De la matière première au lieu de vie : les terres cuites architecturales dans l’économie cistercienne en Europe du Nord-Ouest

Fin 2016, Jean-Baptiste Vincent et Anne Bocquet-Liénard (Craham) ont répondu à l’appel à projet de Normandie Université dans le cadre du programme Actions thématiques stratégiques (ATS 2016). La proposition s’est appuyée sur le programme de recherche en cours concernant la production de terres cuites architecturales à Barbery (Calvados), l’objectif était de pouvoir financer un contrat post-doctoral pour J.-B. Vincent, responsable du projet. Cette enquête pluridisciplinaire rassemble historiens, archéologues, spécialistes du mobilier, archéomètres et géomorphologues (Craham – UMR 6273 ; LETG Caen Géophen – UMR 6554 ; Iramat-CRP2A – UMR 5060, service archéologie du département du Calvados ; Inrap) et a été mise en œuvre en 2016 grâce au soutien du service régional de l’archéologie (Drac Normandie) et du département du Calvados. Les premières analyses avaient révélé la concentration, à Barbery, d’importants moyens de production tuilière pour les périodes médiévale et moderne, ce qui encourageait à poursuivre l’enquête sur la spécificité du terroir de Barbery, sur les caractéristiques techniques de fabrication et sur la nature même de la production, artisanale ou industrielle. L’étude de ces productions (les terres cuites architecturales), injustement négligées du fait de leur « banalité », est en effet susceptible de croiser d’autres problématiques historiques et archéologiques : les carreaux de pavement peuvent par exemple être utilisés en contexte funéraire, tandis que les tuiles constituent un des modes de couvrement en lien étroit avec l’architecture des bâtiments. Surtout, le succès des tuiles de Barbery dans la plaine de Caen du XVe au XVIIIe siècle pose la question de l’organisation de la production. Une des tuileries de Barbery appartenait à l’abbaye cistercienne du même nom, ce qui encourage à s’interroger sur l’influence du monastère dans le développement d’une industrie à sa proximité immédiate. La fameuse « économie cistercienne » est-elle à l’œuvre dans d’autres sites cisterciens normands comme à Barbery ? Ces questions outrepassaient cependant les ressources de l’équipe réunie et nécessitaient l’intégration d’un chercheur post-doctorant. L’objectif était, à partir de méthodes scientifiques innovantes, à la fois de poursuivre l’étude du site de Barbery et d’identifier d’autres sites de production de terres cuites architecturales liés à l’ordre cistercien, afin d’évaluer la possible influence de ce dernier dans le développement d’industries rurales.

Il restait néanmoins nécessaire de définir un corpus raisonnable, ce qui a amené à recentrer l’étude sur les abbayes filles de Savigny, dont Barbery fait partie. L’abbaye de Savigny, qui est affiliée à Cîteaux en 1147, avec l’intégralité de son réseau qui rayonne dans le nord-ouest de l’Europe, est fondée en 1112 dans le duché de Normandie (actuellement dans le département de la Manche). Néanmoins, l’inventaire précis des filles savignio-cisterciennes restait encore à faire. Cette première étape a révélé le peu d’informations dont on dispose sur l’ensemble du réseau (l’historiographie sur les filiations savigniennes s’arrête généralement en 1147) et la complexité d’établir les liens de filiation dans les îles Britanniques (32 % des monastères sont transférés sur un second site dès le premier siècle de leur existence comme les abbayes de Whalley, Stanley, Dieulacres…). Ainsi, au tout début du XIVe siècle, Savigny compte 57 abbayes, dont 9 monastères féminins, actuellement disséminées en Normandie, en Bretagne, en Pays-de-la-Loire, en Picardie, en Île-de-France et dans les îles Britanniques, dans des contextes historiques, géologiques et culturels très variés. Pour faciliter l’étude des sites britanniques, une collaboration a été engagée avec Janet Burton (professeur, University of Wales), spécialiste des abbayes savignio-cisterciennes anglaises. Ainsi, le programme de recherche s’est inscrit dans une sphère nationale (Réseau Terre Cuite Architecturale – Université de Tours), européenne (programme de recherche sur l’archéologie des toitures en Belgique – Université libre de Bruxelles), et s’est intégré aux axes d’étude du Craham.

Dans un premier temps, il fallait identifier les différents marqueurs susceptibles d’évoquer la présence d’une activité tuilière monastique. La plus grande difficulté a été de cibler la documentation exploitable dans les importants fonds d’archives traitant du temporel des abbayes. Le procédé alors appliqué consiste dans un premier temps à dépouiller les inventaires de la série H (relative au clergé régulier) de chaque dépôt d’archives en espérant retrouver les mentions de tuiles et de tuileries. Si le succès de cette démarche dépend de la manière dont les fonds ont été archivés, un dépouillement plus approfondi n’était pas réalisable dans le temps imparti. Il n’en reste pas moins que six abbayes du corpus conservent (en France) des mentions relatives à une activité tuilière, sans que l’on puisse pour autant localiser précisément les centres de production. Dans un second temps, l’investigation s’est portée sur l’étude cartographique (fig. 1), toponymique et sur le contexte géologique de tous les sites monastiques. Pour cela, une aire géographique d’une dizaine de kilomètres autour des abbayes a été définie, prenant comme référence la proximité de Barbery avec son centre de production (moins d’un kilomètre). De la sorte ont été écartés les toponymes « tuileries » éloignés de l’abbaye, sauf lorsque les sources textuelles mentionnaient des tuileries appartenant aux religieux à des distances plus importantes (comme pour les abbayes des Clairets et de Lannoy). L’intégralité des données a été traitée dans un système d’information géographique. Nous avons pu ainsi localiser les substrats argileux – pour montrer la faisabilité d’une installation tuilière proche de l’abbaye – et les sites économiques, bien évidemment les tuileries, mais également les granges, les forges… Il faut souligner deux limites à cette étude. La première est d’ordre toponymique puisqu’à la fin du XVIIIe siècle l’activité tuilière est en pleine expansion dans de nombreuses régions : le toponyme peut par conséquent marquer la présence d’une tuilerie de l’époque contemporaine. Il faut alors déterminer l’antériorité de l’activité. La deuxième limite réside dans la difficulté d’établir un lien entre les sites de production – découverts par l’étude cartographique – avec l’abbaye lorsque les sources textuelles sont muettes à ce sujet. La proximité n’est pas le seul critère à considérer : à Barbery, certaines tuileries proches de l’abbaye appartiennent à d’autres seigneurs, à des bourgeois, voire à des marchands de tuiles… ce qui n’exclut pas que l’abbaye ait eu une implication dans l’installation des tuiliers, en particulier leur accès aux ressources naturelles nécessaires (argile et combustible). Malgré ces limites, dix abbayes, au minimum, ont une activité tuilière (fig. 2), dont la plupart sont en Normandie sauf les abbayes des Vaux-de-Cernay et de Briostel qui se trouvent respectivement en Île-de-France et en Picardie. Quant aux abbayes des îles Britanniques, le repérage de ces productions a été presque impossible en raison d’un manque bibliographique important dans le cadre savignien, sachant que les rares références anglo-saxonnes se rapportent à des productions normandes. De plus, le contexte monastique est perturbé par la dissolution des monastères au XVIe siècle, effaçant en partie la trace de certaines activités économiques. Pourtant, un travail de fond serait nécessaire puisque certaines abbayes médiévales sont construites en brique comme celle de Coggeshal, attestant une importante production de terres cuites architecturales dès le XIIe siècle, à l’image des abbayes belges.

Figure 1 : Cadastre napoléonien de la tuilerie de l’abbaye des Vaux-de-Cernay

 

Figure 2 : Localisation des abbayes et de leurs tuileries

Après avoir cerné les sites potentiels, l’approche de terrain semblait essentielle pour confirmer la présence de tuileries sur des zones bien précises. Pour cela, des prospections, tout d’abord pédestres, ont été réalisées sur 17 sites monastiques ayant soit des tuileries avérées, soit de la matière première en abondance. Dans certains cas, nous avons retrouvé, sur le terrain, des sites mentionnés dans les sources d’archives grâce aux ramassages de surface en plein champ (fortes concentrations de terres cuites architecturales), ou par la présence d’excavations, de petits réseaux hydriques dans les prairies (mare, ru…) et, plus rarement, par la mise au jour d’un complexe tuilier inconnu, comme le four et la halle de séchage conservés à l’abbaye des Clairets (fig. 3 et 4). Ces indices ont été géographiquement localisés sur sept sites de production mais seulement quatre pouvaient faire l’objet d’investigations complémentaires. Effectivement, l’intérêt de ce projet était également d’appréhender la concentration des moyens de production dans un même secteur afin d’identifier l’importance de l’activité. La prospection magnétique est l’outil le plus adéquat pour révéler les structures de chauffe, raison pour laquelle durant un mois nous avons prospecté 35 ha de terres agricoles à l’aide d’un magnétomètre (MXPDA). Aux Clairets ont également pu être réalisés les plans et les relevés des structures conservées. Contrairement au site de production de Barbery, la prospection a révélé des tuileries disséminées sur un territoire (et non polarisées comme à Barbery), avec des structures de chauffe uniques par site.

Figure 3 : Vue depuis l’alandier du four de l’abbaye des Clairets

 

Figure 4 : Détail d’un des couloirs de chauffe du four de l’abbaye des Clairets

Ce projet de recherche a ainsi mis en évidence un potentiel d’étude dans le nord-ouest de l’Europe encore peu exploité, ou tout du moins sans réelle corrélation entre sources d’archives et sources matérielles. Dans certains cas, l’absence supposée d’activités tuilières soulève la question de l’usage régional d’autres matériaux de couvertures (ardoises, bardeaux) rendant une économie tuilière peu rentable alors que les matières premières exploitables (argile et bois) sont généralement présentes sur ces sites. C’est pourquoi un workshop a été organisé à Caen en juin 2017 pour saisir les modes de couverture régionaux dans l’ouest de la France et la diffusion des matériaux (parfois très lointaine comme l’ardoise angevine et de celle de Carhaix en Bretagne) qui entrent en concurrence avec les matériaux locaux (comme la tuile dans les régions du bassin Parisien). En ce qui concerne les tuileries, plusieurs configurations de polarisation des moyens de production sont observables. Certaines sont à l’image de Barbery, où les tuileries se trouvent à proximité immédiate de l’abbaye (Saint-André-en-Gouffern), mais plus majoritairement, les centres d’exploitation sont éloignés, au maximum, d’une trentaine de kilomètres (Savigny, les Blanches, Briostel). D’autres abbayes disposent de plusieurs sites d’activités ; la Trappe dans un rayon de 10 km possède trois tuileries dans des secteurs géographiques différents ; les Clairets possèdent une tuilerie aux abords de la clôture et une autre distante d’une trentaine de kilomètres. Enfin, nous rencontrons un cas intéressant à l’abbaye de Beaubec où la tuilerie serait associée à l’une de ses granges.

Le post-doctorat a également permis de poursuivre l’étude à Barbery, site qui a servi de point de comparaison. Après la mise en œuvre des méthodes précédemment exposées (prospections pédestre et magnétique), deux fours de tuiliers ont été fouillés en 2017, ce qui a fourni l’opportunité d’étudier les structures de chauffe et quelques productions du XVe siècle (cf. http://craham.hypotheses.org/1381). En parallèle, une prospection électrique a permis de tester l’efficacité de différentes méthodes de détection pour les vestiges liés à cette activité (non seulement les fours, mais aussi les halles de séchage et habitations liées). La grande variété de la documentation conservée (textuelle, iconographique et matérielle) a par ailleurs permis d’appréhender une partie de la chaîne opératoire de l’activité tuilière, depuis la matière première jusqu’au produit fini. Elle a surtout mis en évidence une véritable activité industrielle, bénéficiant des investissements de différents monastères (Barbery, l’abbaye de Fontenay, l’abbaye du Val), et révélée par la succession de nombreux intervenants depuis la production jusqu’à la commercialisation de la tuile. Cette échelle industrielle semble être encore confirmée, sur le terrain, par la forte concentration des moyens de production. En ce qui concerne les sites de production des autres abbayes savigniennes, la documentation utilisée ne permet pas, réellement, de statuer sur le modèle économique à l’œuvre, toutefois, quelques indices se dégagent. Par exemple, la tuilerie de l’abbaye de Saint-André-en-Gouffern paraît, selon les époques, avoir un usage spécifique aux besoins des religieux, ou bien produire à des fins commerciales, en particulier à destination de la ville voisine de Falaise. Malgré tout, le tuilier de l’abbaye paraît assurer l’intégralité de la chaîne opératoire, depuis la cuisson jusqu’à la pose de la tuile. Pour les abbayes de la Trappe et des Clairets, même si la production est répartie en plusieurs endroits, il paraît probable que cette activité dépasse les seuls besoins monastiques, du fait de leur nombre ; reste à savoir si ces tuiliers s’organisent en réseau pour livrer d’importantes commandes. Quoi qu’il en soit, cette année de recherche a mis en évidence un potentiel d’études archéologiques encore très peu exploré et, dans certains cas, la conservation in situ de vestiges en péril, rares témoins de l’industrie rurale du Moyen Âge.

 


Jean-Baptiste Vincent
Jean-Baptiste Vincent est docteur en Histoire et Archéologie médiévale, Post-doctorant Normandie Université, Membre associé du CRAHAM – UMR 6273.

 

 

Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article449
Bibliographie : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article624
Academia : https://independent.academia.edu/JeanBaptisteVincent


Comment citer cet article : Jean-Baptiste Vincent, « De la matière première au lieu de vie : les terres cuites architecturales dans l’économie cistercienne en Europe du Nord-Ouest », dans Les Échos du Craham, 20/12/2017, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1480, consulté le 24/05/2018, ISSN : 2552-3139.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *