Le château de Biron (Dordogne). Étude archéologique, historique et architecturale

Fig. 1 . Vue aérienne du château de Biron

Fig. 1 . Vue aérienne du château de Biron

Fig. 2 Laure Leroux lors de la soutenance

Fig. 2 Laure Leroux lors de la soutenance

Thèse de Laure Leroux, sous la direction de Luc Bourgeois.

Au terme de quatre années de recherche, s’est déroulée le 27 mai 2016 à l’université de Caen la soutenance publique d’une thèse consacrée à un site castral majeur d’Aquitaine (fig. 1), le château de Biron, situé aux confins des départements de Dordogne et de Lot-et-Garonne (fig. 3), dirigée par le professeur Luc Bourgeois.

Cette thèse constitue l’aboutissement d’un partenariat fructueux entre l’université et une collectivité territoriale, le Conseil départemental de la Dordogne, qui s’inscrit dans une Convention ­industrielle de formation par la recherche. Elle a également bénéficié du soutien actif du Service régional ­d’archéologie d’Aquitaine et a permis d’initier des collaborations avec d’autres jeunes chercheurs tels que Pascal Ricarrère-Caussade (CESCM-Université de Poitiers), spécialiste des peintures murales (fig. 4).

Fig. 3 . Localisation du château

Fig. 3 . Localisation du château

La démarche se voulait également innovante : il fallait dépasser les limites de la monographie en articulant différentes disciplines, dans une étude sur le long terme, de la genèse du site castral à son inscription au titre aux Monuments Historiques. L’ archéologie du bâti en constituait le préalable, par une analyse globale et systématique des élévations, suscitant ainsi les problématiques des sondages et des fouilles programmées menées dans la cour du château. Les données ainsi acquises, notamment en termes de datations, ont occasionné une relecture complète d’une documentation écrite relativement clairsemée, éclairant le contexte historique mouvementé d’un Périgord méridional encore méconnu. Grâce à l’analyse architecturale se dessinait enfin l’évolution des modalités et des représentations du pouvoir seigneurial.

Fig. 4 . Peintures murales du bâtiment dit de la Recette.

Fig. 4 . Peintures murales du bâtiment dit de la Recette.

S’est ainsi révélée la genèse de ce site castral aux environs de l’an Mil, sous forme d’une fortification de hauteur défendue par un système de double fossés et glacis, dont la création peut être attribuée au comte de Toulouse, profitant de la vacance des comtes de Périgord dans cette zone de marge. Dès le début du XIIe siècle s’affirme le pouvoir châtelain des Biron, qui constituent autour d’eux un réseau de fidélités parmi une petite aristocratie en plein essor. Le positionnement de Biron, au contact de l’Agenais, du Quercy et du Périgord, éveille, dans la seconde moitié du XIIe siècle, l’intérêt des Plantagenêt, qui assurent la promotion d’un lignage venu d’Agenais à la tête du castrum. L’importance stratégique de Biron s’accompagne alors d’un formidable développement du site castral (fig. 5).

Fig. 5 . Le château de Biron au début du XIIIe siècle

Fig. 5 . Le château de Biron au début du XIIIe siècle

Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, la création de bastides dans le contexte des rivalités franco-anglaises affaiblit localement le pouvoir seigneurial, qui doit son salut à une politique opportuniste vis-à-vis des belligérants. À l’orée du XVIe siècle, avec le retour de la paix, l’exploitation des ressources métallurgiques et forestières des territoires de Biron finance une formidable métamorphose du château, et traduit les mutations d’une noblesse en quête d’identité face au développement de l’État moderne (fig. 6 et 7).

Fig. 6 . Le château de Biron au début du XVe  siècle

Fig. 6 . Le château de Biron
au début du XVe  siècle

Fig. 7 . Le château de Biron à la fin du XVIe  siècle

Fig. 7 . Le château de Biron
à la fin du XVIe  siècle

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, c’est en tant que serviteurs de la monarchie que les maréchaux de Biron initient les derniers travaux d’envergure au château, et en font l’imposant rappel de l’autorité des derniers Valois face au sud-ouest protestant (fig. 8). Les siècles suivants voient la dissolution progressive des liens entre le lignage et ses terres originelles, sous l’emprise d’une royauté absolutiste et centralisatrice, jusqu’au rejet que manifestent les destructions révolutionnaires.

Se dessine ainsi sur le long terme l’évolution fort peu linéaire de ce site castral, lié tant aux stratégies politiques d’un grand lignage seigneurial du sud-ouest qu’aux transformations de son environnement et à l’importance géopolitique de cette contrée.

Fig. 8 . Voûtement de l’escalier d’honneur des années 1510-1520

Fig. 8. Voûtement de l’escalier d’honneur des années 1510-1520

Comment citer cet article : Craham, « Le château de Biron (Dordogne). Étude archéologique, historique et architecturale », dans Les Échos du Craham, 12/07/2016, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/508, consulté le 25/02/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *