“Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es” : Alimentation et Identité(s) à travers les âges et les civilisations

Le colloque « Alimentation et identité(s) » s’est tenu du jeudi 11 au samedi 13 octobre 2018 à la MRSH de l’Université de Caen, au Mémorial de Caen et au Musée archéologique de Vieux-la-Romaine.

Cette manifestation scientifique, largement ouverte au grand public et aux étudiants, a rencontré un grand succès, chacune des trois journées du programme ayant attiré entre 60 et 80 auditeurs. Intégré au programme de trois séminaires du master d’histoire, soutenu par deux laboratoires (le Craham et Histémé) et par l’UFR Humanités et Sciences Sociales, ce colloque a aussi bénéficié de l’aide de l’Université de Caen, du CNRS, du département du Calvados, de la communauté urbaine de Caen la Mer et de l’Institut universitaire de France, sans oublier la participation des institutions qui ont accueilli les trois sessions. Il coïncidait avec l’exposition « Ils sont food, ces Romains » mise en place au Musée de Vieux-la-Romaine depuis avril 2018.

Plus de vingt chercheurs – archéologues, historiens, philologues, littéraires et sociologues – exerçant dans toutes les universités normandes et dans plusieurs autres institutions de France, de Belgique, du Royaume-Uni et même de Malaisie, ont abordé la question des rapports entre alimentation et identités, un sujet qui traverse de nombreuses disciplines et permet de nourrir des discussions transversales très enrichissantes.

Poste d’observation original des sociétés du passé et du présent, l’alimentation permet en effet d’en éclairer les dimensions politiques, sociales, économiques, techniques et culturelles au sens le plus large du terme. Elle est, dans l’histoire comme aujourd’hui, un lieu où se forgent, s’expriment et parfois s’affrontent les appartenances individuelles et collectives : des groupes religieux ou ethniques, des identités de genre, de classe sociale ou de conviction peuvent fonder leur différence et/ou leur cohésion sur le partage alimentaire, sur l’adhésion à des normes, à des goûts, à des discours sur l’aliment commun. L’alimentation, c’est-à-dire la table, mais aussi tous les domaines qui l’accompagnent, de la production des aliments aux problématiques de santé en passant par la cuisine et le discours sur la nourriture et la boisson, est en effet un des principaux lieux qui donnent à voir les frontières entre les groupes, un lieu de distinction où se nouent les appartenances ressenties et les assignations identitaires.

Le colloque s’est ouvert à la MRSH par trois conférences inaugurales qui ont offert trois regards d’expertise sur le champ étudié. Bruno Laurioux (« Alimentation et identité : le regard de l’historien (voire du médiéviste) ») s’est demandé comment l’historien peut repérer les identités alimentaires, à la fois à travers l’étude des discours et l’observation des pratiques que donnent à voir les livres de cuisine et les récits des voyageurs de la fin du Moyen Âge. Jean-Pierre Poulain (« Cultures alimentaires et identités : thématisation et controverses ») nous a offert le regard du sociologue, à travers un vaste panorama de ce champ scientifique traversé par de nombreux débats depuis le début du XXe siècle : il plaide pour la notion d’« espace social alimentaire », qui permet d’articuler les cultures alimentaires aux contraintes (biologiques, environnementales, etc.) qui s’exercent sur les agents et sur les groupes sociaux. Enfin, le cuisinier Pierre Moussaoui (« Alimentation et identité dans l’Antiquité : le regard du cuisinier ») a partagé son travail de reconstitution de la cuisine et des goûts de l’Antiquité romaine et a présenté le menu qu’il a servi à l’ensemble des participations lors de la troisième journée du colloque.

La deuxième journée s’est déroulée au Mémorial de Caen. Dans la matinée, le directeur ses collections, Christophe Prime, a guidé les orateurs à travers les collections et surtout les réserves du musée qui contiennent de nombreux objets liés à l’approvisionnement des soldats des armées alliées et allemandes dans la seconde guerre mondiale. L’après-midi a vu se succéder deux sessions, la première consacrée à l’histoire et la seconde à la sociologie. Alban Gautier (« Charlemagne, le brie et le roquefort ») a exploré l’origine carolingienne du « mythe fromager » qui voit dans le brie et le roquefort « le fromage préféré » de l’empereur Charlemagne : loin de pointer vers des identités régionales, le récit source permet d’identifier le fromage comme un marqueur social au haut Moyen Âge. Marianne Brisville (« Histoire(s) de mets et de mots dans l’Occident islamique médiéval ») est revenue sur la « mosaïque identitaire » qui caractérisait le Maghreb et al-Andalus au Moyen Âge et a montré combien l’alimentation participait des phénomènes de distinction. Martin Bruegel (« Entre classe et genre : l’alimentation des ouvriers parisiens autour de 1900 ») s’est appuyé sur une vaste enquête pour étudier les pratiques alimentaires des ouvriers et ouvrières, montrant que les différences de genre entraînaient, tout autant que celles de statut, des comportements distincts. Nicolas Larchet (« Se distinguer sans trahir ? La construction des goûts alimentaires et des frontières de race et de classe chez une famille louisianaise ») s’est fondé sur une enquête de terrain menée en Louisiane dans une famille de classe moyenne noire, dont il a analysé les pratiques autant que le discours. Enfin, Camille Gourdeau (« Entrer en relation. Donner à manger aux personnes exilées à Ouistreham ») a livré les premiers résultats d’une enquête menée auprès d’un collectif d’aide aux migrants qui organise des distributions collectives de nourriture.

La troisième journée, au Musée archéologique de Vieux-la-Romaine, était consacrée à l’étude des mondes antiques, en commençant par le monde romain. Christophe Badel (« Mangeurs de bouillie ou de fèves : alimentation et identité à Rome ») et Nicolas Monteix (« Le pain, révélateur de la condition sociale pendant l’Empire romain ? ») se sont tous deux interrogés sur la place respective du pain et des autres modes de consommation des féculents dans les identités sociales et dans la représentation de soi des Romains : travaillant à partir de corpus différents (plutôt textuels pour le premier, archéologiques pour le second), ils parviennent à des conclusions en partie différentes qui ont suscité une discussion passionnante. Jérôme Laurent (« La cuisine romaine jugée par le stoïcien Sénèque ») a analysé la méfiance du philosophe à l’égard du luxe alimentaire. Andrew Dalby (« Goût d’Empire : voyage dans l’imaginaire gastronomique de l’Empire romain ») a illustré par de nombreux exemples le discours de géographie alimentaire développé par les élites de l’époque impériale qui mangeaient littéralement l’espace de l’Empire en sélectionnant les provenances les plus diverses et les plus prestigieuses. C’est à un tel festin que nous a alors conviés Pierre Moussaoui qui, à côté des inévitables fèves, nous a proposé des plats voyageurs comme un morceau de « sirène » et, en dessert et en guise de clin d’œil, une manière de teurgoule à la cardamome, fusion d’identité romaine et d’identité normande !

L’après-midi nous a emmenés plus loin encore dans le temps et l’espace, jusqu’aux civilisations égyptiennes, grecque et mésopotamienne. Dominique Farout (« Un particularisme égyptien : de la hyène dans l’assiette des morts ») s’est appuyé sur l’épigraphie et l’iconographie pour affirmer que des hyènes étaient élevées, engraissées et consommées dans l’Égypte ancienne. Christine Dumas-Reungoat (« Du héros mésopotamien Enkidu aux “mangeurs de pain” d’Homère et d’Hésiode : les céréales, un critère essentiel pour définir l’identité humaine ») a comparé les mythes mésopotamiens et grecs et montre que les uns comme les autres définissent des aliments qui « font » l’humanité. Jean-Manuel Roubineau (« L’effort pour aromate : le brouet noir et l’identité spartiate ») est revenu sur le célèbre « brouet noir » qui, selon plusieurs auteurs antiques, aurait constitué le mets emblématique des Spartiates : ce plat, qu’il identifie comme une soupe de sang, était réputé immangeable par les non-Spartiates, qui seuls, en raison de leur mode de vie, auraient été capables de l’apprécier. Luciana Romeri (« Dis-moi comment tu manges, je te dirai si tu es sage. Postures et paroles du philosophe aux banquets de Platon ») a étudié le comportement et le discours de Socrate dans plusieurs dialogues (en particulier La République), montrant combien, aux yeux de Platon, l’alimentation est un lieu de définition de l’identité politique, mais aussi de celle du philosophe.

Les conclusions de ce colloque ont été proposées par Patrice Cohen, qui a su tirer les fils parfois dispersés de nos discussions. L’incorporation alimentaire est un processus à la fois physique (matériel, nutritionnel) et idéel (identitaire, culturel) : les identités et les frontières sociales sont construites et exprimées à travers ce processus d’incorporation. Ainsi le fait social alimentaire est un fait social total, qui permet notamment d’identifier et d’interpréter les identités et de les situer dans des espaces sociaux. À travers ce colloque qui a conjugué les regards diachroniques et contemporains, on observe ainsi des perspectives transversales, qui laissent entrevoir des continuités et des ruptures, un dialogue entre le temps long et les préoccupations d’aujourd’hui. Parmi les questions soulevées par ce colloque et qui peuvent faire l’objet de nouvelles enquêtes, on trouve ainsi : la construction des héritages identitaires dans le domaine alimentaire et l’articulation entre passé et présent ; la dialectique du luxe et de la frugalité ; la circulation des individus et des idées ; la construction d’un entre-soi et le rapport à l’altérité.


Alban Gautier, professeur d’histoire médiévale. 
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article1191

Comment citer cet article : Alban Gautier, « “Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es” : Alimentation et Identité(s) à travers les âges et les civilisations », dans Les Échos du Craham, 14/01/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1866, consulté le 06/12/2019, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.