Abbaye de Saint-Évoult-Notre-Dame-du-Bois (61)

Pour la quatrième année consécutive, s’est déroulée une opération archéologique sur le site de la salle capitulaire de l’abbaye de Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois (61), sous la direction d’Anne-Sophie Vigot (Éveha, Craham).

L’opération archéologique menée depuis 2013 visait à proposer un bilan de l’état de conservation des vestiges, mais également à répondre à certaines problématiques concernant le plan de la pièce et ses relations avec les espaces voisins, ­l’occupation antérieure du lieu et l’ espace funéraire. Depuis 2015, l’opération fait l’objet d’un projet trisannuel qui se terminera en 2017. L’opération de 2015 a permis de poursuivre la fouille de l’espace funéraire du chapitre et de la galerie du cloître, tout en appréhendant plus précisément l’organisation de l’espace de circulation médiéval. La chronologie de construction du chapitre a pu être appréhendée, les élévations encore en place correspondant à la reconstruction datée du XIIIe siècle, tandis que les fondations, plus anciennes, se rapprocheraient de la première construction en pierre au XIe siècle. L’opération engagée en juillet 2016 a consisté en la fouille de nouvelles sépultures tandis que les traces de l’occupation antérieure commencent à apparaître sous les tombes.

annso_04_orthophoto-copie-resized

Une occupation primitive

Au fil des opérations, plusieurs fosses et trous de poteau ont été mis au jour. Ces structures sont identifiées sous les niveaux d’occupation contemporains de ­l’installation du chapitre et sont visibles sous les tombes, aussi bien au niveau de la salle capitulaire que de la galerie du cloître. De même, des inhumations datées du VIIIe siècle ont pu être identifiées. Si les investigations restent à poursuivre, on peut supposer qu’il s’agit d’une occupation liée à l’implantation primitive de l’abbaye.

Une salle au sein d’un ensemble abbatial

Deux ouvertures réalisées à l’ouest et au sud du chapitre ont permis de situer le chapitre dans son contexte abbatial.

À l’ouest, la fouille de la galerie du cloître a mis au jour de nombreuses sépultures sur trois niveaux (dont une quinzaine fouillées), datées entre le XIe et le XIVe siècle. L’ouest de la galerie est bordé par la fondation (large de 1,70 m) du mur bahut soutenant les colonnes ouvrant sur le cloître. Un caniveau construit en pierre, large de 0,30 m, longe ce mur.

Au sud, une pièce (chauffoir ? scriptorium ?) mitoyenne du chapitre, orientée nord-sud, est large de 8,50 m environ, dans ses dimensions internes. Une baie dans le mur est de ce bâtiment pourrait ouvrir sur un espace extérieur aménagé. Sur le sol de cette pièce ont été découverts de nombreux éléments de pavement appartenant à une rosace (fig. 2). Si plusieurs sépultures ont été identifiées, seule l’une d’entre elles a été fouillée.

Une restitution architecturale du chapitre confirmée

La mise au jour de l’essentiel des murs et des structures maçonnées encore en place (colonnes murales, piles centrales…) a permis de confirmer la restitution ­initialement proposée. La salle capitulaire de l’abbaye de Saint-Évroult est donc une salle rectangulaire orientée ouest-est, accolée au transept sud de l’église, composée de deux nefs divisées en quatre travées chacune. Les dimensions intérieures sont de 9 m de large sur 14,6 m de long.

Les fondations sont épaisses, entre 2,6 m de large pour les murs orientaux et occidentaux et 2,3 m pour le mur sud. La profondeur des fondations atteint 1,45 m pour le mur sud. Ce type de fondation a été identifié comme appartenant au modèle dit « à bain de compression », caractéristique des constructions antérieures à la fin du XIe siècle.

Trois piles centrales séparent les deux nefs. Leurs fondations, de conservation inégale, sont de forme rectangulaire (environ 1,5 à 1,75 m par 2 m). Ces piles devaient supporter des voûtes en plein cintre qui reposaient ensuite sur les colonnettes murales, placées en vis-à-vis. Il semble que les colonnettes murales, telles qu’elles sont visibles sur le mur nord, correspondent à la phase la plus récente et que les fondations de ces colonnettes engagées sont plaquées contre les fondations anciennes.

Fig. 2 : pavement en rosace découvert dans la pièce mitoyenne du chapitre

Fig. 2 : pavement en rosace découvert dans la pièce mitoyenne du chapitre

Ce plafond devait soutenir le dortoir. La découverte de deux murs se prolongeant perpendiculairement à la pièce vers le sud (l’un partant du centre du mur sud de la salle du chapitre) indique qu’un autre bâtiment était accolé au chapitre et surtout que l’étage ne devait pas recouvrir l’intégralité de l’espace. Deux contreforts ont été repérés sur la façade orientale de la salle. L’un est situé au milieu du mur est, le second est un contrefort double venant renforcer l’angle sud-est de la salle.

Des enduits peints découverts sur des blocs lapidaires sculptés, du vitrail ainsi que des pavés décorés permettent de restituer le décor de cette pièce majeure.

Il est possible d’établir une chronologie de construction : les fondations sont associées à une occupation datée du XIe siècle, une réfection des murs au XIIIe siècle peut être supposée au vu des éléments encore en place et des informations textuelles. De plus, le dortoir s’effondre et est reconstruit à différentes époques. Ainsi, les éléments de voûtains découverts confirment une restauration du plafond de la salle du chapitre vers la fin du Moyen Âge.

Un lieu d’inhumation privilégiée

La mise au jour de plus d’une cinquantaine de tombes au cours de ces différentes campagnes a permis d’établir une chronologie d’occupation du lieu. Au moins trois phases d’occupation sont identifiées pour l’ ensemble sépulcral. Ainsi, il semblerait, que, bien avant la construction du bâtiment, l’espace ait déjà une vocation funéraire. En effet, des tombes de sujets immatures datées du VIIIIe siècle ont été découvertes au nord de la pièce. Il s’agirait de la première occupation, contemporaine de la fondation du monastère, dont l’emplacement était jusqu’alors inconnu. Un second ensemble serait contemporain de la première construction en dur du chapitre au XIe siècle et enfin, les sépultures les plus récentes pourraient dater des XIIIe-XIVe siècles.

Ces sépultures renferment les corps de sujets adultes, hommes et femmes pour les périodes contemporaines de l’occupation de la salle capitulaire. L’ étude anthropologique montre qu’il s’agit d’une population de laïques et d’ecclésiastiques aux conditions de vie privilégiées. Les informations concernant l’ensemble funéraire devront être complétées par une dernière campagne de fouille et par des analyses anthropologiques approfondies.

Anne-Sophie Vigot (Éveha, Craham)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *