Fanum

Lors de la publication du dernier numéro des Échos du Centre Michel de Boüard, le projet Fanum (Fluorescence appliquée à l’ Archéologie et à la Numis­matique) avait été présenté (No 5 – Juillet 2016). Pour rappel, ce projet de recherche financé par la Région Normandie, a pour but d’acquérir les compositions élémentaires sur une partie des monnaies du trésor du IVe siècle, de Saint-Germain-de-­Varreville (14 528 monnaies, Manche). L’analyse d’environ 3 000 monnaies permettra d’apporter de nouvelles informations à la connaissance du monnayage de la dynastie constantinienne, en abordant les questions de variation de titre (augmentation ou baisse du taux de métal précieux), de réglementation de la fabrication monétaire, de gestion du stock métallique entre les différents ateliers monétaires et enfin la question des refontes. Ce nouveau numéro des Échos est l’occasion d’exposer les avancées de ce projet pluridisciplinaire, d’une part au niveau méthodologique et d’autre part, au niveau du traitement des premiers résultats.

fanum

En tant que méthode adaptée à l’analyse d’un nombre important d’échantillons, la fluorescence X portable est l’outil qui a été choisi pour mener à bien ce projet. Cependant, la plupart de ces appareils portables, largement sollicités en archéométrie, sont originellement paramétrés et calibrés pour une utilisation dans le secteur de l’industrie. Depuis plusieurs années et notamment très récemment[1], l’utilisation et le paramétrage de ces appareils font l’objet d’une attention toute particulière dans l’actualité archéométrique. Après avoir longtemps été sous-estimée, il a été démontré à plusieurs reprises qu’avec une réflexion méthodologique et technique adaptée au type de matériau étudié, cette technique permettait d’obtenir des mesures quantitatives très proches des analyses globales, plus lourdes à mettre en œuvre ou destructrices. C’est dans cette perspective que s’est inscrit le projet Fanum afin d’aboutir, dès les premiers mois, à un protocole d’analyse[2] adapté à l’étude compositionnelle du trésor de Saint-Germain-de-­Varreville , dont les monnaies sont constituées d’un alliage cuivreux complexe. La collaboration du Laboratoire de Physique Corpusculaire de Caen (UMR 6534) a permis d’établir le protocole à deux niveaux :

1/ comprendre les calculs internes effectués par l’appareil, déterminer les conditions d’analyse (durée, mode, filtres) et s’assurer de la reproductibilité et répétabilité des analyses ;

2/ aborder les caractéristiques du matériau analysé pour le préparer au mieux à l’analyse en s’affranchissant des phénomènes de surface (enrichissement) par un décapage localisé ainsi que du phénomène d’hétérogénéité de l’alliage en multipliant le nombre de mesures afin de s’assurer de la représentativité des résultats.

Après l’analyse, dans ces conditions, de plus de 600 monnaies, il est aujourd’hui possible de valider ce protocole et d’en donner les premiers résultats. Si l’on prend l’exemple de l’argent, élément discriminant permettant de suivre l’évolution du titre au fil des réformes, les résultats sont très cohérents, d’un point de vue qualitatif, par rapport aux résultats obtenus antérieurement, sur les mêmes types, à l’aide d’analyses globales[3]. Les éléments-traces (nickel, arsenic, or par exemple), souvent caractéristiques du minerai ou de son traitement, sont bien détectés et certaines tendances sont déjà bien visibles entre certains ateliers et/ou types monétaires. Plus encore, nous avons effectué sur ces premières monnaies un rapport linéaire or sur argent. L’or étant présent naturellement à l’état de trace dans les minerais d’argent, ce rapport nous permet de déterminer si l’argent contenu dans un ensemble monétaire provient ou non du même stock métallique. Cette investigation nous permettrait alors de savoir si les ateliers monétaires ont utilisé le même stock de métal au même moment et d’identifier des phénomènes de refontes monétaires. Ces questions seront traitées de manière centrale lors du prochain colloque du GMPCA (Groupe des méthodes pluridisciplinaires contribuant à l’archéologie) en 2017. En attendant, les analyses continuent !

[1]. « Instrumentation portable : quels enjeux pour l’archéométrie ? », Journée thématique (21/11/16, MNHN, Paris) organisée par le Réseau CAI-RN (Compétences Archéométriques Interdisciplinaires – Réseau National).

[2]. Un poster intitulé : « Analyse par fluorescence X portable des nummi d’un trésor monétaire du IVe siècle découvert à Saint-Germain-de-Varreville (Manche) : mise en place du protocole d’analyse et premiers résultats » a été présenté lors de la session archéométrie de la Réunion des Science de la Terre (RST) en octobre 2016.

[3]. Analyses menées essentiellement à l’Iramat-Ceb UMR 5060 à Orléans avec la méthode ANRC (Activation de Neutrons Rapides de Cyclotron).

 


Guillaume Blanchet
Guillaume Blanchet est ingénieur contractuel au service Numismatique du Craham
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/craham/spip.php?article1130

Comment citer cet article : Craham, « Fanum », dans Les Échos du Craham, 23/12/2016, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/65, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *