MASA (Mémoires des Archéologues et des Sites Archéologiques)

MASA (Mémoires des Archéologues et des Sites Archéologiques) est un consortium pour l’archéologie, soutenu par la Très Grande Infrastructure de Recherche HumaNum. Ce projet, coordonné par la MAE de Nanterre, soutenu par le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme, réunit actuellement le musée d’archéologie nationale (MAN) et 9 laboratoires répartis dans cinq Maisons des Sciences de l’Homme (MSH) : la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE), la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire (MSH Val de Loire) et la Maison de la Recherche en Sciences humaines Normandie-Caen (MRSH), à travers le Pôle Numérique et le Craham. L’objectif de MASA est de rendre accessible la documentation archéologique conservée dans les laboratoires (cahiers de terrain, relevés, plans, photographies, bases de données, etc.), soit pour en permettre l’étude initiale soit afin de faciliter un réexamen par les chercheurs et les étudiants dans le cadre de leurs projets.

bandeau_masa

Les partenaires du consortium se proposent de mettre en commun leurs compétences dans les domaines suivants : production de corpus numériques, interopérabilité des bases de données, encodage des documents, archéomatique, traitement du patrimoine iconographique, archivistique appliquée à l’archéologie, archivage électronique, réglementation, indexation.

Les actions du consortium ont été réparties en quatre projets : mise au point de référentiels d’indexation, expérimentations des processus (archivage, numérisation, mise en ligne, documentation…), encodage en TEI, modélisation des données. Les projets permettront de rédiger des guides de bonnes pratiques.

Le Craham s’est engagé à titre exploratoire à travailler sur le fonds Michel de Boüard, afin d’en assurer un archivage durable, avec pour objectif une numérisation des documents, associée à un descriptif de contenu. Revisiter une partie de ces données à l’aune des problématiques actuelles de la recherche, représente un enjeu scientifique dont témoignent les travaux menés : tels le château de Caen qui fait l’objet de nouvelles fouilles, ou du site de l’aula carolingienne de Doué-la-­Fontaine. Dans le cadre d’un stage, puis grâce à un contrat de 2 mois, Lauriane Herrier a entrepris l’inventaire du fonds de Boüard géré en EAD. La numérisation partielle du fonds concernant Doué a été réalisée par la société Arkhenum.

La question de l’archivage de nos travaux archéologiques passés, présents et futurs est un enjeu, un impératif supplémentaire qui doit nous conduire à interroger nos pratiques de l’acquisition des données sur le terrain jusqu’à leur conservation et la diffusion des résultats sous des formes variées, de l’édition papier à l’édition numérique notamment de nos corpus de mobilier.

Carnet du consortium MASA : https://masa.hypotheses.org/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *