Egyptian Museum of Cairo coins conservation project : un projet franco-égyptien de formation à la restauration de monnaies antiques

Le projet de field school (2018) est financé par l’American Research Center In Egypte (ARCE). Le Musée Egyptien du Caire met une partie de ses locaux à disposition.

Le projet de Field school (2018) est financé par l’American Research Center In Egypte (ARCE). Le Musée Egyptien du Caire met une partie de ses locaux à disposition.

Organisée par Thomas Faucher (CNRS, IRAMAT-Centre Ernest Babelon, Université d’Orléans) et Charlotte Rerolle (restauratrice indépendante), l’ « Egyptian Museum of Cairo coins conservation project » est la deuxième Field school (formation de terrain) dédiée à la restauration de monnaies découvertes en Égypte. Délaissées depuis plusieurs années, ces découvertes présentent un état de dégradation globalement très avancé. La première édition, menée en 2016 à Karnak, a permis de prendre pleinement conscience de la nécessité d’intervenir, mais également de démontrer la faisabilité d’un tel projet.

Ce programme de grande envergure a été pensé dès 2009, après la découverte dans les réserves du Musée Égyptien du Caire de plusieurs caisses de monnaies par Sabah Abdel Razek (Directrice du Musée Égyptien du Caire). Les monnaies, en alliage cuivreux et recouvertes par l’oxydation, ne possédaient ni de numéro d’inventaire ni d’informations liées à leur provenance. Néanmoins, les recherches de T. Faucher ont permis de déterminer que le remplissage de ces caisses avait été mené vraisemblablement à la fin du XIXe siècle et dans les premières décennies du XXe siècle : elles seraient le résultat de nombreuses opérations archéologiques conduites dans toute l’Égypte. Après un rapide reconditionnement, le nombre de monnaies a été estimé entre 100 000 et 150 000, soit une tonne de métal au total.

Exemple de l’une des caisses de monnaies découvertes en 2009 (cliché : G. Blanchet)

Exemple de l’une des caisses de monnaies découvertes en 2009 (cliché : G. Blanchet)

Parmi ces nombreuses caisses, l’une d’elles a particulièrement retenu l’attention. Avec la mention « Kôm Aushim » présente à l’intérieur, elle semble renvoyer à un ensemble archéologique particulièrement cohérent, qui correspondrait aux fouilles américaines réalisées en 1922. Cet ensemble, qui se compose de 5 000 monnaies environ, a alors été sélectionné pour cette nouvelle Field school dans le but de former les restaurateurs égyptiens au traitement, à la conservation ainsi qu’à l’enregistrement des données numismatiques.

Sous la supervision de T. Faucher et Ch. Rerolle, plusieurs spécialistes, parmi lesquels des restauratrices indépendantes (formées par l’Institut National du Patrimoine et dans le cadre du master professionnel Conservation-Restauration des Biens Culturels) et des numismates, ont été sollicités. Laura Caru, Marie-Amande Coignard, Fanny Dallancourt, Anne-Marie Geffroy, Antigone Imbert (Cabinet des Médailles, Bibliothèque National de France) et Guillaume Blanchet (Service de numismatique, CRAHAM UMR 6273, Université de Caen Normandie) ont ainsi été conviés à cette Field school 2018.

L’équipe de restauration en plein travail (cliché : G. Blanchet).

L’équipe de restauration en plein travail (cliché : G. Blanchet).

La Field school avait pour objectif de former cinq restaurateurs et restauratrices (Hala Ahmed, Doaa Eid, Shaima Mohamed El-Said, Raghda Mahmoud et Eid Nagy – Egyptian Museum of Antiquities in Cairo), afin qu’ils puissent travailler en complète autonomie pour traiter ce grand nombre de monnaies. C’est dans ce cadre que le service de numismatique du Craham (http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?rubrique110) a été sollicité afin d’apporter son expérience concernant le traitement de lots monétaires de grande envergure. En effet, la découverte en 2011 du trésor romain de Saint-Germain-de-Varreville (aujourd’hui exposé au Musée de Normandie) avait nécessité l’élaboration d’un protocole de restauration-conservation permettant de traiter un grand nombre de monnaies sur un temps réduit, dans le but d’en évaluer la composition globale.

Présentation du protocole utilisé sur les monnaies du trésor de Saint-Germain-de-Varreville par G. Blanchet (cliché : L. Caru).

Présentation du protocole utilisé sur les monnaies du trésor de Saint-Germain-de-Varreville par G. Blanchet (cliché : L. Caru).

L’intérêt principal de la coopération entre restaurateurs et numismates est ici de pouvoir trouver un compromis entre une restauration aboutie et un état final représentant ce que le numismate estime suffisant pour progresser vers l’étude monétaire. L’objectif est ainsi de créer des protocoles intégrant le respect des règles de conservation-restauration afin de pouvoir les appliquer à de grands lots de monnaies.

 

Étalé sur douze semaines, ce programme doit permettre d’élaborer des protocoles de restauration adaptés à des types de monnayages particuliers tout en les traitant en un temps réduit. Après leur tri, les premières monnaies intégrées au programme sont issues de monnayages ptolémaïques et romains.

  

Durant six semaines, plusieurs protocoles ont été élaborés, et deux d’entre eux ont été retenus pour application en routine. Sans entrer dans les détails, ces deux protocoles proposent une alternance entre l’utilisation de méthodes chimiques et d’outils de restauration mécaniques. Il faut noter que ces protocoles assurent également la conservation et la préservation des monnaies, avec l’emploi de produits de stabilisation et de protection, assurant la pérennité de ces précieux objets monétaires.

Après huit semaines de travail, les premiers traitements de masse apparaissent comme un véritable succès au vu de l’état de conservation des premiers lots traités. Les résultats obtenus seront prochainement présentés lors du colloque intitulé « The History of Egyptian Coinage and Beyond : Conservation, collection Management and Numismatic Studies », organisé par T. Faucher et Naglaa Ezzat (University of Ain Shams), au Caire, le 25 mars 2018 (voir programme PDF).

Liens

  1. https://www.arce.org/
  2. http://www.sca-egypt.org/eng/MUS_Egyptian_Museum.htm

Partenaires

logo   logo   logo   logo   logo   logo


g.blanchet

Guillaume Blanchet est ingénieur contractuel au Craham au sein du service de numismatique.

Présentation sur les Echos du Craham :  https://craham.hypotheses.org/817

 

 


Comment citer cet article : Guillaume Blanchet, « Egyptian Museum of Cairo coins conservation project : un projet franco-égyptien de formation à la restauration de monnaies antiques », dans Les Échos du Craham, 23/03/2018, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1567, consulté le 13/12/2018, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.