Définir le monstre marin : quelques approches (Journée d’étude, Caen, 9 mars 2018)

Olaus agnus, Historia de gentibus septentrionalis, Rome, 1555

Olaus Magnus, Historia de gentibus septentrionalibus, Rome, 1555.

Quiconque travaille sur les créatures aquatiques dans les textes ou dans les arts figurés de l’Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance rencontre tôt ou tard la catégorie des monstres marins. Si l’Antiquité semble, pour l’essentiel, limiter cette catégorie aux créatures mythologiques, il en va tout autrement au Moyen Âge, période pendant laquelle les monstres se multiplient dans les écrits et sur les chapiteaux des églises, et à la Renaissance où ils ornent en nombre cartes marines et portulans.

Au cours de cette journée d’étude, nous souhaiterions préciser l’idée de ce qu’est un monstre marin. Th. Buquet et B. Gauvin reviendront sur l’emploi du mot monstrum dans les textes antiques et médiévaux consacrés aux animaux puis dans ceux consacrés plus spécifiquement aux animaux marins. C. Dumas-Reungoat étudiera les créatures hybrides hommes-poissons dans la mythologie mésopotamienne. M-A. Lucas-Avenel étudiera les motivations qui poussent Thomas de Cantimpré à créer une catégorie des monstres marins à côté de celle des poissons dans son De naturis rerum. Jacqueline Leclercq-Marx parlera des différentes facettes de la sirène à l’époque romane dans les arts figurés. Enfin Samuel Iglesias, ichtyologue, montrera quelles espèces bien réelles ont pu donner naissance aux monstres marins qui peuplent les textes.

La durée prévue pour les communications est de 40 mn.

Date : vendredi 9 mars 2018, 9h30-16h.

Lieu : Université de Caen Normandie, campus 1, Esplanade de la Paix, MRSH, salle des Actes (SH 027).

Organisation : Craham, programme de recherche ICHTYA (http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article969)

Programme

Matin

9h30 : Ouverture : Th. Buquet, B. Gauvin (Craham, Université de Caen Normandie) : « Le monstre chez les auteurs antiques et médiévaux : un état des lieux ».

10h15 : C. Dumas-Reungoat (Craham, Université de Caen Normandie) : « Oannès, apkallu et kulullû : les hybrides hommes-poissons en Mésopotamie ».
Dans cette communication, on commencera par décrire les hybrides hommes-poissons, puis on s’efforcera de comprendre leur rôle d’après la place qu’ils occupent dans les représentations iconographiques et les textes, notamment dans les contextes mythologique et magique (médecine, exorcismes).

Pause

11h : M-A. Avenel (Craham, Université de Caen Normandie) : « Horrendum maxime et admirabile genus : une définition du monstre marin par Thomas de Cantimpré ? »
Parmi les œuvres encyclopédiques du XIIIe siècle, le De natura rerum de Thomas de Cantimpré présente la singularité de distinguer les monstra marina (livre VI) des autres espèces aquatiques (livre VII).  Dans la suite de l’étude publiée dans RursuSpicae (2017, DOI : 10.4000/rursus.1320), on s’interrogera sur les motivations d’une telle distinction et on tentera de définir ce que sont les monstres marins de Thomas de Cantimpré en s’appuyant sur les informations que fournissent ses prologues, ses notices et le vocabulaire générique utilisé pour les désigner. On présentera, en outre, une notice inédite du livre VI décrivant un monstre marin anonyme qu’on cherchera à identifier.

Déjeuner

Après-Midi

14h00 : J. Leclercq-Marx (Université libre de Bruxelles) : « Femme-enfant, femme-femme, matrone et mère. La Sirène dans tous ses états à l’époque romane ».
Cet exposé rappellera brièvement ce que la sirène représentait dans l’Antiquité avant de présenter ce qu’elle est devenue dans le Moyen Âge central, sur la base de quelques textes majeurs et de plusieurs représentations peintes et sculptées.  Son ambivalence en fait un support de réflexion privilégié en matière de monstrueux médiéval.

15h : S. Iglesias (Muséum national d’histoire naturelle) : « De l’interprétation des “monstres marins” et de leur utilisation en Écologie Marine Historique Intégrative ».
L’Écologie Marine Historique est une approche moderne, intégrative et pluridisciplinaire a notamment pour but de décrire des états ancestraux de biocénose et l’impact des activités humaines anciennes et présentes sur les écosystèmes. Celle-ci elle intègre tous les supports et toutes les disciplines susceptibles de documenter le questionnement. Les grandes espèces ont été les premières à souffrir de surexploitation en domaine maritime et certaines sont aujourd’hui au bord de l’extinction. L’utilisation et l’interprétation de données non conformes aux standards scientifiques modernes  (arts graphiques, manuscrits, ouvrages populaires, presse…) se révèle néanmoins très informatif pour reconstruire l’histoire ancienne des espèces exploitées. Les « monstres marins » qui fleurissent les ouvrages scientifiques anciens jusqu’à la presse populaire du milieu du XXe siècle, souvent inspirés de grandes espèces marines bien réelles, s’avèrent très utiles à ces reconstructions historiques.

Comment citer cet article : Thierry Buquet, « Définir le monstre marin : quelques approches (Journée d’étude, Caen, 9 mars 2018) », dans Les Échos du Craham, 23/01/2018, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1530, consulté le 18/11/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.