Julia Pacory, contractuelle au service de paléoanthropologie

julia-pacory-laboRégulièrement en contrat au service de paléoanthropologie du laboratoire du Craham, Julia Pacory est arrivée à l’université de Caen en 2008. Ayant découvert la possibilité de suivre des cours d’archéologie en première année d’Histoire, elle a poursuivi le parcours « Archéologie » jusqu’à la fin de sa licence. Très vite, et notamment lors de stages de laboratoire, elle découvre l’ anthropologie physique et se passionne pour cette discipline, qu’elle choisit comme spécialité pour son master. Cela lui a permis d’étudier et d’apprendre les différentes méthodes anthropologiques et de les appliquer à son corpus d’étude. Son master intitulé «  État sanitaire bucco-dentaire de la population de Tournedos-Porte-Joie, VIIe-IXe siècle, Eure », dirigé par Claire Hanusse et co-encadré par Cécile Chapelain de Seréville-Niel, a été soutenu en 2014. Le site de Tournedos-sur-Seine, Porte-Joie (Eure), fouillé de 1986 à 1993, présente de nombreux vestiges dont une église, dédiée à Sainte-Cécile, et un cimetière (VIIe au XIVe siècle) comprenant 1 664 sépultures. L’étude de la population inhumée entre le VIIe et le Xe siècle a été entreprise pour dresser un état sanitaire de la population à partir des données bucco-dentaires.

À la suite de ce Master 2 Recherche, elle a pu se former, dans le cadre d’un stage de Master 2 Pro, à la méthode de la cémentochronologie (estimation de l’âge au décès des individus par le décompte des anneaux du cément dentaire).

craham-laboratoire-anthropologie

Régulièrement en contrat depuis quatre ans, elle intervient sur l’étude anthropologique des squelettes de deux importantes populations étudiées au Craham. La première est issue du site de l’église Saint-Pierre de Thaon (14), et la seconde provient de la léproserie de Saint-Thomas d’Aizier (27). Son travail consiste à effectuer une série d’observations morphologiques et pathologiques ainsi que des mesures ­ostéométriques sur les squelettes. Elle intervient également sur les prélèvements de dents et les études cémentochronologiques entreprises pour ces deux populations. À partir de la rentrée prochaine, elle sera doctorante à l’université de Caen, sous la direction de Christine Delaplace, avec le co-encadrement de Cécile de Seréville-Niel. Le sujet de cette thèse s’intitule « Origines, santé et alimentation d’une population antique et médiévale. Étude de la population issue de la nécropole “Michelet” de Lisieux (IVe-IXe s., Calvados). Analyse diachronique des pratiques funéraires et des conditions de vie, du statut social et de l’origine des individus, à partir d’analyses isotopiques et d’un bilan bucco-dentaire ». Il s’agira de mener des analyses complémentaires (notamment des analyses isotopiques) sur cette nécropole normande, partiellement étudiée, pour mieux identifier les pratiques funéraires, les aspects sociaux, sanitaires et migratoires d’une population antique et médiévale. Pour sa thèse, une co-tutelle est également envisagée avec deux membres de l’université de Durham (GB), R. Gowland et J. Montgomery.

Bibliographie

  • Pacory J., « État sanitaire bucco-dentaire de la population de Tournedos-Porte-Joie (Eure), VIIe-Xe siècle », Journées Archéologiques de Haute-Normandie, Conches-en-Ouche, 5-6 juin 2015 (en cours de publication).
  • Chapelain de Sereville-Niel C., J. Dupré, M. Lesacher et J. Pacory, « Un secteur d’inhumation privilégié pérenne : le chevet des églises de Thaon (Calvados) du VIIe au XIe siècle », Communauté des vivants, compagnie des morts, 35e Journées internationales d’archéologie mérovingienne de l’Afam, Douai, 9-11 octobre 2014, Arkéos, Musée Parc Archéologie (en cours de publication).
  • Collaboration à divers rapports d’études tels ceux menés sur les populations de la collégiale Saint-Tugal (Laval) et de l’église Saint-Pierre de Thaon (dir. C. Chapelain de Seréville-Niel).
Comment citer cet article : Micael Allainguillaume, « Julia Pacory, contractuelle au service de paléoanthropologie », dans Les Échos du Craham, 11/07/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/453, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

Micael Allainguillaume
Micaël Allainguillaume est responsable du Pôle revues & communication du Craham, éditeur de la revue Archéologie médiévale.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/craham/spip.php?article30


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *