Dyrin, un programme de recherche sur la faune du Grand Nord

Dyrin n’est pas un acronyme : c’est un mot issu des langues scandinaves, le pluriel de dyr, qui signifie « animal ». Le projet Dyrin vise à la constitution d’un corpus de textes relatifs à la connaissance de la faune arctique et subarctique de l’Antiquité tardive jusqu’à 1600. L’axe principal sera la transmission des savoirs zoologiques sur cette faune encore mal connue avant les explorations de l’époque moderne.

En contrepoint des recherches menées sur l’histoire de la faune exotique africaine et asiatique, le travail sur la faune du Grand Nord permettra de mieux connaître un exotisme zoologique venu du froid, pour des animaux encore plus mal connus que la faune du sud, la zoologie antique n’ayant transmis que très peu d’informations à leur sujet.

Contexte scientifique et institutionnel

Le projet Dyrin est inscrit au programme quinquennal 2017-2021 du Craham. Plusieurs thèmes de recherche du laboratoire concernent directement l’histoire des mondes normands et des Vikings, l’histoire maritime, et l’étude de la transmission et de la réception des textes. Pour ce dernier thème, Dyrin est lié au programme Ichtya qui a pour but la publication papier et en ligne de textes médiévaux relatifs à l’ichtyologie, c’est-à-dire à l’histoire des connaissances sur les poissons. Dans le cadre des programmes Ichtya et Dyrin, le Craham organise en 2017 (du 31 mai au 3 juin) un colloque international à Cerisy-la-Salle sur les poissons et animaux marins des mers septentrionales (https://ichtya2017.sciencesconf.org/).

logo-zoomathiaIchtya est membre du GDRI Zoomathia, dédié à l’histoire de la zoologie entre Antiquité et Moyen Âge, auquel le projet Dyrin est également associé.

Dyrin, comme les différents projets numériques du Craham, n’existerait pas sans le soutien de la Maison de la recherche en sciences humaines de l’université de Caen Normandie, et du Pôle du document numérique dirigé par Pierre-Yves Buard.

Enfin, Dyrin est membre du consortium Cahier (voir présentation de Dyrin sur le site de Cahier : https://cahier.hypotheses.org/DYRIN)

logo-consortium-cahier

Sources du corpus

Le premier objectif du projet Dyrin est de constituer un corpus de sources textuelles permettant de réunir de nombreux fragments dispersés relatifs à la faune du Nord. En effet, les mentions de cette faune sont rares, souvent courtes, difficiles à repérer dans de nombreuses œuvres disparates : encyclopédies et traités d’histoire naturelle, chroniques, récits de voyage, traités de chasse, ouvrages géographiques ou cosmographiques, textes littéraires – sans oublier pour la fin du Moyen Âge les documents d’archives. Il s’agira principalement de textes latins mais pas seulement : il faudra explorer les textes en langues romanes, germaniques, scandinaves, etc. et même l’arabe ou le persan, notamment dans certains traités de nature géographique ou encyclopédique. Le projet dépasse le Moyen Âge pour aller jusqu’à 1600 afin de tirer profit des grandes sommes zoologiques du XVIe siècle (Konrad Gessner, Pierre Belon, etc.), celles-ci apportent un savoir nouveau, s’ajoutant à un important travail de compilation systématique des savoirs antérieurs. Sans oublier le grand ouvrage qui décrit en détail la Scandinavie, le Historia de Gentibus Septentrionalibus d’Olaus Magnus, paru en 1555.

Carte de l’Islande avec animaux sauvages. Olaus Magnus. Carta marina, 1539

Carte de l’Islande avec animaux sauvages. Olaus Magnus. Carta marina, 1539

Objectifs scientifiques

La finalité du projet n’est pas uniquement de constituer une base de données textuelles et de la rendre publique par sa mise en ligne ou l’édition de corpus raisonnés. Le premier objectif scientifique est de mieux appréhender la constitution de savoirs zoologiques au long du Moyen Âge : la transmission des textes par la compilation (la citation d’extraits d’une œuvre à l’autre, parfois depuis l’Antiquité), à évaluer avec l’apport d’informations nouvelles, recueillies auprès de témoins, voyageurs, chasseurs ou marins ayant fréquenté les régions septentrionales.

Il s’agira aussi d’étudier les rapports entre cet exotisme du Nord et le merveilleux médiéval, qui a souvent transformé des animaux « vrais » en monstres légendaires habitant les frontières du monde connu, le monde mystérieux des océans et des fonds marins étant propice à la création d’animaux légendaires, comme le Kraken, les baleines géantes et divers animaux hybrides. Mais l’essentiel de notre enquête porte sur la connaissance d’animaux aujourd’hui bien connus comme l’ ours polaire, le morse, le narval, le renne, l’ élan, les animaux à fourrure, le faucon gerfaut, etc.

renne-cantimpre-valenciennes-bm-320-f-77-irht_090395_2

Le renne (rangiver) dans l’encyclopédie de Thomas de Cantimpré (XIIIe s.). Valenciennes, BM, ms. 320, f. 77. Thomas de Cantimpré dit notamment que le renne vit en Norvège.

Nous tenterons alors de savoir si cette faune du Grand Nord constitue un groupe spécifique pour les auteurs médiévaux, différent de la faune européenne, africaine et asiatique, mieux connue depuis l’Antiquité. Le corpus permettra d’établir si ces animaux sont contextualisés dans un habitat donné, avec ou sans origine géographique précise. Une attention particulière sera également accordée aux qualificatifs relatifs à la taille, la couleur (notamment l’importance du blanc et du noir) et au comportement animal.

Encodage et indexation des textes

La méthode consiste à dépouiller de nombreuses sources pour repérer les fragments relatifs à cette faune du Nord. Ensuite, l’encodage se fait en XML-TEI (un fichier XML par fragment textuel).

Le texte source, dans sa langue d’origine, est accompagné d’au moins une traduction en français moderne, soit déjà éditée, soit inédite. Si possible on ajoutera une traduction anglaise. Le cas échéant, des traductions médiévales ou de la Renaissance seront aussi mentionnées. Un apparat de notes critiques accompagne chaque passage : notes zoologiques, philologiques, de source, etc.

La difficulté du projet est de travailler sur des fragments, et donc de sortir des paragraphes ou des chapitres courts d’un continuum particulier, spécifique au texte d’origine. Il est donc nécessaire de les contextualiser. Ceci est fait à la fois de façon factuelle (chapitrage, pagination) mais aussi en rédigeant un paragraphe spécifique expliquant où et comment est inséré le passage dans son œuvre d’origine. L’idéal est de fournir un lien hypertexte vers la source primaire en ligne, quand cela est possible.

Chaque texte source sera enrichi de plusieurs index : zoologique, thématique (comportement animal, description, etc.), géographique (lieux, peuples), index des citations. Pour les œuvres et les personnes (comprenant les auteurs), le projet utilise des index partagés mis en place à la MRSH de Caen.

logo-openthesoLes index sont constitués en lien avec la mise en place d’un thésaurus de zoologie ancienne, Thezoo, actuellement développé au sein du GDRI Zoomathia. Thezoo est réalisé avec le logiciel Opentheso. L’un des objectifs des dépouillements réalisés dans le projet Dyrin sera d’enrichir le thésaurus en cours de constitution, à partir des textes étudiés : noms d’animaux, noms de peuples ou de régions, vocabulaire médiéval spécifique.

Outils utilisés

Il s’agit d’un environnement XML editor mis en place par le Pôle du document numérique de la MRSH de Caen, permettant de faciliter l’ajout d’index, de notes, d’enrichissements typographiques.

Pour les index partagés (personnes, lieux, œuvres), que j’ai évoqués plus haut, le projet utilise Pluco (Plug-in collaboratif).

La bibliographie est référencée dans le logiciel Zotero. Une bibliothèque de groupe a été créée pour Dyrin sur zotero.org, et reste pour l’instant non publique.

Le fait d’avoir ce type de bibliothèque en ligne permet de récupérer des identifiants uniques par référence bibliographique : ces identifiants serviront de référence unique pour pointer de la source vers une bibliographie séparée en XML-TEI, mais également pour créer des liens vers la bibliographie en ligne sur zotero.org.

Formulaire d’encodage des sources textuelles dans XML editor

Formulaire d’encodage des sources textuelles dans XML editor

Résultats attendus

L’objectif est d’aboutir à une publication en ligne du corpus, sans doute de façon progressive, avec utilisation des différents index, différents parcours de lecture, notamment à travers une œuvre, par exemple tous les passages relatifs à la faune nordique chez Albert le Grand, Thomas de Cantimpré, ou tout autre auteur. Nous nous inspirerons notamment de la publication en ligne du De piscibus du projet ICHTYA (https://www.unicaen.fr/puc/sources/depiscibus/)

La bibliographie sera à la fois consultable sur zotero.org, mais aussi au sein de la publication en ligne, en HTML. La bibliographie sur zotero.org pourra être consultée comme un outil autonome, distinct du corpus Dyrin.

Parallèlement, quand le corpus atteindra un certain volume, il s’agira de l’exploiter par des outils d’analyse textuelle : étude du vocabulaire et des noms d’animaux, lexiques thématiques (exotisme, merveilles, monstruosité, comportement animal, couleur, etc.)

De même nous utiliserons les outils du web sémantique pour notamment visualiser les relations entre les textes (citations, emprunts, influences, part de l’information inédite – c’est-à-dire des savoirs vernaculaires, etc.) ou explorer les relations entre espèces spécifiques et leurs origines géographiques précises, telles qu’elles sont décrites par les auteurs médiévaux.


Thierry Buquet (Ifpo)
Thierry Buquet est ingénieur de recherche CNRS en analyse de sources au Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article927

Comment citer cet article : Thierry Buquet, « Dyrin, un programme de recherche sur la faune du Grand Nord », dans Les Échos du Craham, 24/01/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/994, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *