Charlotte Delrue, stagiaire au sein du service anthropologique

Actuellement en deuxième année de Master au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (MNHN), spécialité Quaternaire et Préhistoire (parcours international), Charlotte Delrue effectue un stage de trois mois (d’avril à fin mai) au sein du service de paléoanthropologie du Craham, sous la responsabilité de Cécile Chapelain de Seréville-Niel.

Après avoir validé une licence d’histoire de l’art et d’archéologie à la Sorbonne (Paris IV) et un master recherche d’archéologie des périodes préhistorique et protohistorique à Panthéon-Sorbonne (Paris I), elle a choisi de se spécialiser en anthropologie biologique et funéraire.

L’étude anthropologique qu’elle mène actuellement au Craham consiste à analyser les individus immatures mis au jour au sein de la nécropole laténienne (second âge du fer) de Jort (Calvados).

Ce site a fait l’objet de fouilles préventives en novembre 2013 (parcelle B691) puis en septembre 2017 (parcelle B693) sous la responsabilité de Vincent Carpentier (Inrap, Craham) puis celle de Raphaëlle Lefebvre (Inrap, Craham). Il connaît une période d’occupation vaste puisqu’elle s’étend du Néolithique ancien jusqu’à l’époque moderne. Toutefois, la nécropole a été utilisée sur une période plus restreinte, de La Tène moyenne au Haut-Empire, avec une très forte majorité de sépultures associées à la période laténienne.

Les nécropoles à incinération étant plus fréquentes au second âge du fer, la découverte de ce grand nombre d’inhumations (plus d’une centaine) datées de cette période rend cette nécropole exceptionnelle, et peu de sites comparables existent à ce jour. De même, la forte représentation des sépultures d’immatures (une centaine d’inhumations d’enfants pour une dizaine d’adultes) est extrêmement rare sur les sites archéologiques de la période protohistorique à la période médiévale. Il est très fréquent que les anthropologues se heurtent à une forte sous-représentation des enfants au sein des nécropoles et aucune des hypothèses expliquant ce phénomène ne fait l’unanimité au sein de la communauté scientifique.

Néanmoins, le matériel ostéologique présente une conservation différentielle importante : les squelettes sont complets pour certains individus, mais réduits à quelques fragments, voire à des esquilles pour d’autres. Cela s’explique par l’effet de nombreux facteurs physico-chimiques et environnementaux présents dans la plaine de Caen liés à la présence importante de calcaire.

La formation que Charlotte Delrue suit actuellement au laboratoire consiste notamment à savoir déterminer l’âge au décès des individus immatures grâce à différentes méthodes relatives à la croissance des ossements et aux stades d’éruption dentaire. L’état sanitaire de la population (en particulier les différentes pathologies observables macroscopiquement) a été étudié avec Denis Bougault, médecin et membre associé du Craham. Cette analyse paléopathologique a fait l’objet d’un poster présenté lors du colloque annuel du GPLF (Groupe des Paléopathologistes de Langue Française) les 4 et 5 mai 2018 à Rouen. Ce colloque a permis à Charlotte Delrue de rencontrer des médecins et des anthropologues afin de discuter des cas pathologiques recensés dans la population mise au jour au sein de la nécropole laténienne de Jort et de recevoir des conseils de leur part.

Les objectifs de l’étude réalisée par Charlotte lors de ce stage au Craham sont d’estimer l’âge au décès et déterminer le sexe des individus ; de définir les éventuels critères de sélection de cette population ; de qualifier sa nature, mais aussi de mieux comprendre son état de santé et ses conditions de vie. Ainsi, il sera peut-être envisageable d’expliquer la très forte présence de sujets immatures au sein de ce groupe, mais aussi le délaissement de l’incinération largement répandue à l’époque au profit de l’inhumation.

Pour aller plus loin

 

Comment citer cet article : Craham, « Charlotte Delrue, stagiaire au sein du service anthropologique », dans Les Échos du Craham, 17/05/2018, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1622, consulté le 13/12/2018, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.