et 1020 (l’abréviation ‘pro’ dans le premier fragment est intéressante de ce point de vue) : ces fragments proviennent donc probablement d’un manuscrit du Mont Saint-Michel copié entre la fin du Xe et le premier quart du XIe siècle, donc de l’époque où d’autres commentaires de Remi d’Auxerre furent copiés au Mont Saint-Michel (commentaires sur Juvénal, Martianus Capella, etc.).

  1. 17/04/2019

    […] Un fragment de Rémi d’Auxerre dans la reliure d’un manuscrit du Mont Saint-Michel […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.