Histoire et archéologie de l’abbaye du Bec au Moyen Âge. Actualité de la recherche

Séance exceptionnelle du séminaire du Centre Michel de Boüard et journée d’études

Abbaye du Bec-Hellouin (Eure), 22 et 23 avril 2016

Resp. : Grégory Combalbert et Véronique Gazeau

Vue générale de l'abbaye du Bec en  1677. Matériaux du Monasticon gallicanum de Dom Germain. BnF Latin 11820

Vue générale de l’abbaye du Bec en 1677. Matériaux du Monasticon gallicanum de Dom Germain. BnF Latin 11820

Dix communications ont fait le point sur les travaux franco-britanniques qui depuis une quinzaine d’années renouvellent considérablement la connaissance de l’histoire du Bec, une abbaye bénédictine fondée en 1034 dans un contexte très différent de celui des fondations monastiques des années 1030-1080 en Normandie, le projet érémitique du fondateur Herluin ayant été infléchi par le prieur Lanfranc et l’abbé Anselme vers une forme cénobitique, avec le soutien constant de réseaux de familles aristocratiques. Les sondages archéologiques effectués par Gilles Deshayes en 2015 ont été présentés, révélant les vestiges de l’abbatiale des XIe-XIIe siècles. Les résultats de ces journées démontrent que l’enjeu constant pour les moines fut de garantir leur autonomie par rapport aux ducs-rois et à l’archevêque de Rouen. Ainsi Henri Ier nourrit avec l’abbé Boson une réelle amitié qui se noue à l’occasion de son élection (1124), au cours de laquelle la communauté s’oppose aux revendications archiépiscopales, familière qu’elle est des canons et des décrétales présents dans la bibliothèque. Si leurs rapports avec les archevêques de Rouen au XIIe et au début du XIIIe siècle sont assez ambigus, les abbés et la communauté du Bec entretiennent, à l’inverse, une proximité certaine avec les évêques et les chapitres cathédraux d’Évreux et de Lisieux. Les abbés du XIIIe siècle, beaucoup moins étudiés par l’historiographie, ont assuré au Bec, sa puissance et son prestige, longtemps après les beaux XIe et XIIe siècles. Ymer de Saint-Ymer (1281-1304), dont l’abbatiat n’est pas mentionné dans la  Chronique du Bec pourtant rédigée au début du XIVe siècle, reconstruit l’église abbatiale détruite par un incendie en 1263 et remet de l’ordre dans les biens anglais de l’abbaye pour assurer de meilleurs revenus. Une enquête sur les sceaux de l’abbaye a démontré l’autorité attachée à la détention de ces objets par l’abbé et le chapitre. Au total, la période postérieure à celle des fondateurs du XIe siècle a fait l’objet d’études très neuves, apportant la preuve que le prestige de l’abbaye ne se dément pas au sein de l’Église tout au long du Moyen Âge.

Programme : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article1052

Comment citer cet article : Craham, « Histoire et archéologie de l’abbaye du Bec au Moyen Âge. Actualité de la recherche », dans Les Échos du Craham, 11/07/2016, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/407, consulté le 28/07/2017, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *