Geoffroi Malaterra. Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard Édité par Marie-Agnès Lucas-Avenel

L’ édition critique de l’Histoire des fils de Tancrède de Hauteville par Geoffroi Malaterra, publiée en 2016 par les Presses universitaires de Caen, est désormais accessible en ligne. Cette réalisation résulte du partenariat entre le Craham et les ingénieurs du Pôle « Document numérique » de la MRSH et des Puc et a reçu le soutien de l’Office universitaire d’Études normandes (Ouen), du Centre régional des Lettres, du Féder et du Consortium Cahier.

L’histoire des fils de Tancrède de Hauteville fut écrite par le moine Geoffroi Malaterra à la demande du Grand Comte Roger. Il raconte comment des chevaliers normands, quittant le Cotentin, se sont illustrés dans la conquête de l’ Italie méridionale et de la Sicile, triomphant des Lombards en Campanie, des Byzantins en Pouille et en Calabre et des Sarrasins en Sicile. L’œuvre fut composée au lendemain de la pacification d’un territoire que les Hauteville ont mis plus d’un demi-siècle à conquérir. Elle est précédée de deux épîtres et divisée en quatre livres, qui suivent la progression chronologique des événements, depuis la conquête de la Normandie par Rollon, jusqu’à la légation apostolique accordée au Grand Comte par Urbain II en 1098.

malaterra

Avec l’entrée en scène de Roger, le dernier fils de Tancrède, le récit prend de plus en plus les accents du panégyrique. La conquête de la Sicile, placée au service de Dieu par le personnage, s’accompagne d’une forme de conversion de ce dernier, qui réalise progressivement le présage annoncé au début de l’histoire.

L’œuvre constitue une source importante, souvent unique, pour la connaissance de l’histoire de la conquête, de ses principaux acteurs et des populations d’Italie du Sud. Elle est aussi l’expression d’une réflexion menée par un auteur lié au pouvoir normand et doté d’une solide formation littéraire, comme en témoigne son imprégnation des textes de l’Antiquité païenne et chrétienne. Elle prend place au sein de la production historiographique des États normands, dont l’expression est tout à fait remarquable en Europe à l’aube de la « Renaissance » du XIIe siècle.

La présente édition critique des deux premiers livres de l’œuvre donne un nouvel état du texte latin, que les spécialistes appelaient de leurs vœux depuis la publication, en 1964, de l’article de Gianvito Resta suite à la redécouverte du manuscrit Z, conservé à Barcelone (Biblioteca de Catalunya, ms. 996). Le texte latin est doté d’un apparat critique, de notes philologiques et de notes de sources ; il est accompagné d’une traduction française, dont les notes visent à éclairer le lecteur sur le contexte historique et littéraire ou à permettre la comparaison avec les autres sources des mêmes faits.

Le site ne donne pas à lire l’introduction publiée dans la version imprimée, mais il en est complémentaire, car il s’accompagne de fonctionnalités adaptées à un environnement numérique. Il permet de consulter l’ Histoire du Grand Comte Roger dans sa traduction française et dans sa version latine annotées. Les lecteurs peuvent lire les fac-similés des manuscrits A, C, Z et l’édition princeps ainsi que les deux manuscrits secondaires Be et D, numérisés et mis en ligne en partenariat avec les bibliothèques dans lesquelles ils sont conservés (Barcelone, Besançon, Caen, Catane, Palerme). Ils disposent également d’une bibliographie interactive, d’index, d’une recherche plein texte et d’autres fonctionnalités liés à des choix d’affichage, comme la restitution de chaque témoin à partir du texte latin. Il s’agit d’un premier volume. Le second volume contenant les deux derniers livres de l’œuvre est en cours de préparation.

https://www.unicaen.fr/puc/sources/malaterra/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.