Des crosses et des couronnes. Compte rendu de la soutenance de thèse de Fabien Paquet

Fabien Paquet, Des crosses et des couronnes. Pouvoirs abbatiaux et pouvoirs royaux dans le diocèse de Rouen (fin du XIIe siècle-milieu du XVe siècle), thèse de doctorat en histoire, soutenue le 8 décembre 2018 à l’université de Caen Normandie.

Jury : Anne Curry, Professeur d’histoire médiévale à l’université de Southampton (rapporteure) ; Véronique Gazeau, Professeure émérite d’histoire médiévale à l’université de Caen Normandie (directrice) ; Armand Jamme, Directeur de recherche CNRS – université de Lyon 2 ; Élisabeth Lalou, Professeure d’histoire médiévale à l’université de Rouen Normandie ; Élisabeth Lusset, chargée de recherche au CNRS-LAMOP – université Paris 1 – Panthéon Sorbonne ; Olivier Mattéoni, Professeur d’histoire médiévale à l’université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne (président du jury) ; Thierry Pécout, Professeur en histoire médiévale à l’université de Saint-Étienne (rapporteur).

Après des remerciements adressés aux membres du jury et à sa directrice de thèse, Fabien Paquet présente synthétiquement ses recherches de doctorat. Il s’est intéressé aux abbés de onze monastères bénédictins du diocèse de Rouen entre le rattachement de la Normandie au domaine royal français par Philippe Auguste (1204) et la période de la Normandie lancastrienne, en abordant leurs liens avec le pouvoir royal. Le candidat évoque la vision historiographique des historiens anglais, français et normands quant à la date d’ouverture de son étude et explique s’en détacher en deux points : d’abord, en traitant la Normandie comme une entité non cohérente et ensuite, en analysant la stratégie politique des abbés et le rôle du clergé régulier dans la naissance de la province normande. F. Paquet précise alors qu’il a conçu son étude non comme une histoire totale des abbayes mais comme une enquête sur les connexions entre les abbayes (tant leurs responsables que l’institution) et le pouvoir royal en place. La fin de la période d’examen est justifiée par l’immense lacune historiographique au sujet de l’ordre bénédictin à la fin du Moyen Âge, période notamment marquée par la mise en place de la commende. F. Paquet arrête son enquête au dernier abbé régulier élu pour chaque monastère étudié. Cette chronologie longue a influencé la sélection des abbayes examinées, réduite au diocèse de Rouen, qui comprend un réseau très dense de monastères de tailles diverses, Le Bec-Hellouin et Fécamp sortant du lot.

 

F. Paquet développe ensuite sa démarche d’enquête marquée par une approche prosopographique. Ainsi, la vie et l’œuvre de 195 abbés réguliers ont été renseignées et intégrées dans une base de données répertoriant de nombreuses informations (origines géographiques, familiales et/ou sociales, carrières, conditions d’entrée en fonction, qualités et défauts des abbés, réputation et principales actions, conditions de départ et mémoire conservée au sein de l’établissement).

Le candidat expose ensuite les principales sources textuelles qu’il a utilisées. Il évoque premièrement les textes narratifs et biographiques comme les Chroniques du Bec ou le manuscrit de la British Library Cotton Domitian A XI, mais aussi les chartes contenues dans vingt-six cartulaires différents (non édités), le registre des visites pastorales d’Eudes Rigaud, les registres de la chancellerie royale et les rolls de la monarchie anglaise, ainsi que des sources plus ponctuelles comme les comptabilités ou des écrits d’historiens modernes. L’ensemble de cette documentation lui a permis de constituer un portrait de groupe des abbés. Ainsi, les abbés bénédictins concernés semblent principalement originaires de Normandie (sauf pour plusieurs supérieurs de Fécamp) ; la plupart sont issus de la petite et moyenne aristocratie et ont suivi un cursus honorum dans leur monastère ; au fil du temps, de plus en plus d’abbés ont été formés à l’université de Paris ; enfin, la mort met un terme à la majorité des carrières puisque seules vingt-deux démissions sont mentionnées, souvent pour cause de maladie ou de vieillesse. F. Paquet ajoute que les années 1340-1350 marquent un tournant. À la faveur de la circulation des bénéfices, de plus en plus d’hommes extérieurs, formés à Paris, et pour qui l’abbatiat n’est qu’une étape de leur carrière, font leur apparition.

F. Paquet s’attarde en outre sur les relations de ces abbés bénédictins avec le pouvoir royal et la généralisation du statut d’abbaye royale. Il explique le lien à la fois direct et distant qui s’établit entre Philippe Auguste et ces responsables réguliers à partir de 1204. Le candidat mentionne notamment la liberté des élections promise par le Capétien et garantie par la suite. Il évoque également la capacité des abbayes à maintenir les biens des deux côtés de la Manche malgré les conflits avec l’Angleterre. Cet état de fait se termine au cours de la guerre de Cent Ans, que F. Paquet identifie comme le moment où les abbés sont contraints de faire des choix politiques. En retour, les rois commencent par ailleurs à s’intéresser aux élections abbatiales, voire à intervenir dans celles-ci. Enfin, le XVe siècle marque la fin de la liberté des élections pour les moines bénédictins avec l’intervention papale au travers des premières mises en commende, poursuivies par le roi de France. F. Paquet conclut en indiquant que, pour le diocèse de Rouen, la fin du Moyen Âge correspond davantage à une mutation du pouvoir des abbés bénédictins qu’à un véritable déclin : à partir du XIVe siècle, les abbés ressemblent de plus en plus à des évêques (grâce au port des insignes pontificaux) et de moins en moins à leurs moines ; ils résident de moins en moins dans leur monastère. Il termine en montrant l’évolution de l’image des abbés du Bec sur leur tombeau, ce qui peut servir de symbole.

Olivier Mattéoni, président du jury, donne ensuite la parole à Véronique Gazeau qui s’exprime en tant que directrice de thèse. Elle commence par féliciter le candidat pour son travail brillant et intelligent, exécuté en seulement trois ans, développant une méthode prosopographique maîtrisée et se démarquant par l’étude d’une période et d’un ordre monastique, souvent laissés dans l’ombre par les recherches antérieures, plus intéressées par l’épiscopat. Cette enquête correspond ainsi à la volonté initiale du doctorant de dépasser le cadre de l’histoire « régionale ». V. Gazeau rappelle ensuite le parcours de F. Paquet. Elle insiste notamment sur son intérêt ancien pour l’histoire médiévale, formé dès les cours de Louis Violette en classe préparatoire au lycée Jeanne d’Arc de Rouen, puis sur son apprentissage de la méthode prosopographique durant ses années à l’École Normale Supérieure de Lyon, aboutissant à un travail de master 2 consacré aux diocèses de Sées, Avranches et Évreux entre 1204 et 1270. V. Gazeau signale également l’intégration exemplaire du candidat dans son laboratoire (CRAHAM) mais aussi dans l’UFR Humanités et Sciences Sociales de l’université de Caen Normandie, au sein desquels il assume plusieurs rôles. Elle rappelle aussi ses qualités humaines et scientifiques appréciées de tous ses collègues ainsi qu’à la revue L’Histoire où il travaille depuis de nombreuses années.

V. Gazeau revient sur les caractères originaux de ce travail de thèse. Le diocèse de Rouen s’organisant autour de la Seine, axe de communication économique et politique majeur, il offre un dossier documentaire riche et bien exploité par le candidat, que ce soit dans les Archives départementales de l’Eure ou de la Seine-Maritime ou lors de séjours à Rome et à Londres. Elle souligne l’enthousiasme et la prudence de F. Paquet dans le traitement de ces données mais aussi les qualités de mesure et d’argumentation de ses interprétations. V. Gazeau, en rappelant la structure du manuscrit, appuie sur le foisonnement de références bibliographiques, sur la qualité des cartes et des graphiques intégrés, sur la pertinence du plan chrono-thématique adopté et sur la diversité des thèmes approfondis par le candidat (étude sigillographique, enquête sur les commendes, etc.).

V. Gazeau conclut sa lecture en insistant sur le plaisir qu’elle a eu à encadrer F. Paquet, à lire son travail intelligent et bien rédigé ainsi qu’à échanger avec lui d’égal à égal ; elle tient à féliciter le candidat pour la recherche défendue.

Le président du jury donne ensuite la parole à Thierry Pécout, premier rapporteur du dossier, qui commence par féliciter le candidat pour le travail présenté. Il rappelle ensuite la structure du manuscrit et insiste sur les thématiques nouvelles abordées par le candidat (relations entre abbés normands et pouvoir royal, révision du paradigme du déclin caractérisant la perspective habituelle de l’ordre bénédictin à la fin du Moyen Âge, adoption de la méthode prosopographique pour établir des profils d’abbés et intérêt pour le moment des élections). T. Pécout tient à souligner la qualité des transcriptions et des traductions effectuées par le candidat, le respect des règles de mise en page, l’abondance de la bibliographie, la qualité et la sobriété de la cartographie ; éléments qui montrent le sérieux et le travail considérable fourni par F. Paquet. Il salue par ailleurs le choix et la maîtrise de la méthode prosopographique pour le traitement d’un si vaste corpus de sources textuelles, épigraphiques et iconographiques.

T. Pécout décrit la progression comparable de chaque chapitre qui s’ouvre sur un bilan historiographique du point abordé, un positionnement argumenté du candidat par rapport aux approches antérieures et se termine par un renouveau des perspectives. Il signale cependant quelques répétitions dans le chapitre 3, la présence en incise de l’analyse du Compte de Jean Le Cuillerier qui aurait plutôt dû figurer dans une annexe, quelques confusions entre les abbés et leurs institutions dans leurs relations avec le pouvoir royal, mais aussi la non prise en compte de l’abbé comme une figure paternelle et spirituelle (ce qui n’était certes pas directement le sujet du candidat). Les relations et réseaux entre personnes pourraient aussi figurer dans les notices prosopographiques. Quant au portrait du bon abbé, la traduction de certains termes latins pourrait être précisée, comme religiosus. Ces quelques points n’entachent en rien le travail défendu, que T. Pécout souhaite voir publier.

F. Paquet commence par remercier T. Pécout de sa lecture et poursuit en exprimant publiquement sa reconnaissance envers J.-C. Fossey (CRAHAM) pour la réalisation des cartes. Il prend en compte les autres remarques en vue du développement de son travail. Il justifie toutefois la place de l’analyse du compte de Jean Le Cuillerier dans le corps du texte car, au contraire des autres annexes, ce document lui permettait d’aborder un élément ponctuel de son enquête.

La parole est ensuite donnée à la seconde rapporteure du dossier, Anne Curry. Après avoir vanté la qualité de l’écriture et la grande maîtrise de l’ensemble des sources mobilisées, A. Curry évoque la parfaite connaissance de l’historiographie au sujet de l’impact de Philippe Auguste sur les institutions abbatiales et dit avoir été captivée par la discussion développée par F. Paquet. Elle lui pose ensuite une série de questions quant à l’influence de la présence physique du roi dans le duché de Normandie. A. Curry demande également au candidat si les abbés normands avaient la possibilité réelle de faire un choix entre leurs possessions anglaises ou françaises au moment de la réintégration de la Normandie au domaine royal français, étant donné leur responsabilité vis-à-vis de leurs institutions respectives et des moines y séjournant.

A. Curry poursuit son propos sur l’analyse prosopographique de F. Paquet, centrée sur le diocèse de Rouen, et lui demande s’il pense que certaines conclusions auraient été différentes s’il avait intégré l’ensemble des diocèses constituant la Normandie médiévale. Elle mentionne par ailleurs quelques points du portrait de groupe des abbés et interroge le candidat sur les raisons possibles de l’allongement de la durée de l’abbatiat ou le nombre restreint d’abbés devenus évêques, et donc la représentativité de ce chiffre. Elle revient ensuite sur les derniers siècles du Moyen Âge et signale à F. Paquet des Norman rolls inédits, qui pourraient documenter davantage l’impact des conflits franco-anglais, notamment la présence de garnisons anglaises en Normandie, dans la politique des abbés.

A. Curry termine en louant l’érudition ainsi que la qualité de la rédaction et de la réflexion menée par le candidat et souhaite avoir son opinion sur les avantages et inconvénients de la mise en place d’une chronologie d’étude longue.

F. Paquet exprime sa reconnaissance à A. Curry et développe sa réponse en plusieurs points. D’abord, sur la présence du roi, il mentionne des différences entre Philippe Auguste, qui est avant tout perçu comme un belligérant (jusqu’à Bouvines dans les annales de Jumièges), et Saint Louis. Il explique cependant que l’impact de leur présence se mesure au nombre d’actes qu’ils signent lors de leurs séjours dans les différents monastères. Il évoque ensuite quelques abbés ayant fait le choix difficile de privilégier l’Angleterre au moment de la conquête et signale qu’il s’agit de responsabilité individuelle que ces personnages assument en émigrant en Angleterre. Le candidat rappelle ensuite que, lors de ses recherches de master, il avait étudié trois autres diocèses normands (Évreux, Sées, Avranches) et indique qu’il y avait décelé les mêmes dynamiques dont seule l’intensité change. Il ne s’est pas interdit, par ailleurs, d’évoquer des cas hors du diocèse de Rouen lors de la thèse. Il termine en insistant sur les potentialités de nuance offertes par l’usage d’une chronologie longue.

Après la pause, Élisabeth Lusset s’adresse au candidat et salue la réussite de la thèse qui s’intéresse à un « angle mort » de l’historiographie et qui rassemble de nombreuses informations issues de dépouillements éclairés. Elle suggère ensuite plusieurs pistes afin d’améliorer certains aspects de la recherche en vue d’une publication. É. Lusset conseille d’abord au candidat d’expliciter davantage les partis pris méthodologiques lors de sa présentation des sources examinées. Elle mentionne dans un deuxième temps plusieurs fonds d’archives que F. Paquet pourrait facilement consulter pour documenter certains aspects comme la série SC8 des National archives anglaises. Il pourrait aussi faire un usage plus systématique des lettres pontificales pour confirmer certaines hypothèses. É. Lusset signale ici que l’absence de ces sources marque un biais dans la construction du sujet de recherche qui a parfois conduit F. Paquet à laisser le pape dans l’ombre dans la première partie. Elle loue par ailleurs l’effort du candidat de dépasser l’histoire régionale, en développant par exemple une comparaison avec l’abbaye de Cluny, mais lui recommande d’examiner davantage les abbayes bénédictines anglaises. Ensuite, É. Lusset évoque la place centrale de l’abbaye du Bec-Hellouin mais aurait apprécié avoir plus de détails quant à la constitution matérielle de la Chronique du Bec et aimerait voir ce document édité. É. Lusset évoque enfin quelques références bibliographiques récentes et des travaux en cours qui pourraient permettre à F. Paquet d’approfondir ses recherches sur les aspects matériels de l’écrit et sa pratique au sein des institutions monastiques.

Après avoir remercié É. Lusset, le candidat prend note de ses conseils bibliographiques. Il revient ensuite sur la quantité d’informations obtenues dans la Chronique du Bec, explique que l’édition du document ne pouvait se faire durant la thèse mais est envisagée à moyen terme et révèle même avoir réfléchi à recentrer ses recherches de doctorat sur cet établissement – projet non poursuivi afin de conserver une vue d’ensemble des relations entre abbayes normandes et pouvoirs politiques. En outre, la question de la pratique de l’écrit n’étant pas centrale au sujet, F. Paquet indique avoir reporté le traitement de cette thématique à plus tard. Enfin, il assume l’usage restreint des sources pontificales pour le début de sa période d’étude, centrée sur les rapports entre rois et abbés, l’intervention politique du pape se faisant plus pressante aux XIVe-XVe siècles.

Le président du jury donne ensuite la parole à Armand Jamme. Ce dernier loue le candidat pour le travail exécuté sur des thématiques restées longtemps dans l’ombre et vante ses qualités d’historien médiéviste mais aussi de narrateur. A. Jamme émet toutefois quelques réserves sur l’analyse anthroponymique des abbés, qui ne semble pas pertinente pour le propos d’ensemble. Il prend également l’exemple de l’étude du compte de Jean Le Cuillerier qu’il trouve extrêmement intéressante et qu’il aimerait voir éditer, mais il affirme que l’analyse codicologique est peu signifiante. Il poursuit en indiquant que les sources sont présentées lorsqu’elles sont mobilisées et aurait apprécié des explications plus détaillées à propos de certaines d’entre elles en introduction.

A. Jamme s’attarde ensuite sur le concept équivoque des élections et signale qu’il s’agit davantage d’une sélection que d’une élection au sens démocratique du terme ; il aurait apprécié un positionnement plus clair du candidat. Il insiste également sur l’importance de la période entourant la sélection d’un nouvel abbé. Il termine son propos en regrettant l’absence des décimes qui auraient permis d’enrichir la réflexion, ainsi que celle de la correspondance pontificale qui aurait dû être invoquée plus systématiquement.

F. Paquet remercie d’abord A. Jamme et répond au sujet de certaines études digressives que, malgré leurs résultats parfois décevants, il lui semblait important dinsérer afin de faire avancer la réflexion sur ces thématiques. Il confirme l’importance des étapes encadrant l’élection d’un abbé et insiste sur l’efficacité des moines à mener ce processus assez rapidement. Mais il s’est ici confronté à la limite de sa documentation, qui ne donne des informations suffisamment détaillées que sur peu d’élections.

C’est ensuite Élisabeth Lalou qui s’adresse au candidat qu’elle félicite chaleureusement pour un travail de grande qualité mené en seulement trois ans. Elle loue la qualité de l’écriture et de la narration de F. Paquet, admire la présentation matérielle du manuscrit et l’organisation des fiches prosopographiques. Elle tient à souligner que le candidat possède toutes les qualités de l’historien médiéviste et que ses recherches montrent une maîtrise dans le traitement des sources (intérêt pour la diplomatique, pour les objets et pour les espaces).

É. Lalou souhaite s’attarder sur le traitement de la période capétienne. Si elle se réjouit du positionnement scientifique du candidat, elle affirme aussi que la personnalité de Philippe Auguste est plus aisément accessible qu’il n’y paraît et qu’il semble avoir été profondément marqué, dans sa jeunesse, par le caractère miraculeux de sa naissance ; cet aspect du caractère royal pourrait avoir influencé certaines relations avec les abbés. Elle souligne que les recherches de doctorat de F. Paquet permettent de connaître enfin la position des abbés au moment de la conquête de 1204. É. Lalou revient ensuite sur les conséquences de la présence du roi dans les institutions au travers du devoir de gîte et note que les abbayes bénédictines ont peu attiré les rois ; elle s’interroge sur la proximité de certaines résidences royales notamment durant les règnes de Saint Louis et de Philippe le Bel, probablement privilégiées. Elle mentionne enfin l’exemple de la fondation de l’abbaye de Bonport, développé par F. Paquet, et le compare avec celle de Mortemer. Elle souhaite terminer en réaffirmant son admiration pour le travail du candidat et en le félicitant chaleureusement.

F. Paquet adresse ses remerciements à É. Lalou et revient sur la notion d’espace qui lui est apparue comme essentielle pour concevoir la Normandie et les abbayes dans leur complexité (il a choisi d’en faire le fil rouge de sa conclusion). Il poursuit sur le sujet de la personnalité de Philippe Auguste et mentionne que les Annales de Jumièges montrent un avis plutôt négatif sur le Capétien jusqu’à la bataille de Bouvines mais que l’on observe un changement de perspective dans les années qui suivent.

Enfin, Olivier Mattéoni prend la parole et décrit le plaisir éprouvé à la lecture de l’approche originale développée par le candidat. Il félicite également F. Paquet pour avoir tenu le délai de trois ans et comprend certains choix effectués pour respecter cette contrainte. Il évoque plusieurs sources remarquables utilisées par le candidat comme les dépenses pour l’élection de l’abbé de Saint-Ouen en 1339 dont le traitement scientifique est très rigoureux. Il note cependant quelques règles de transcription de l’ancien français qui devront être mieux respectées en vue de la publication. Il rappelle ensuite les nombreux apports importants de la thèse défendue. O. Mattéoni remarque également les similitudes entre le portrait du « bon » abbé dressé par F. Paquet et ceux du « bon » évêque et du « bon » roi, rassemblés par d’autres, en insistant notamment sur le rôle de constructeur de chacune de ces figures. Il suggère au candidat de développer, pour la suite, cette comparaison avec l’évêque.

O. Mattéoni revient ensuite sur l’étude du compte de Jean Le Cuillerier, qu’il juge remarquable, et interroge le candidat sur les conditions de rédaction de ce document puisque Jean n’était pas moine ni officier de l’abbaye. Il propose enfin une piste pour prolonger la réflexion de F. Paquet au sujet de la Réforme, dont Jean-Marie Le Gall a montré les évolutions dans les régions périphériques du royaume de France. Il conclut son intervention en félicitant chaleureusement le candidat.

Le candidat remercie O. Mattéoni pour son propos et prend bien note de l’intérêt de cette dernière perspective. Il affirme ensuite n’avoir pas osé développer la comparaison avec le roi bâtisseur mais retient la suggestion. Il conclut en indiquant, au sujet de la conception du compte de Jean Le Cuillerier, que ce dernier a également rédigé celui de l’abbaye de Montivilliers et développe ainsi quelques points de réponse.

Après une brève délibération, le jury accorde à F. Paquet le titre de docteur en Histoire de l’université de Caen Normandie. Le public applaudit chaleureusement le candidat.


 
Diane Rego, docteure en archéologie (2018, voir compte rendu soutenance : https://craham.hypotheses.org/1737), est actuellement post-doctorante au Craham. 
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article664


Comment citer cet article : Diane Régo, « Soutenance de thèse de Fabien Paquet (8/12/2018) », dans Les Échos du Craham, 20/12/2018, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1779 ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.