Le site de fouilles archéologiques de Barbery ouvert au public lors des Journées du patrimoine

Les 16 et 17 septembre prochains, le public est invité à venir découvrir les vestiges des tuileries du village de Barbery, dont la production a permis notamment de couvrir les toits de Caen.

Du XIVe au XVIIIe siècle, les tuiles qui couvrent les toits de Caen viennent très souvent du même endroit : le village de Barbery, à vingt kilomètres au sud de la ville ducale. On achète ainsi des tuiles de Barbery pour le château de Caen au XVe siècle. A la même époque, on en retrouve également au château de Falaise. Ce centre de production est pourtant très mal connu : on ignore le nombre de tuileries qui se sont succédé dans le temps, leur emplacement précis, de même que les techniques utilisées et la nature des productions.

Une équipe de chercheurs des laboratoires Craham et Geophen (CNRS/Université de Caen Normandie); du service archéologie du département du Calvados et de l’Inrap s’est réunie pour tenter de découvrir les particularités de ce site. Un plan de la fin du XVIIIe siècle ayant permis de localiser les trois tuileries alors en activité, une prospection magnétique a été effectuée en 2016 sur un espace un peu plus large. Elle a confirmé la présence d’une dizaine de fours assez proches les uns des autres et a encouragé à poursuivre l’étude par une fouille archéologique.

Le plan de Barbery (1783) où figurent les tuileries distingue, pour chaque établissement, le four, la halle de séchage et les bâtiments d’habitation et de stockage.

La fouille a commencé le 21 août 2017, grâce au soutien du ministère de la Culture, du département du Calvados et de Normandie Université. Huit étudiants bénévoles sont venus de Caen, Nantes et Rennes se former ou se perfectionner et prêter main-forte aux chercheurs. Comme le laissait espérer la prospection, deux fours ont été découverts. Leur fouille archéologique, ainsi que celle des structures associées, devrait permettre de mieux comprendre les techniques de fabrication des tuiles, depuis l’extraction de l’argile jusqu’au chargement des tuiles cuites sur des charrettes qui les conduiront jusqu’à leur lieu de pose. Il s’agit également de préciser la datation des fours et de tenter par la même occasion d’établir une chronologie des modes de fabrication, notamment en fonction des moyens de fixation sur les toitures. Plus généralement, l’équipe souhaite documenter ce patrimoine méconnu et cette économie qui a dû faire vivre de très nombreux habitants, comme ce malheureux Jean Lemière, mort accidentellement en décembre 1703 à Barbery, brûlé près d’un four à tuile…

La fouille minutieuse des fours permet d’étudier les différentes couches archéologiques qui renseignent sur le fonctionnement et l’histoire de la structure.

Le site sera ouvert au public lors des Journées du patrimoine, le samedi
16 septembre, de 14 h à 17 h, et le dimanche 17 septembre, de 10 h à 13 h. Rendez-vous au Grand Tremblay, 14220 Barbery.

Contacts

Adrien DUBOIS I dubois_adrien@yahoo.fr I 06.51.07.42.72


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *