Nouvelles connaissances sur la ville antique d’Alauna (Valognes) et éléments de réflexion sur son statut

Dans la périphérie est/sud-est de Valognes (Manche), 45 ha de l’agglomération antique d’Alauna ont été explorés sous la forme de sondages archéologiques depuis 2013. Toutefois, les recherches souffraient d’un manque d’information concernant le centre monumental de la ville, mis partiellement en évidence, en 2012, dans le cadre d’une prospection électrique (Géocarta). Pour y remédier, une prospection radar a été réalisée par SOT Archaeological Prospection, en décembre 2017, sur ces 4 hectares situés au cœur de l’agglomération.

Rappel des recherches sur l’ensemble monumental

En 2012, la prospection électrique réalisée par Géocarta, au cœur du périmètre supposé de la ville, est venue éclairer l’organisation spatiale de la cité malgré une lecture des anomalies électriques rendue délicate par de nombreuses interférences. Les résultats mettent toutefois en exergue une organisation géométrique relativement rigoureuse de la cité, dont l’armature est assurée par un réseau de rues orthogonales qui s’appuie sur deux artères principales et structurantes, un cardo maximus et un decumanus maximus.

Les îlots situés en bordure du cardo maximus apparaissent les plus denses en bâtiments. Ces vestiges ont été interprétés, en 2012, comme des habitations situées le long de l’axe majeur de la ville. À la croisée du cardo et du decumanus maximus, deux îlots apparaissaient particulièrement denses en vestiges, parmi lesquels un ensemble doté d’une série de cellules ouvertes sur le cardo (boutiques ?) et une grande place. L’organisation architecturale et l’emplacement de ces constructions, au croisement des deux artères principales de la ville, évoquait le plan d’un forum. Toutefois, la restitution incomplète des indices obligeait à l’époque à rester très prudent sur cette interprétation.

L’ensemble monumental scruté au radar en décembre 2017

Figure 1 – Pour faciliter son déplacement dans l’herbe, le radar est doté d’une propulsion. L’équipe le déplace le long d’un quadrillage ; l’intégralité de la surface des parcelles est ainsi méthodologiquement couverte (cl. Laurence Jeanne).

Le géoradar est une technique fondée sur l’analyse des phénomènes de propagation des ondes électromagnétiques. Elle permet de réceptionner, à l’aide d’antennes, les échos successifs rencontrés par les ondes électromagnétiques au cours de leur propagation dans le sous-sol. Les contrastes (ondes réfléchies) témoignent de la présence de vestiges enfouis.

Même si un travail de nettoyage des relevés et d’interprétation des données reste encore à réaliser, les résultats obtenus sur le site d’Alauna sont d’ores et déjà très éloquents et permettent, dès aujourd’hui, des avancées tout à fait significatives sur la connaissance de la ville gallo-romaine, les 4 hectares prospectés au radar ayant livré une densité de vestiges assez remarquable.

L’ensemble A correspond manifestement à un sanctuaire composé d’un temple principal, probablement à plan de type romain sur podium, et d’au moins deux petits édicules dans l’area sacra entourée d’un péribole et dotée de deux pavillons d’angle sur la façade orientale.

L’ensemble H présente une succession de petits bâtiments, contigus et de morphologie régulière, qui bordent au moins les 2 côtés d’un édifice monumental. Il s’agirait, selon l’hypothèse la plus plausible, de boutiques (tabernae) qui viennent délimiter une grande place publique. La coexistence d’un ensemble cultuel complexe et d’une grande place publique entourée par des boutiques au carrefour de la ville suggère la présence d’un forum dont la forme et le statut restent encore à déterminer.

La prospection au radar a également mis en évidence plusieurs quartiers liés à l’habitat. Ainsi, l’ensemble B, qui se situe juste à l’est du forum, est particulièrement étendu et dense en vestiges. Avec toutes les réserves qui s’imposent, le plan des maçonneries laisse envisager la présence d’une domus dont les pièces de vie pourraient être édifiées autour d’un patio. Enfin, un quartier, a priori moins dense mais relativement vaste, l’ensemble N, semble se développer sur les marges orientales du cœur de la ville.

Figure 2 – Extrait des relevés bruts réalisés au radar sur le secteur de l’ensemble monumental. L’emprise du sanctuaire et la succession des cellules formant les boutiques sont déjà bien explicites (SOT Archéological Prospection, 2017).

Si le sanctuaire, la place et ses tabernae ont été reconnus, aucun édifice civique n’a encore été formellement identifié. Toutefois, de nombreux autres vestiges de construction révélés par le radar restent à déterminer. Un important travail de comparaison bibliographique doit maintenant être engagé afin de nourrir la discussion autour du possible statut de chef-lieu de cité.

Figure 3 – Interprétation des anomalies révélées par le radar sur le secteur de l’ensemble monumental (SOT Archaeological Prospection 2017).

 

Alauna était-elle la capitale d’une cité perdant son statut au IIIe siècle ?

L’existence d’un forum de capitale de cité à Alauna renvoie à des problématiques de recherches beaucoup plus larges. Les études actuelles menées sur le peuple des Unelles aboutissent à suspecter l’existence de deux chef-lieux sur ce même territoire : Cosedia/Constancia (Coutances) et Alauna (Alleaume/Valognes). Si la première est attestée au Bas-Empire, notamment par le biais de la Notitia Dignitatum, en tant que préfecture militaire et se voit figurer avec une vignette de chef-lieu sur la Table de Peutinger, la seconde est absente de la Notitia et représentée comme une simple agglomération sur la Table de Peutinger. Cependant, les dernières recherches archéologiques sur Valognes démontrent que les 45 hectares d’emprise d’Alauna correspondent à peu près à toutes les dimensions des chefs-lieux de cité antiques de Normandie, qu’elle est dotée d’édifices publiques comparables (théâtre, thermes), d’un schéma urbain aussi rigoureux que ceux d’Aregenua (Vieux), d’Augustodurum (Bayeux) ou d’Ingena/Legedia (Avranches), et, surtout, la prospection au radar révèle, à la croisée des deux artères principales, l’existence d’un grand sanctuaire et de boutiques évoquant la présence d’un forum. Ces éléments conduisent à soutenir l’hypothèse d’un statut de chef-lieu de civitas pour Alauna durant le Haut-Empire. Mais la coexistence de deux chefs-lieux est peu probable, à part si le territoire, qui deviendra l’unique civitas des Unelles durant le Bas-Empire, est en réalité le produit de la fusion de deux territoires distincts durant le Haut-Empire, chacun administré par un chef-lieu, Constantia au sud et Alauna au nord.

Sur ce faisceau d’indices, la fusion évoquée est une hypothèse sérieuse qui pourrait s’inscrire dans la vague des grandes réformes territoriales entreprises en 297 par Dioclétien et poursuivies par Constantin au début du IVe s. Elle fait également écho à l’évolution du territoire voisin des Baiocasses et à la disparition des Viducasses, dans la liste des civitates du Bas-Empire, puis des diocèses. Dans ce même mouvement de restructuration des Provinces, la civitas des Viducasses est absorbée par le territoire des Baiocasses ; Aregenua (Vieux) est ainsi déchue de son statut de chef-lieu au profit d’Augustodurum (Bayeux). À la fin de l’Antiquité, les frontières de ce vaste territoire serviront d’ancrage aux limites du diocèse de Bayeux.

Laurence Jeanne, Laurent Paez-Rezende et Caroline Duclos

Comment citer cet article : Laurence JEANNE, « Nouvelles connaissances sur la ville antique d’Alauna (Valognes) et éléments de réflexion sur son statut », dans Les Échos du Craham, 06/04/2018, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1598, consulté le 20/06/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *