Thérouanne (Pas-de-Calais), un puzzle archéologique

Le 20 juin 1553, au terme d’un siège de sept semaines, l’armée de Charles Quint prenait d’assaut la place forte de Thérouanne, enclave française dans le territoire des Pays Bas bourguignons. L’empereur ordonna aussitôt la destruction complète de la ville. Quelques mois plus tard, de l’antique capitale des Morins, de la cité épiscopale fondée par saint Omer, de la forteresse de François Ier, plus rien ne subsistait, sinon quelques représentations figurées. Le site, désormais appelé la « Vieille Ville », est revenu à l’agriculture. Seule une petite agglomération s’est développée au sud de l’ancienne cité, au bas du coteau qu’occupait l’enceinte médiévale dont les contours en losange, soulignés par de profonds fossés, sont encore parfaitement lisibles dans le paysage. L’intérêt tout particulier du lieu découle de sa fin tragique. Seule l’archéologie est à même de mettre en évidence aujourd’hui sa richesse architecturale rappelée par de nombreux tableaux et gravures.

Les enquêtes n’ont cependant pas manqué sur le site, notamment sur la cathédrale, successivement fouillée par Camille Enlart, Roland Delmaire et Honoré Bernard. Bien que leurs résultats aient été partiellement publiés, le mobilier découvert n’a jamais été étudié, ni même recensé. Quant aux cent vingt opérations préventives ou programmées réalisées par la suite sur la ville ou ses abords à l’occasion de projets d’envergure, en général, limitée, et conduites par de très nombreux responsables, il était indispensable d’en opérer la synthèse.

Dès 2014, à l’initiative du Ministère de la Culture, François Blary lançait le PCR « Thérouanne, ville antique et médiévale » afin de créer une banque de données mutualisables. Une équipe pluridisciplinaire de chercheurs (archéologues, ­historiens, historiens de l’art, topographe, géologue…) était constituée (35 participants à ce jour). Les objectifs généraux étaient de dresser l’état des connaissances archéologiques, et de les replacer dans un contexte historique et archéologique plus large ; d’établir l’inventaire des mobiliers archéologiques (artéfacts divers, corpus lapidaires, statuaires…) ; d’effectuer dans l’emprise de la « Vieille Ville » et ses environs immédiats des prospections (géophysiques électrique et magnétique, microtopographique, d’endoscopie archéologique…), recherches qui pourraient être étendues et complétées par plusieurs sondages susceptibles de fournir des liens entre des données jusqu’ici éparses.

Résultats de la prospection LiDAR réalisée par le Laboratoire de morphodynamique littorale et côtière à l’emplacement de la ville médiévale, bien visible, entourée du polygone des fossés, et de la ville antique qui s’étendait sur un espace beaucoup plus vaste vers le sud jusqu’au-delà de la vallée de la Lys.

Résultats de la prospection LiDAR réalisée par le Laboratoire de morphodynamique littorale et côtière à l’emplacement de la ville médiévale, bien visible, entourée du polygone des fossés, et de la ville antique qui s’étendait sur un espace beaucoup plus vaste vers le sud jusqu’au-delà de la vallée de la Lys (© Laboratoire de Morpho­dynamique Continentale et Côtière (UMR 6143 M2C CNRS – Universités de Caen ­Normandie et de Rouen Normandie).

Les partenaires institutionnels étaient contactés : Service régional de l’archéologie du Nord-Pas-de-Calais, Service départemental d’archéologie du Pas-de-Calais, les différents opérateurs ayant effectué des fouilles (Inrap, Conseil départemental…), l’École nationale des chartes, qui a pendant de longues années recensé la documentation écrite française relative à la ville, les musées voisins, où ont été déposés des éléments lapidaires ou des objets découverts, des chercheurs individuels enfin, spécialistes d’un aspect ou l’autre de la cité ou de ses vestiges. Avec l’École nationale des chartes et les historiens belges et français, il s’agissait de réunir l’ensemble de la documentation écrite concernant la ville et sa destruction mais aussi de recenser la documentation figurée, très riche ; avec les historiens d’art, de faire l’état du lapidaire dispersé jusqu’aux États-Unis ; avec la collaboration du Service régional de l’archéologie du Nord-Pas-de-Calais, et du service départemental du Pas-de-Calais d’établir un inventaire détaillé du mobilier conservé sur place…

Les emplacements remarquables de la ville médiévale de Thérouanne sur le fond LiDAR sol. La zone colorée a fait l’objet de prospections géophysiques magnétique et électrique réalisées par la société Géocarta. En 2017, à l’issue du PCR, toutes les parcelles accessibles de la « Vieille Ville » auront été traitées. Les vestiges sont profondément enfouis sous les déblais. Des murs de clôture, des bâtiments, des voies apparaissent en sombre.

Les emplacements remarquables de la ville médiévale de Thérouanne sur le fond LiDAR sol. La zone colorée a fait l’objet de prospections géophysiques magnétique et électrique réalisées par la société Géocarta. En 2017, à l’issue du PCR, toutes les parcelles accessibles de la « Vieille Ville » auront été traitées. Les vestiges sont profondément enfouis sous les déblais. Des murs de clôture, des bâtiments, des voies apparaissent en sombre.

2016-11-28-therouanne-amp-gradient-5-5

Sur le terrain, relevés microtopographiques et prospections géophysiques réalisées par Géocarta devaient mettre en évidence les dernières traces de la ville disparue. Certaines difficultés apparaissaient, liées, pour la ville même, au couvert forestier très dense dans les zones à forte dépression des fossés ceinturant la « Vieille Ville ». D’autres venaient du fort morcellement des parcelles du secteur sud, ponctuées d’habitations. Pour la campagne environnante, la surface à couvrir par les méthodes traditionnelles aurait été beaucoup trop lourde pour être mise en œuvre dans le cadre de ce projet de recherche. Aux premières méthodes de prospections microtopographiques directement effectuées sur le terrain et d’examens géophysiques par résistivité électrique et magnétique, il a paru intéressant d’associer un LiDAR (acronyme de Light Detection And Ranging) aéroporté et dédié à l’environnement étendu de Thérouanne. Cette mission a été confiée à l’équipe du laboratoire de Morpho­dynamique Continentale et Côtière (UMR 6143 M2C CNRS – Universités de Caen ­Normandie et de Rouen Normandie) et s’inscrit dans un volet transversal de leur propre recherche. L’objectif de cette approche était de couvrir un large territoire de 100 km² de manière assez rapide, en parfaite complémentarité avec les autres techniques et en palliant leurs limites. Le recours au LiDAR aéroporté a donc tenu compte de l’ensemble de ces paramètres adaptés aux besoins spécifiques de cette recherche. Au lieu de se contenter d’acquérir 9 points de mesures au mètre carré – ce qui est majoritairement le cas – le nombre de point de maillage du laser a été porté sur l’ensemble des terrains couverts à 24 pts/m².

Bien qu’encore en cours d’étude, les clichés LiDAR obtenus parlent d’eux-mêmes : ils font apparaître la structuration de la ville, l’organisation des remparts et les tours disparues tandis que les prospections géophysiques révèlent, dans les zones qui n’ont pas été touchées par des fouilles ou des creusements, le parcellaire, l’emplacement des voies, les îlots urbains et même de probables caves.

François Blary (université libre de Bruxelles, Craham)
et Anne-Marie Flambard Héricher (université de Rouen, Craham)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *