Marc-Antoine Thierry en contrat avec le Centre Michel de Bouärd

Depuis le mois d’août et jusqu’à la fin de l’année, Marc-Antoine Thierry est en contrat avec le Centre Michel de Bouärd. Son travail porte sur trois projets : l’étude céramique et pétrographique de la production antique d’un four de potiers situé à Lisieux, l’étude pétrographique des argiles et des terres cuites architecturales du site de Barbery, et enfin, l’étude céramique du site archéologique de Commes.

Après avoir validé un bac scientifique au lycée Jacques Prévert de Pont-Audemer (Eure), Marc-Antoine réalise une licence d’histoire et archéologie à l’université de Caen-Normandie entre 2008 et 2011. En parallèle de cette formation et afin de se perfectionner aux méthodes de l’archéologie, il participe à de nombreux chantiers archéologiques programmés dans la région et au-delà, tels que le forum antique de Vieux, l’église médiévale de Saint-Pierre de Thaon, la villa et l’atelier de potiers antique de Saint-Bézard à Aspiran, ou encore la nécropole gauloise d’Urville-Nacqueville. Au terme de sa formation universitaire et jusqu’à ce jour, l’opportunité lui est régulièrement offerte de travailler avec le Conseil départemental d’archéologie du Calvados, le Centre Michel de Boüard, Éveha et Archeodunum, pour des chantiers d’archéologie préventive dans les départements du Calvados, de l’Eure, de la Seine-Maritime, du Pas-de-Calais et de l’Aude. Progressivement, la période antique et la céramique s’imposent comme axe de recherche privilégié, aboutissant à la mise en place d’un sujet de master recherche entre 2012 et 2014 : «  Un dépotoir des IIe et IIIe siècles dans le quartier du théâtre à Vieux (Calvados). Étude de la céramique. Analyse typologique et archéométrique (pétrographique et chimique) », sous la direction de Cécile Allinne, Karine Jardel, Anne Bocquet-Liénard et Xavier Savary. Ce sujet, outre l’étude classique d’un lot céramique, fournit plusieurs éléments de réponse sur les productions potières antiques locales/régionales, par le biais d’analyses pétrographiques et chimiques réalisées au sein des laboratoires du Conseil départemental du Calvados et du Centre Michel de Boüard.

Fort de cette démarche pluridisciplinaire, il poursuit actuellement ce travail en codirigeant l’atelier 3 du Projet collectif de recherche « Arbano. L’Antiquité romaine en Normandie occidentale » : « Le mobilier. Production et consommation ». Il s’agit de réaliser des analyses archéométriques sur les matières premières argileuses de la région potentiellement utilisées durant la période antique pour l’industrie potière. Ces analyses portent également sur des productions céramiques locales/régionales fréquemment rencontrées sur les sites de consommation et dont l’origine demeure inconnue. Le croisement de ces deux approches permet de définir des aires probables de production, à défaut de pouvoir donner la localisation précise des nombreux ateliers de potiers antiques dans l’ouest de la Normandie. L’un des deux fours réellement documentés a été fouillé en 1962 sur le coteau Saint-Jacques de Lisieux. Grâce aux nouvelles méthodes d’analyses céramologiques et archéométriques disponibles à ce jour, le réexamen du corpus céramique permet, en outre, de définir le type d’argile utilisé par les potiers lexoviens, le répertoire morphologique, la datation et la diffusion de la production de ce four.

Marc-Antoine a également été adjoint au responsable d’opération sur le chantier de fouille archéologique de Commes (dirigé par Cécile Allinne (Univ. Caen Normandie, CRAHAM) et Sophie Quévillon (SRA Normandie), en 2015 et 2016. Il a assuré sur le terrain l’encadrement et la formation des étudiants aux méthodes de fouille et d’enregistrement des données (photographie, relevé dessin et altimétrique, description des structures et des couches archéologiques, enregistrement du mobilier, etc.). A l’université, il a également effectué le traitement post-fouille et l’étude de la céramique du site de Commes, entre 2015 et 2017. Il a ainsi assuré le nettoyage, le conditionnement et l’inventaire du mobilier archéologique, ainsi que la préparation de la documentation nécessaire à la rédaction du rapport de fouille.

L’étude du mobilier céramique débute par le tri par catégorie de vases, le remontage des formes et leur dessin, enfin la quantification des tessons et des vases par contexte. Grâce à plusieurs observations, il est alors possible d’identifier les formes en présence (assiette, gobelet, pot, mortiers, etc.), leur mode de fabrication (modelée ou montée au tour) et de cuisson, leur fonction (service, stockage, cuisson, etc.), le type de finition et de décor, ainsi que leur provenance, grâce à l’examen de la pâte et de la surface des fragments de pot. Pour Commes, l’étude et en lumière trois grandes phases d’occupation entre la période antique et le haut Moyen-Âge, et permet de préciser la nature des activités domestiques et artisanales qui s’y déroulaient, les réseaux d’échanges entretenus à différentes échelles, le rôle des céramiques dans les pratiques alimentaires et la production de pourpre, etc. Cette étude sera achevée durant l’année 2018.

Le travail de Marc-Antoine porte également sur la caractérisation pétrographique des argiles naturelles et des terres cuites architecturales collectées par prospection pédestre en 2016 sur le site de Barbery, en amont de la fouille récente des deux fours de tuiliers au cours de l’été 2017. Les analyses ont permis d’apporter des éléments de réponse quant à la localisation et le type d’argile utilisé dans l’industrie tuilière de la fin de la période médiévale et de l’époque moderne. Une nouvelle série d’analyses des tuiles provenant de cette fouille pourrait être envisagée en 2018 afin de poursuivre ce travail.

Bibliographie

Thierry M.-A., Jardel K., « Un dépotoir du IIIe siècle ap. J.-C. dans le quartier du théâtre à Vieux (Calvados) : reflet de la consommation viducasse et identification de fabriques régionales », dans SFECAG, Actes du Congrès de Nyon (14-17 mai 2015), p. 453-475.

Demarest M., Lacroix A. et Thierry M.-A., « Un dépotoir du IIIe siècle dans le quartier du théâtre à Vieux (Calvados) : reflet de la culture matérielle viducasse à travers l’étude croisée de trois mobiliers », XIe Journée d’étude sur l’Ouest de la Gaule romaine, Locmariaquer, 29 avril 2016 (à paraître)

Étude du mobilier céramique de Valognes, dans Paez-Rezende L., et al., L’Agglomération antique d’Alleaume « La Victoire/Le Castelet » (Manche – 50). Rapport de psot-fouille et de synthèse – 4ème année, 2016, p. 19-124.

Étude du mobilier céramique d’Hérouvillette, dans Veron J., Déviation routière de Sainte-Honorine-de-la-Chardronette. Site 4 (Calvados – 14). Rapport final d’opération, 2017 (à paraître).

Étude du mobilier céramique du forum de Vieux, dans Jardel K. et al., Vieux « Le Champ des Crêtes – Le Forum (Calvados – 14)». Rapport d’opération d’archéologique programmée, 2017 (à paraître).

Présentation d’un poster au XXIe colloque d’archéométrie du GMPCA à Besançon (27-30 avril 2015) : Thierry M.-A., Bocquet-Liénard A., Jardel K., Savary X., Biret L., Dupré J., « Dynamiques des réseaux d’échanges dans l’Ouest de la France par l’étude d’un lot céramique de la ville d’Aregenua, capitale de la cité des Viducasses ».

Collaboration à divers rapports de fouille et d’études tels ceux de Jort (dir. Hincker V. et Schütz G.), Cagny (dir. P. Giraud) et Blainville-sur-Orne (dir. Allinne C.).

Codirection depuis 2014 avec Demarest M. de l’atelier 3 du Projet collectif de recherche Arbano : « Le mobilier. Production et consommation ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.