Fouilles archéologiques (automne 2013)

Saint-Germain-de-Varreville (50) (responsable : Cécile Allinne)

La mise au jour en 2011 d’un important trésor du IVe s. à Saint-Germain-de-Varreville, étudié au Craham en 2012, a entraîné cette année la réalisation d’une petite enquête destinée à mieux saisir les formes de l’occupation du sol dans l’Antiquité autour du point de découverte. Le pot contenant les monnaies demeure en effet jusqu’à présent l’unique site antique répertorié et correctement localisé à plusieurs kilomètres alentour.

Le diagnostic archéologique mené sur la parcelle sur laquelle le trésor était enfoui n’a révélé aucun vestige ancien. En revanche, plusieurs fosses dépotoir de la deuxième guerre mondiale, renfermant des restes de bivouacs et les déchets d’un atelier mécanique (amas de graisse de moteur), ont été découvertes dans un rayon de 1 à 5 m autour de la cachette. Le seul élément de découverte antique est un fragment de tuile romaine retaillé en rond à la manière d’un bouchon d’amphore, découvert sous la terre végétale à quelques mètres de l’emplacement du dépôt monétaire. Malgré la distance, il pourrait s’agir du bouchon qui fermait le vase. Il n’est pas exclu que cet élément ait été découvert et rejeté à l’occasion du creusement d’une fosse dépotoir en 1944.

Si l’étude de terrain n’a pas permis d’en apprendre davantage sur l’occupation antique du secteur, une prospection pédestre sur sols nus effectué sur les parcelles avoisinantes a cependant permis d’identifier au moins un site, probablement d’habitation, à quelque 600 m du dépôt, et un indice de site à 250 m (découverte ponctuelle). Une prospection plus systématique pourra être reprise cet hiver sur ces deux secteurs de manière à mieux caractériser leur occupation, une fois les champs moissonnés et labourés.

Abbaye cistercienne de Saint-André en Gouffern, chantier école de l’université (responsable : Jean-Baptiste Vincent).

Des sondages ont été conduits par J.-B. Vincent (ATER à l’université de Caen) entouré d’étudiants afin de préciser la localisation des différents bâtiments disparus de l’abbaye. Ils ont permis de mettre en évidence les limites du cloître et les principaux bâtiments conventuels. Un lambeau de dallage de pavés historiés formant une rose a, notamment, été mis au jour à l’intérieur du réfectoire des moines.

Comment citer cet article : Craham, « Fouilles archéologiques (automne 2013) », dans Les Échos du Craham, 17/09/2013, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/699, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *