Atelier artisanal de Commes (14)

Vue générale du chantier de fouille. À droite, le bâtiment 1, à gauche, le bâtiment 2 (cl. M. Allainguillaume, Craham).

Vue générale du chantier de fouille. À droite, le bâtiment 1, à gauche, le bâtiment 2 (cl. M. Allainguillaume, Craham).

 

Bâtiment 1 en cours de fouille (cl. C. Allinne, Craham).

Bâtiment 1 en cours de fouille
(cl. C. Allinne, Craham).

Durant 7 semaines, un chantier de sauvetage programmé, préalable à la construction d’un lotissement, s’est déroulé sous la direction de Cécile Allinne sur la petite commune de Commes (14) à un kilomètre à l’est de Port-en-Bessin. Le terrain se trouve à 600 m du littoral rocheux, juste derrière l’oppidum du mont Castel.

Le site dégagé sur 3 000 m2 a livré les vestiges d’un bâtiment d’exploitation d’un domaine rural romain (villa ?) occupé au moins du début du IIe siècle jusqu’à la fin du IVe siècle. L’espace est structuré par deux grands bâtiments d’environ 200 m2 chacun et une grande cour empierrée. Les activités du domaine reposent sur l’exploitation d’une ressource originale : le coquillage  nucella lapillus, utilisé pour fabriquer la teinture pourpre, dont des coquilles ont été retrouvées sur le site dans des quantités industrielles dans des fosses de rejet et dans l’ensemble des couches d’occupation.

Structures de combustion du bâtiment 1 en cours de dégagement (cl. M. Allainguillaume, Craham).

Structures de combustion du bâtiment 1 en cours de dégagement (cl. M. Allainguillaume, Craham).

Le traitement du coquillage pour ses propriétés tinctoriales est attesté par la façon très particulière dont les coquilles ont été brisées afin de récupérer sur l’animal la petite glande à partir de laquelle on obtient la couleur. La teinture se fabrique en faisant macérer les glandes écrasées dans une solution à base d’eau de mer et d’un adjuvant. Si la manière générale dont on obtient la teinture est bien connue, notamment grâce au texte de Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, IX, 133), les installations artisanales liées à la fabrication sont pour leur part rares et souvent mal conservées. Elles comprennent entre autres des systèmes de foyers et de cuves destinés à faire chauffer la solution colorante pour la concentrer en la faisant réduire. Quatre structures de chauffe correspondant vraisemblablement à cette étape de transformation de ce produit ont été mises au jour (deux dans chaque bâtiment).

 

Échantillon de coquilles de nucella lapillus mis au jour sur le site (cl. C. Allinne, Craham)

Échantillon de coquilles de nucella lapillus mis au jour sur le site (cl. C. Allinne, Craham)

Structures de combustion du bâtiment 2 : deux cuves maçonnées encadrant un foyer (cl. C. Allinne, Craham).

Structures de combustion du bâtiment 2 :
deux cuves maçonnées encadrant un foyer
(cl. C. Allinne, Craham).

Les terrains fouillés seront libérés pour construction fin juin. En 2016, une seconde tranche de travaux pourrait avoir lieu à l’est du secteur fouillé en 2015 sur les bâtiments d’habitation repérés grâce à un petit diagnostic effectué en septembre 2014.


Cécile Allinne
Cécile Allinne est maître de conférences en archéologie métropolitaine à l’université de Caen Normandie et membre du Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article335

Comment citer cet article : allinnec, « Atelier artisanal de Commes (14) », dans Les Échos du Craham, 30/06/2015, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/752, consulté le 23/09/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *