Les tuileries de Barbery (Calvados)

Quelques découvertes récentes

Fig. 1 : Situation de Barbery dans le département du Calvados

Fig. 1 : Situation de Barbery dans le département du Calvados

La documentation écrite de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne relative au bâti dans la région de Caen mentionne régulièrement l’utilisation de la tuile de Barbery comme matériau de couverture. Au XVIe siècle, dans ses Recherches et antiquités, Charles de Bourgueville signale ainsi « les tuileries de Barbery » comme une des activités importantes à proximité de Caen (fig. 1). On ignore pourtant presque tout de la chronologie de ces établissements, de la nature des productions, des modes de commercialisation et des prix, de l’étendue de la diffusion, de l’organisation de la production et de l’exploitation des matières premières, ou encore des considérations techniques et esthétiques qui amènent à choisir une couverture en tuile plutôt qu’en ardoise.

Ce matériau est généralement abordé soit dans le cadre de sa situation actuelle (sur toiture ou en contexte stratigraphique), soit en partant du lieu de production. L’exemple des tuileries de Barbery permet d’envisager la totalité de la chaîne opératoire, de la confection – les tuileries pouvant être localisées – à la pose – les sources textuelles attestant l’emploi de tuiles de Barbery sur d’importants édifices régionaux –, tout en identifiant technicité et typologie des tuiles sur le temps long.

Fig. 2 : Plan de l’abbaye de Barbery et de la paroisse de 1783. Extrait du secteur des tuileries, Arch. dép. Calvados. H 1381/2.

Fig. 2 : Plan de l’abbaye de Barbery et de la paroisse de 1783. Extrait du secteur des tuileries, Arch. dép. Calvados. H 1381/2.

Un dépouillement d’archives a révélé une documentation riche et variée permettant à la fois de considérer la gestion des tuileries et surtout de les localiser précisément. Un plan de la paroisse de Barbery à la fin du XVIIIe siècle confirme en effet l’existence de trois tuileries contiguës (fig. 2).

Pour chacune d’entre elles, le plan montre une organisation similaire (fig. 3) : une structure carrée délimitée par un trait rouge, qui semble devoir être interprétée comme le four ; deux bâtiments coloriés (probablement l’habitation et un bâtiment de stockage) ; un espace rectangulaire composé de petits carrés, qui évoque la halle de séchage ; et enfin une petite mare avec une évacuation vers le ruisseau.

Contrairement à d’autres sites où l’étude se concentre sur une unique tuilerie appartenant à une abbaye, à Barbery, plusieurs tuileries sont attestées entre le XIVe et le XVIIIe siècle, possessions de plusieurs monastères (l’ abbaye cistercienne de Barbery, l’abbaye prémontrée du Val et l’abbaye bénédictine de Fontenay) (fig. 1). C’est un caractère assez unique, qui amène à s’interroger sur la spécificité du terroir considéré ainsi qu’aux enjeux économiques régionaux. Les tuiles sont en effet l’objet d’un commerce qui semble important : elles sont notamment livrées aux châteaux de Caen, de Falaise, de Thury, etc. On peut ainsi envisager de reconnaître, à l’aide d’analyses physico-chimiques, des productions de Barbery parmi les tuiles retrouvées au cours des fouilles récentes.

Fig. 4 : Superposition du plan géométrique de 1783, du cadastre napoléonien et du cadastre actuel avec la délimitation précise des secteurs à prospecter.

Fig. 4 : Superposition du plan géométrique de 1783, du cadastre napoléonien et du cadastre actuel avec la délimitation précise des secteurs à prospecter.

À partir de cette base documentaire, il est envisagé dans un premier temps de concentrer la recherche sur les tuileries du XVIIIe siècle (fig. 4). Pour cela, différentes études sont prévues : l’identification des lieux d’extraction de la matière première et la caractérisation de cette dernière à l’aide de carottages réalisés par le laboratoire Géophen et de l’étude à l’échelle microscopique des sédiments collectés à différentes profondeurs. Les différents prélèvements feront l’objet d’une analyse pétrographique et chimique afin de mettre en évidence leurs caractéristiques discriminantes. Ces analyses contribueront à la compréhension des matériaux utilisés par les tuiliers et des techniques nécessaires à leur mise en œuvre.

En s’appuyant sur le plan du XVIIIe siècle, la localisation précise des lieux de production est envisagée à l’aide d’une prospection magnétique qui révélera probablement les fours, les zones de dépotoir et peut-être l’organisation des bâtiments représentés sur le plan moderne. La prospection fournira également l’occasion de ramasser sur la surface analysée des éléments de terre cuite permettant d’évaluer la nature des productions (tuile, carreau, brique…).

L’intérêt du projet réside dans une nécessaire interdisciplinarité entre historiens, archéologues, spécialistes du mobilier, archéomètres et géomorphologues, de manière à éclairer la production et la diffusion de ce matériau trop souvent négligé.

Coordination

J.-B. Vincent
A. Dubois
A. Bocquet-Liénard
X. Savary
O. Maquaire
R. Davidson
G. Hulin

Comment citer cet article : Craham, « Les tuileries de Barbery (Calvados) », dans Les Échos du Craham, 20/12/2015, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/580, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *