Bilan du workshop « Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge et à l’époque moderne dans l’Ouest de la France », 22-23 juin 2017

Le workshop « Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge et à l’époque moderne dans l’Ouest de la France », organisé par le Craham (Jean-Baptiste Vincent et Anne Bocquet-Liénard) à l’université de Caen Normandie les 22 et 23 juin 2017, se proposait de favoriser le dialogue entre différents acteurs de la recherche et de la préservation de ce patrimoine encore trop négligé. L’objectif a été atteint : ont été au rendez-vous non seulement des chercheurs et acteurs de différentes disciplines et de différents horizons institutionnels, mais aussi des artisans confrontés eux aussi à des questionnements sur les pratiques de leurs prédécesseurs. En outre, le format du workshop a permis des échanges spontanés et nombreux sur les avancées récentes de la recherche, ainsi que sur les efforts qu’il conviendrait de poursuivre.

Longtemps, un certain déterminisme géographique a en effet limité les investigations, comme l’a rappelé Luc Bourgeois. En fonction de leurs ressources locales, certaines régions auraient été le terrain privilégié des couvertures d’ardoise, d’autres, des tuiles, tandis que le chaume aurait régné en maître sur l’habitat rural. Si cette vision a été battue en brèche ces vingt dernières années, on peine encore à synthétiser les résultats. On est ainsi encore surpris par l’importance de l’utilisation de la tuile dans le Domfrontais du XVIIe siècle, mise en évidence par Bruno Fajal, et, inversement, par celle du chaume en contexte urbain à Alençon, évoquée par Jean-David Desforges, tandis que les édifices religieux normands étudiés par Jean-Baptiste Vincent présentent des couvertures où différents matériaux coexistent, sans que l’on puisse déterminer quel critère a prévalu : questions économiques et de disponibilité des matériaux, considérations symboliques et esthétiques, voire techniques…  De même, si la Bretagne est connue pour ses toits d’ardoise et de chaume, Sébastien Daré a aussi rappelé que de la tuile y était produite à la fin du Moyen Âge et Michaël Batt a montré comment elle y était importée depuis l’Angleterre (Somerset) au XIXe siècle. C’est que la tuile et l’ardoise, loin d’être cantonnées à leur région de production, voyagent parfois sur d’importantes distances.

Si tout paraît donc possible en matière de choix des matériaux, les communications et les discussions ont cependant prouvé que les types et les techniques employés sont riches d’enseignements. Ainsi des typologies des tuiles – fondées en particulier sur leurs dimensions et leur mode de fixation, la présence de glaçure ou non – peuvent être distinguées, comme l’ont montré Sylvain Aumard et Gilles Deshayes, et ces typologies constituent des critères de datation, grâce notamment aux avancées des procédés de datation, présentées par Philippe Lanos, non seulement pour les structures de production, mais aussi pour des lots cohérents de terres cuites architecturales. Du côté de l’ardoise, les recherches de Jean-Yves Hunot soulignent également l’apport de l’utilisation croisée des sources archéologiques et des sources écrites pour comprendre l’économie du matériau et ses conséquences sur le terrain. Des expériences récentes en Bretagne ont aussi mis en évidence l’intérêt de ces études, en particulier dans le Vannetais étudié par Sébastien Daré, et au château de Suscinio où Karine Vincent et Émilie Godet se sont penchées sur des lots retrouvés en contexte sédimentaire. Tous insistent sur la nécessité d’affiner les protocoles scientifiques et de favoriser les comparaisons d’un site à l’autre… Déjà, des participants confient qu’ils ne laveront plus de la même manière à l’avenir les ardoises retrouvées lors des fouilles ! Les couvertures en matériaux organiques sont restées plus discrètes parmi les communications, à l’exception notable des bardeaux rennais des XIe et XIIe siècles présentés par Laurent Beuchet et Vincent Bernard. Un des lots étudiés, issu d’un incendie, conserve en effet des traces qui autorisent à déterminer notamment la valeur du pureau. Les chevilles en bois qui permettent la fixation des éléments de couverture ont elles aussi attiré l’attention, la conversation portant en particulier sur l’utilisation de bois vert ou de bois sec.

En archéologie du bâti, l’étude des charpentes s’est montrée indissociable de celle des matériaux qu’elles sont destinées à supporter. Là encore, les discussions faisant suite aux présentations de Frédéric Épaud et Sylvain Aumard pour la cathédrale de Lisieux, Corentin Olivier concernant les charpentes du Massif armoricain et Camille Marguerite au sujet des « Grands greniers » de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée, ont montré l’intrication permanente des questions techniques, esthétiques et fonctionnelles, de même que les enjeux patrimoniaux et scientifiques relatifs à la conservation de ces ensembles exceptionnels lors de leur restauration. Tous ont également insisté sur la complexité des relations chronologiques entre la charpente et la couverture, du fait des importantes pratiques de réemploi des matériaux.

Si les recherches paraissent ainsi encore un peu jeunes dans l’Ouest de la France, en comparaison avec celles menées par exemple en Bourgogne, si les acteurs de l’archéologie soulignent la difficulté de traiter les énormes masses documentaires que constituent les matériaux de couverture, les derniers échanges entre les participants ont toutefois fait ressortir l’intérêt dont bénéficient ces questions depuis quelques années, avec la mise en place de réseaux comme celui sur les Terres cuites architecturales (https://reseautca.hypotheses.org/) et l’organisation de rencontres qui favorisent l’évolution des réflexions et des pratiques en vue d’une meilleure prise en considération d’un patrimoine méconnu.

Comment citer cet article : Adrien Dubois, « Bilan du workshop « Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge et à l’époque moderne dans l’Ouest de la France », 22-23 juin 2017 », dans Les Échos du Craham, 29/06/2017, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1260, consulté le 23/09/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *