Simon Lebouteiller, Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle)

Thèse soutenue sous la direction de Pierre Bauduin (Craham) et Jean-Marie Maillefer (Paris-Sorbonne), le 21 octobre 2016

« Ah bon ? Ils faisaient la paix, les Vikings ? Mais ce n’était pas des barbares ? »

Voici ce que l’on m’a répondu à de nombreuses reprises quand j’expliquais quel était le sujet de ma thèse. Les clichés sur la figure redoutable du Viking ont décidément la peau dure ! Évidemment, on ne saurait nier le fait que la période viking entre le VIIIe et le XIe siècle a été marquée par une impressionnante expansion des Scandinaves en Europe et au-delà, à travers des pillages et des raids dans les lieux où les richesses étaient concentrées, puis de véritables entreprises de conquêtes et de colonisation plus ou moins importantes et durables. Mais c’est oublier que les relations entre les groupes ont pris des formes beaucoup plus diversifiées et complexes. Le sujet est aujourd’hui bien connu des spécialistes. L’expansion viking a aussi été l’occasion de rencontres, d’échanges et de transferts entre les populations et les cultures.

Les conflits eux-mêmes ne doivent pas être réduits à leur seule dimension perturbatrice et destructrice. Au contraire, il faut aussi pouvoir prendre en considération leur caractère constructif, celui-ci se cristallisant autour des accords de paix qui en résultaient souvent et des méthodes pour maintenir des rapports pacifiés entre les anciens adversaires. Les Scandinaves ont effectivement su entreprendre des négociations quand la situation le nécessitait et – c’était certainement leur principale motivation – si elles pouvaient servir leurs intérêts d’une quelconque manière. Ce point est alors essentiel : ce sont ces accords qui ont déterminé les conséquences à court ou long terme de ces oppositions. Occasionnellement, les traités ont été à l’origine de processus fondamentaux dans l’évolution historique de l’Europe médiévale. Par exemple, la création du duché de Normandie n’est autre que le résultat d’un accord de paix…

Bateau d’Oseberg, Norvège, ixe siècle Flateyjarbók, Islande, xive siècle Figurines de Lewis, Hébrides (fabriquées en Norvège ?), xiie siècle

Figurines de Lewis, Hébrides (fabriquées en Norvège ?), XIIe siècle

Dans cette thèse de doctorat, je me suis efforcé d’étudier les méthodes employées par les Scandinaves pour mener ces négociations, conclure des traités et assurer des relations stabilisées avec leurs rivaux. Je ne me suis pas restreint à la période viking et j’ai tenu à étendre mes recherches jusqu’au XIIIe siècle. L’intérêt d’un cadre chronologique large était d’observer au mieux les évolutions des techniques de pacification à mesure qu’avançaient la christianisation et l’affirmation des monarchies nationales en Europe du Nord. Celui-ci permettait en outre d’inclure dans mon corpus documentaire l’abondante production littéraire scandinave des XIIe et XIIIe siècles, notamment les fameuses sagas islandaises.

Flateyjarbók, Islande, xive siècle

Flateyjarbók, Islande, XIVe siècle

Force est de constater que les Scandinaves, loin de l’image populaire du féroce guerrier nordique, disposaient de méthodes sophistiquées et efficaces pour rétablir et maintenir la paix. Je ne peux naturellement pas en dresser ici une liste complète et exhaustive : les échanges entre les parties ont été assurés par l’envoi régulier de messages et de légats, ces palabres ayant permis la tenue fréquente de conférences pour conclure des accords ; les Scandinaves ont largement usé de l’institution des otages comme forme de garantie pour le respect des traités ; une prestation de serment venait toujours les sceller solennellement ; nombre de mariages et de liens d’amitié entre les anciens adversaires ont contribué à rapprocher les groupes…

Quelques conclusions méritent toutefois d’être soulignées. Tout d’abord, j’ai remarqué une forte familiarité entre les usages diplomatiques des Scandinaves et ceux de leurs interlocuteurs européens. Il s’agit d’un point notable, car les similitudes entre les pratiques ont très certainement facilité les prises de contact entre les parties. On est donc loin d’une simple opposition frontale entre des adversaires avec des cultures et des pratiques inconciliables. Mais on peut aussi relever des différences substantielles. Par exemple, les Scandinaves païens prêtaient serment selon des coutumes particulièrement exotiques, en invoquant les divinités nordiques et en jurant sur des objets spécifiques tels que des armes et de mystérieux anneaux que les sources mentionnent régulièrement… Pourtant, ces différences ne semblent pas avoir constitué des obstacles majeurs à la conclusion d’accords. Au contraire, c’est plutôt un certain pragmatisme qui semble avoir prévalu et une capacité d’adaptation de part et d’autre pour les surmonter. Après tout, l’objectif était de trouver une solution aux conflits, par-delà ces considérations cérémonielles.

Bateau d’Oseberg, Norvège, ixe siècle

Bateau d’Oseberg, Norvège, IXe siècle

J’ai aussi mis en évidence la forte ritualisation des techniques de pacification qui, au-delà de leurs implications matérielles, ont aussi eu une utilité communicationnelle. Ainsi, la nature des déplacements pouvait être un indicateur de la hiérarchie entre les acteurs, un mouvement unilatéral marquant la déférence et un déplacement mutuel signifiant plutôt une certaine égalité entre eux. De même, les remises d’otages et la réalisation de serments participaient aussi à cette communication politique, des prestations par une seule partie marquant aussi sa soumission. En somme, les accords de paix ne représentaient pas seulement la reconnaissance de revendications ou l’apport de garanties pour leur respect : ils étaient aussi une affaire de démonstration et de mise en scène du nouvel ordre établi entre les protagonistes.

Simon Lebouteiller, Craham

Comment citer cet article : Craham, « Simon Lebouteiller, Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle) », dans Les Échos du Craham, 23/12/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/168, consulté le 20/08/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.