Pierre Sineux, 1961-2016

Pierre Sineux

Pierre Sineux

 Pierre Sineux était né dans la Manche en 1961 et avait fait à Caen ses études supérieures qui l’ont mené au CAPES d’histoire et géographie en 1983 et à l’Agrégation en 1988, alors qu’il enseignait en Haute-Normandie. Nommé ensuite dans le Val-d’Oise, il revint à Caen comme ATER (1992-94), et soutint en 1994 sa thèse sur « les sanctuaires et le culte d’Asklépios dans le Péloponnèse… » ; élu Maître de conférences en 1995, il soutint en 2002 une HDR au sujet élargi : « Des sanctuaires, des rites et des rêves dans le monde grec antique… ». En 2003, il est élu professeur d’ Histoire grecque. Sensible aux missions et à l’avenir de l’Université, soucieux de la formation des étudiants et de leur avenir, il devient en 2008 vice-président du CEVU puis président de l’université en 2012. Tout a été dit sur sa capacité à passionner les étudiants et à les faire travailler, sur la qualité de sa gestion de l’université et sa vision dynamique de ses objectifs et de son avenir.

Entré au Centre Michel de Boüard en 2008, après avoir dirigé le Cerlam, Pierre Sineux avait été membre du Conseil de laboratoire du Craham de 2009 à 2012. Devenu président de l’université, il avait conservé la direction de la revue Kentron et il restait attentif à l’évolution des programmes de recherche de son laboratoire comme en témoigne sa participation à l’organisation du colloque  « Soigner, purifier guérir ? », tenu à Cerisy-la-Salle en octobre 2014, dont les actes lui seront dédiés.

Le temps qu’il consacrait aux institutions universitaires et scientifiques ne doit pas faire oublier son apport  à la recherche historique. Il s’intéressait à tous les aspects de la Grèce antique, mais il s’était spécialisé, depuis son mémoire de maîtrise en 1982, dans l’étude des cultes guérisseurs. C’était au départ l’occasion de se pencher sur des destins individuels, sur des vies privées en quête de soutien divin, bref, de sortir du cadre global de la cité et de la politique. Il allait y revenir car l’étude attentive des documents et leur insertion dans l’histoire l’amenèrent à voir dans certaines fondations cultuelles (par ex. Asklépios à Lébéna en Crète ou Amphiaraos à Oropos), dans certaines productions artistiques liées à ce culte (par ex. le péan d’Isyllos), des gestes politiques destinés à rendre visibles des relations spécifiques avec la divinité.

Intrigué par la tendance récurrente à voir dans ces guérisons des « miracles », il se plongea dans une analyse exhaustive des rites d’incubation et dans l’historiographie de ces dieux et sanctuaires guérisseurs, ce qui l’amena à une vision très nuancée de la part de réalité et de mythe. Il comprit que, dans les récits de consultation, l’événement décisif était l’apparition du dieu dans le rêve, sans rapport nécessaire avec la tekhnè médicale : un geste rapide et spontané qui guérit sur-le-champ, « un dieu dont le pouvoir guérisseur relève d’une réalité divine insaisissable » ; le rêve a permis d’atteindre le dieu et on le raconte ensuite pour dire sa toute-puissance. Il a donc redonné au religieux toute sa place dans l’histoire des cultes guérisseurs, sans nier pour autant l’existence de pratiques contribuant aux guérisons. Malheureusement, il n’a pu achever l’ouvrage qui aurait synthétisé toutes ses réflexions sur le sujet : « Dormir, rêver peut-être… ». Recherches sur le rite de l’incubation dans le monde grec. Il serait sans doute parvenu à allier comme toujours l’étude minutieuse de la documentation, l’esprit de synthèse et le souci d’être compris de tous, comme il l’a montré dans Qu’est-ce qu’un dieu grec ? Mais ne rêvons pas…

Bibliographie restreinte

Comment citer cet article : Craham, « Pierre Sineux, 1961-2016 », dans Les Échos du Craham, 12/07/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/187, consulté le 24/05/2019, ISSN : 2552-3139.

Françoise Ruzé est professeure émérite d’Histoire grecque à l’université de Caen.
Page personnelle :  http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article495

.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.