Premiers résultats des prospections sur les tuileries de Barbery

Dans les Échos du Centre Michel de Boüard de décembre 2015, nous avions présenté les raisons qui ont amené à programmer des prospections pour l’étude des tuileries médiévales et modernes de Barbery, dont les productions ont alimenté la région de Caen, notamment des sites fouillés par des membres de l’équipe ces dernières années. Les prospections magnétiques et pédestres, associées à des carottages, se sont déroulées du 10 au 20 octobre 2016.

À l’aide d’un magnétomètre équipé de cinq sondes, nous avons pu faire le relevé des susceptibilités magnétiques sur une surface d’environ 11 ha. Cet appareil muni de sondes à protons, espacées de 25 cm les unes des autres, permet une acquisition des données à la vitesse de la marche, avec une localisation précise des mesures grâce à un GPS RTK (précision centimétrique). Un ordinateur inséré sur le chariot permet à la fois de visualiser nos passages et les anomalies.

Prospection magnétique en cours (cl. É. Broine).

Prospection magnétique en cours (cl. É. Broine).

Quoiqu’une seule tuilerie soit figurée en 1783 dans l’espace considéré – les conditions de terrain n’ayant pas permis d’aller prospecter à l’emplacement des deux autres tuileries représentées sur le plan –, plusieurs anomalies ont été détectées, dont une dizaine seraient liées à la présence de structures de cuisson. De plus, d’autres anomalies de plus faible intensité pourraient correspondre à des dépotoirs ou des structures archéologiques. Une analyse plus complète et plus fine est en cours par Guillaume Hulin (géophysicien, Inrap). Cependant, nous pouvons déjà constater grâce à une première superposition des anomalies avec le plan de 1783 que l’une des fortes anomalies coïncide avec la tuilerie moderne d’Auvrecher et même avec la structure représentée sur le plan par un carré non colorié, interprété jusqu’à présent comme le four.

Superposition du plan du XVIIIe s. avec la carte des anomalies brutes dans le secteur de la tuilerie d’Auvrecher.

Superposition du plan du XVIIIe s. avec la carte des anomalies brutes dans le secteur de la tuilerie d’Auvrecher.

Par ailleurs, une partie de ces anomalies sont situées dans des secteurs où les sources des XVIIe et XVIIIe siècles ne paraissent pas mentionner de tuileries, mais plutôt des fours abandonnés au cours du XVIe siècle. Dans la première moitié du XVIIe siècle, on évoque ainsi « des vieulx fourneaulx desmolis » et, dès le XVIe siècle, des lieux « ou soulloit avoir une tuillerie ». Les aveux rendus par les tenanciers des terres permettent de tenter de les repérer d’un siècle à l’autre. Cependant, les terres des tuileries relèvent d’au moins cinq seigneurs (la seigneurie des religieux de Barbery, celle des religieux de Fontenay, mais aussi le fief Loccard des religieux de Saint-étienne de Caen, la baronnie de Tournebu et le fief de Moult) et la recherche devra être poursuivie l’année prochaine.

Parmi les cinq carottages réalisés sous la supervision de Robert Davidson (LETG-Caen Géophen), deux ont été effectués de manière à identifier la nature d’une anomalie de faibles intensités, à l’ouest de la tuilerie d’Auvrecher, dont l’origine pouvait être pédologique ou archéologique (étoiles vertes sur la superposition des plans). Ces carottages ont notamment permis de qualifier cette anomalie : il s’agit d’une ancienne mare ayant servi de dépotoir, où l’on retrouve de très nombreux fragments de terres cuites architecturales. Par ailleurs, un tracé sur le plan de 1783 semble délimiter cet espace.

Carottage dans la « Queue de l’Étang » (cl. É. Broine).

Carottage dans la « Queue de l’Étang » (cl. É. Broine).

Le ramassage de matériel réalisé dans les zones de concentration a permis d’observer, outre de très nombreuses tuiles aux couleurs (du jaune gris au rouge) et aux dimensions variables, présentant différents modes d’accrochage, des éléments de four, des briques et quelques fragments de pavé. Les zones de concentration de terres cuites architecturales en surface ne correspondraient pas toujours à des anomalies ­magnétiques. Toutefois, la prospection magnétique a permis d’identifier une structure de cuisson dans un secteur de concentration de tuiles et pavés, à l’est d’un petit bois où de nombreux et profonds microreliefs avaient été observés. Le plan de 1783 ne figure à cet emplacement que des champs, appelés « Champs de Fontenay », lesquels appartenaient probablement à l’abbaye Saint-étienne de Fontenay, qui possédait une tuilerie à Barbery, documentée entre le XIVe et le XVIe siècle. Un carottage a ici permis de constater la présence d’argiles jaunes et sableuses, tandis que l’on pouvait observer dans le petit bois, à proximité du douet de Corneville, des argiles rouges.

Un autre carottage a été réalisé à proximité du douet, dans la « Queue de l’Étang » selon la dénomination de 1783, les archives du XVIIe siècle mentionnant les « fosses de la queue du petit vivier ». Là ont été observées des argiles rouges très fines et plastiques, très différentes de celles des secteurs plus élevés et plus éloignés du douet. à l’œil nu, ces différentes argiles paraissent correspondre aux différentes couleurs de terres cuites ramassées en surface. L’étude physico-chimique des différents prélèvements se poursuivra l’année prochaine par des analyses granulométriques, microscopiques et chimiques en collaboration avec le service archéologie du département et Géophen.

Ces éléments ont confirmé les hypothèses de travail formulées l’année dernière et incitent à poursuivre les recherches par l’ouverture d’un sondage archéologique visant à évaluer l’état de conservation d’un four et à en préciser la datation par archéomagnétisme.

Coordination

J.-B. Vincent, Craham

A. Bocquet-Liénard, Craham

A. Dubois, Craham

X. Savary, Service archéologie du département du Calvados

O. Maquaire, LETG-Caen Geophen

R. Davidson, LETG-Caen Geophen

G. Hulin, Inrap


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *