Le catalogage des manuscrits du Mont Saint-Michel. L’exemple du Ms 222 d’Avranches

La Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel (BVMSM) se propose de réunir les livres ayant été produits ou conservés dans la bibliothèque de l’abbaye du Mont, sous forme de site web interrogeable. Chacun peut y consulter les manuscrits médiévaux et imprimés anciens, sous forme de fac-similés numériques accompagnés de notices descriptives détaillées. Le programme se concentre d’abord sur les livres actuellement conservés à Avranches, et se poursuivra ensuite sur les autres ouvrages conservés dans d’autres bibliothèques en France et à l’étranger. La BVMSM est le fruit d’un partenariat entre l’université de Caen Normandie (Pôle du document numérique de la MRSH), le Centre national de la recherche scientifique (Craham), la Ville d’Avranches et l’Equipex Biblissima.

Au sein de la BVMSM, les enseignants-chercheurs et ingénieurs du Craham se sont particulièrement investis dans la description des manuscrits d’Avranches (M.-A. Avenel, M. Bisson, T. Buquet, O. Desbordes, B. Gauvin, C. Jacquemard, S. Lecouteux). Ce catalogage permet de décrire les manuscrits, d’identifier les textes qui y ont été copiés et de repérer toute information susceptible de contribuer à l’histoire de la bibliothèque du Mont Saint-Michel et de son usage : ex-libris, colophons, marques d’appartenance et de donation, mentions de date, techniques de fabrication du livre, étude des miniatures et du décor, traces laissées par les lecteurs (notes, commentaires, textes, dessins dans les marges ou sur des feuillets vierges, etc.).

Ce catalogage détaillé se poursuit actuellement. Nous souhaitons présenter ici le manuscrit 222 d’Avranches, récemment catalogué, dont la description fait apparaître quelques spécificités intéressantes.

Le manuscrit 222

Le manuscrit contient une seule œuvre, l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, dans la traduction de Robert Grossetête (v. 1175-1253), évêque de Lincoln (Angleterre). Cette traduction date des années 1246-1247 (Dunbabin 1972, p. 461) ; le manuscrit porte des gloses ou commentaires tirés de notes que Robert Grossetête a composées à partir de ce texte. Le texte présente une version assez corrompue de cette traduction, et ne donne que les dix premiers livres de l’œuvre.

La production du manuscrit est à peine postérieure et est datable des années 1250-1260 (selon P. Stirnemann et Cl. Rabel, IRHT). D’après sa décoration, le manuscrit pourrait avoir été produit en Angleterre ; l’écriture gothique présente elle aussi quelques marques d’influence insulaire.

Description matérielle : In-quarto (295 x 210 mm). Reliure couverte en veau brun, ais de carton (restauration mauriste du XVIIe s.). Écrit à longues lignes sur un parchemin de qualité très blanc, portant de nombreuses marques d’humidité (les premiers folios sont fragilisés). Réglé en noir, 32 lignes d’écriture.

76 folios, reliés en 10 cahiers (quaternions) sans signature ni réclame. Les cahiers 4, 6, 8 et 10 sont lacunaires, un folio étant manquant sur chacun (voir plus loin « Le décor du manuscrit »).

L’histoire du manuscrit

Le manuscrit s’insère dans une série de 10 qui compilent un peu plus d’une trentaine de traités d’Aristote produits et surtout acquis au Moyen Âge par l’abbaye du Mont (mss. 220, 221, 222 , 223, 224, 227, 228, 229, 231, 232). Un large aperçu des ouvrages d’Aristote y est représenté : Catégories, Métaphysique, Physique, De l’âme, Éthique, Politique, Économie, Topiques, Prédicats, Premiers et seconds Analytiques, De la mémoire, Réfutation des sophistes, etc. La présence d’« Aristote au Mont Saint-Michel » (Viola 1967 et 1971) a été l’objet de polémiques scientifiques, notamment suite à la publication du livre de Sylvain Gouguenheim (Gouguenheim 2008 ; voir notamment les commentaires critiques par Bataillon 2008). Les moines du Mont ont manifesté un intérêt pour Aristote sur une longue période. Le 229 (f. 11-98 et 116-192 : traduction des Catégories et commentaire du Periermenias, par Boèce) est le plus ancien recueil (v. 990-1015). C’est probablement le seul qui ait été copié au Mont Saint-Michel (Alexander 1970 p. 255 ; Samaran & Marichal 1984 p. 83 et 555). Les neuf autres ont été copiés hors de ce monastère entre la seconde moitié du XIIe et le XIVe s. Il s’agit majoritairement de recueils scolaires réunissant plusieurs traductions latines de traités de philosophie, principalement d’Aristote. Ils ont généralement été acquis par les moines du Mont entre le XIIIe et le XVIe s. C’est notamment le cas du 222, qui date du milieu du XIIIe s. mais qui n’a été acquis qu’à la fin du XIVe s. (voir plus loin). Ce volume se démarque de tous les autres par la qualité exceptionnelle de son parchemin et de son décor.

Bien qu’il ne contienne pas l’ex-libris habituel du Mont Saint-Michel, le manuscrit a néanmoins conservé plusieurs marques d’appartenance.

Fig. 1. Marque de possesion au f. 1 (Avranches BM ms. 222)

Fig. 1. Marque de possession au f. 1 (Avranches, BM, ms. 222)

Une mention (f. 1r), mutilée quand le manuscrit a été rogné, permet de lire « […] P. abbas monasterii Montis Sancti Michaelis a magistro Symone bedello facultatio decretorum anno MCCCXC XVIII die mensis ianuarii » : [donné ou vendu?] par Maître Simon, bedeau de la faculté de décret (droit), à P., abbé du monastère du Mont Saint-Michel, le 18e jour du mois de janvier 1390. [fig. 1] On peut rapprocher cette marque d’appartenance des mentions des manuscrits 33 et 127 commandés par l’abbé du Mont Saint-Michel Pierre Le Roy (1386-1410). Cet abbé, qui était alors maître en décret et en droit canon à la faculté de Paris, a donc acquis ce manuscrit de l’un de ses collègues (Simon, bedeau), maître de cette même faculté de droit, en 1390. Il l’aurait donné plus tard aux moines du Mont Saint-Michel, comme il le fit pour plusieurs autres volumes (mss 33, 53, 54, 55 et 127). On peut voir, sur la garde D (ancien contreplat inf.), en bas à droite, une possible mention de prix : xxiiii s. [fig. 2]

Fig. 2 : possible mention de prix (garde D, Avranches, BM, ms. 222)

Fig. 2 : possible mention de prix (garde D, Avranches, BM, ms. 222)

En 1389, un dénommé Symon Bedel fut payé 22 sols « à Paris pour faire vendre les livres » qui avaient appartenu à Richard Picque de Besançon, archevêque de Reims († 1389) (Tarbe 1842, p. 98-99). Il y avait, à l’université de Paris, un Simon Thomas, originaire de Paris, bedeau général de la faculté de décret (Symoni Thome, Parisius oriundo, bedellum generalem facultatis decretorum, cf. Denifle 1894, p. 249, acte 1431, année 1379), mentionné à ce poste dans plusieurs documents entre 1372 et 1388. Peut-être s’agit-il du donateur du manuscrit ? Mais il n’est jamais qualifié de « maître » (magister) dans les actes.

Fig. 3 : ex-libris, f. 16v (Avranches BM 222)

Fig. 3 : ex-libris, f. 16v (Avranches, BM, 222)

On trouve d’autres marques de possession plus discrètes à divers endroits du manuscrit :

– 16v (marge supérieure) : ex-libris : Liber iste est de conventu Roth. ordinis Predicatorum. « Ce livre appartient à la congrégation de Roth., de l’ordre des Prêcheurs » [fig. 3]. Il s’agit probablement du couvent dominicain de Rouen et non de Rochester (Roch. au lieu de Roth.) comme l’affirme Bataillon (2008, p. 108) – voir mise au point par Morard et Wijsman (2017). L’ex-libris est du même type que celui du ms. 2015 de la bibl. Mazarine (fin XIIIe s.) : Iste liber (…) est de conventu Rothomagensi ordinis fratrum Predicatorum (http://www.calames.abes.fr/pub/mazarine.aspx#details?id=MAZB13270).

Fig. 4 : ex-libris, garde B (Avranches, BM, ms. 222)

Fig. 4 : ex-libris, garde B (Avranches, BM, ms. 222)

– Verso de la garde B : barré et en partie effacé : Iste liber est lector<is> : [fig. 4] Marque de possession plus ancienne qui indique un usage scolaire dans le contexte d’un studium de religieux mendiants (Morard et Wijsman 2017)

– Verso de la garde inf. C, ex-libris en partie barré : Hic explicit liber ethicorum magistri Johannis de Lindesey : « Ici se termine le Livre de l’éthique, de maître Jean de Lindsey » (Lindsey est un comté de la région de Lincoln, dont Robert Grossetête fut évêque) [fig. 5] (NB : il pourrait s’agir également d’un explicit avec attribution fautive à maître Jean de Lindsey, au lieu de maître Robert de Lincoln, c’est-à-dire Robert Grossetête).

Fig. 5 : ex-libris, garde C (Avranches, BM, ms. 222)

– Recto de la garde D, coin supérieur droit (ancien contreplat inférieur) : d. f. Rol (?) Morel e(pisco)p(u)s [lecture très incertaine], suivi d’un monogramme vertical ESU. Mais il n’est pas tout à fait certain qu’il s’agisse là d’une marque de possession [fig. 6].

Fig. 6 : ex-libris, garde D (Avranches, BM, ms. 222)

Fig. 6 : ex-libris, garde D (Avranches, BM, ms. 222)

Conclusion sur une histoire possible du manuscrit : produit en Angleterre vers 1250-1260, il fait plus tard partie de la bibliothèque du couvent dominicain de Rouen. Il a (auparavant ou par la suite) appartenu à Jean de Lindsey, maître universitaire. À la fin du XIVe siècle, le livre se trouve en la possession d’un Simon bedeau de la faculté de droit de Paris, qui le vend ou le donne en 1390 à Pierre Le Roy, abbé du Mont Saint-Michel. Le volume rejoint peu après la bibliothèque de ce monastère normand.

Le décor du manuscrit

Le manuscrit a conservé 6 très belles lettres historiées roses sur fond bleu et or, avec encadrement doré (f. 1, 9, 14, 23, 45, 63), qui illustrent le début d’un livre. Le texte est structuré par 27 initiales champies (dorées sur fond peint bleu et rose, et rehaussées de motifs filiformes : f. 3v, 4, 6, 7v, 8, 10v, 11, 12, 18v, 19v, 21, 25v, 27, 29, 30, 30v, 31, 31v, 32, 33, 33v, 34v, 35v, 36, 37v, 38v, 52v), et des pieds-de-mouche bleus et rouges. Le numéro des livres est indiqué en lettres rouges et bleues en marge supérieure au recto des folios.

Fig. 7 : Initiale O, f. 1 (Avranches BM, ms. 222)

Fig. 7 : Initiale O, f. 1 (Avranches, BM, ms. 222)

Les scènes figurées dans les initiales ornées présentent souvent un rapport direct avec le texte qu’elles introduisent :

– 1 (début du livre 1) : scène d’enseignement, maître tenant des verges face à des élèves en braies. Le début du texte d’Aristote évoque les actions humaines, les arts et les sciences. [fig. 7]

– 9r (début du livre 2) : scène d’enseignement de la musique, alors que le livre 2 traite notamment de la vertu intellectuelle, qui dépend de l’enseignement reçu. Au début du livre, Aristote évoque l’effet de l’apprentissage de différents métiers ou arts, notamment la musique (« c’est en jouant de la cithare qu’on devient cithariste » (f. 9r, l. 22). [fig. 8]

Fig. 8 : Initiale M, f. 9 (Avranches, BM, ms. 222)

Fig. 8 : Initiale M, f. 9 (Avranches, BM, ms. 222)

– 14r (début du livre 3) : deux hommes dans un navire, dont un jette un tonneau à l’eau, alors que le livre 3 évoque les actes volontaires et involontaires, notamment réalisés sous la contrainte, selon les circonstances. Au début du texte, Aristote donne l’exemple d’une cargaison jetée par-dessus bord par un marin au cours d’une tempête pour son salut et celui de ses compagnons (texte au verso du folio, 14v, l. 7-8). [fig. 9]

Fig. 9, initiale V, f. 14 (Avranches, BM, ms. 222)

Fig. 9, initiale V, f. 14 (Avranches, BM, ms. 222)

– 23r (début du livre 4) : saint Martin à cheval partageant son manteau pour un homme nu, alors que le livre 4 est relatif à la libéralité, la prodigalité, le don, notamment le don d’argent. La scène représentée est un témoignage célèbre de la charité chrétienne en réponse à l’idéal de vertu décrit par Aristote dans le texte. Saint Martin, officier de l’armée romaine, avait fait preuve de générosité en partageant son manteau au profit d’un pauvre transi de froid. C’est donc une manière subtile pour le peintre de christianiser un écrit païen. [fig. 10]

Fig. 10 : initiale D, f. 23 (Avranches, BM, ms. 222)

Fig. 10 : initiale D, f. 23 (Avranches, BM, ms. 222)

– 45r (début du livre 7) : scène de décollation où un homme portant un chapeau retient le bras armé d’un bourreau qui va tuer un homme agenouillé en prière. Le livre VII est relatif au vice, l’intempérance, la bestialité (malicia, incontinentia, bestialitas). [fig. 11]

– 63 (début du livre 9) : initiale ornée d’hybrides zoomorphes. Le livre 9 est relatif aux diverses formes de l’amitié.

Fig. 11 : initiale P, f. 45 (Avranches, BM, ms. 222)

Fig. 11 : initiale P, f. 45 (Avranches, BM, ms. 222)

Il manque un folio au début des livres suivants : V (avant f. 32r) ; VI (avant f. 40r) ; VIII (avant f. 55r) ; X (avant le f. 70r). Les folios découpés (on distingue encore les talons et des traces de découpe, par exemple sur le folio 40 voir fig. 12) devaient comporter une initiale historiée marquant le début de ces livres, la disparition de ces folios étant confirmée par l’examen du texte, lacunaire en ces endroits (il manque la fin du livre précédent et les premiers chapitres du livre suivant). On peut facilement imaginer que chacun de ces livres était illustré d’une belle initiale, et que leur beauté a pu provoquer leur vol. Au vu de la qualité des autres initiales conservées dans le manuscrit, nul doute que les images volées devaient être encore plus belles…

Fig. 12 : traces de découpes, f. 40 (Avranches, BM, ms. 222)

Fig. 12 : traces de découpe, f. 40 (Avranches, BM, ms. 222)

Remerciements

Ce billet n’aurait pu voir le jour sans les conseils, le travail et l’expertise de Marie Bisson (Unicaen MRSH, Craham), Caroline Heid (CNRS, IRHT), Patricia Stirnemann (CNRS, IRHT), Claudia Rabel (CNRS, IRHT), Hanno Wijsman (CNRS, IRHT) et Martin Morard (CNRS, LEM).

Bibliographie

  • Alexander J. J. G. (1970), Norman Illumination at Mont St. Michel, 966-1100, Oxford, Clarenton Press.
  • Bataillon L. J. (2008), « Sur Aristote et le Mont Saint-Michel. Notes de lecture », dans L’Islam médiéval en terres chrétiennes : science et idéologie, éd. M. Lejbowicz, Villeneuve-d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, p. 105-113, sp. p. 108.
  • Delisle L. (1872), Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements, vol. 4, Arras, Avranches, Boulogne, Paris, Imprimerie nationale, p. 535-536.
  • Denifle H. (éd.) (1894), Chartularium Universitatis Parisiensis, III (1350-1394), Paris, Delalin.
  • Desroches Abbé, « Notice sur les manuscrits de la bibliothèque d’Avranches », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 11 (2e série, vol. 2), Paris, 1840, p. 113, n° 56.
  • Dunbabin J. (1972), « Robert Grossetete as translator, transmitter and commentator: The Nicomachean Ethics, Traditio, 28, p. 460-472.
  • Gautier R.A (éd.) (1972-1973), Ethica Nicomachea, translatio Grosseteste, Turnhout, Brepols (Aristoteles Latinus ALPE XXVI 1-3 Fasc. 3-4).
  • Gouguenheim S. (2008), Aristote au Mont Saint-Michel, Paris, Editions du Seuil.
  • Morard M. et Wijsman H., « Rouen, Couvent Saint-Jacques, O.P. (H) », dans Libraria – Répertoire des bibliothèques médiévales de France, Paris, IRHT, 2017. http://www.libraria.fr/fr/BMF/possesseurs/rouen-couvent-op-h (Mis en ligne le 22/07/2013, modifié le 29/09/2017)
  • Nortier G. (1966), Les bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines de Normandie, Caen, Caron et Cie, p. 149 n. 93, p. 162.
  • Omont H. (1889), Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. X, Paris, E. Plon – Nourrit, p. 103.
  • Samaran C. et Marichal R. (1984), Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. 7, Ouest de la France et Pays de Loire, Paris, Éditions du CNRS.
  • Tarbe P. (éd.) (1842), Inventaire après le décès de Richard Picque, archevêque de Reims (1389), Société des bibliophiles de Reims.
  • Viola C. (1967), « Aristote au Mont Saint-Michel », dans Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, t. 2, R. Foreville (dir.), Vie montoise et rayonnement intellectuel, Paris, P. Lethielleux (Bibliothèque d’histoire et d’archéologie chrétiennes), p.  89-312. http://coloman.viola.pagesperso-orange.fr/Aristote_au_Mont_Saint-Mic.html
  • Viola C. (1971), « L’abbaye du Mont Saint-Michel et la préparation intellectuelle du Grand Siècle », Les Amis du Mont Saint-Michel, 76, p. 7-17. http://coloman.viola.pagesperso-orange.fr/Mont_Saint_Michel.html

Liens


Thierry Buquet (Ifpo)
Thierry Buquet est ingénieur de recherche CNRS en analyse de sources au Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article927

stéphane lecouteux
Stéphane Lecouteux est responsable de la Bibliothèque patrimoniale d’Avranches et chercheur associé au Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article586

Comment citer cet article : Thierry Buquet et Stéphane Lecouteux, « Le catalogage des manuscrits du Mont Saint-Michel. L’exemple du Ms 222 d’Avranches », dans Les Échos du Craham, 07/11/2017, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1425, ISSN : 2552-3139.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *