Vers un nouveau quinquennal

Le centre Michel de Boüard-Craham (UMR 6273) rassemble désormais 110 chercheurs, enseignants-chercheurs (historiens, archéologues, latinistes et hellénistes), ITA/BIATSS, doctorants et membres associés autour d’un nouveau programme scientifique pour la période 2017-2021, et décliné en trois thèmes et en deux axes transversaux qui permettront de mieux identifier les spécialités de l’unité :

Thème 1. « Migrations, diasporas, conquêtes, identités de l’Antiquité au début de l’époque moderne » (dir. Christine Delaplace, Pierre Bauduin)

Thème 2. « Culture matérielle, réseaux économiques et sociaux : productions, usages et représentations » (dir. Luc Bourgeois, Cécile Allinne)

Thème 3. « Héritages, imitations et écritures du passé » (dir. Corinne Jouanno, Brigitte Gauvin)

Axe transversal 1. « Érudition et numérique (production de données, exploration de corpus) » (dir. Marie-Agnès Lucas-Avenel, Grégory Combalbert)

Axe transversal 2. « Les mondes normands dans l’Europe médiévale ». (dir. Pierre Bauduin, Véronique Gazeau)

Cette nouvelle structuration de l’unité, adaptée à la réalisation de ses objectifs, est mise en place dans le souci de répondre à l’évolution des problématiques de recherche. La structure en deux équipes (déclinées en axes et sous-axes) disparaît au profit d’une organisation plus souple destinée à renforcer la transversalité des recherches. Elle permettra à chaque chercheur du laboratoire de s’inscrire non plus dans un seul mais dans plusieurs thèmes de recherche ou axes transversaux. Cette transversalité interviendra également dans l’essor des humanités numériques hors des champs qui ont vu leur développement lors du précédent contrat.

Une nouvelle direction se met également en place au 1er janvier 2017 avec un directeur (Christine Delaplace) et deux directeurs-adjoints (Luc Bourgeois, Marie-Agnès Lucas-Avenel).

Tous trois remercient chaleureusement et tiennent à féliciter Pierre Bauduin et Claire Hanusse, soutenus par Cécile Allinne et Catherine Jacquemard, pour tout le travail effectué au service du laboratoire. En 2008-2010, Pierre a restructuré le Craham en établissant un règlement intérieur, en mettant en place un conseil d’unité, puis une direction-adjointe assurée par Claire. Depuis 2008, ils n’ont eu de cesse de fédérer l’ensemble des ressources du laboratoire, de promouvoir les travaux pluridiciplinaires en tenant compte de l’entrée au sein du laboratoire des anciens membres du Cerlam, afin d’établir, en étant à l’écoute de chacun, un programme de recherche en deux équipes, qui s’appuient sur les services spécialisés du laboratoire et dans lesquelles chaque membre a pu mener ses projets personnels et collectifs. En 2016, le Craham a acquis une forte identité dans le paysage des SHS, à la fois au niveau national et international, pour ses études sur les mondes anciens et médiévaux, l’archéologie et les humanités numériques. Il a consolidé ses partenariats avec les institutions régionales ou nationales dans le domaine de l’archéologie (en particulier avec l’Inrap, grâce à la convention qui a été mise en place en 2010 et renouvelée en 2014), il a renforcé les coopérations à l’international et s’est fortement engagé dans un partenariat avec le Pôle « Document numérique » de la MRSH pour développer de nouveaux outils de recherche (que ce soit au sein de la TGIR Huma-NUM ou de l’équipex Biblissima). Il suffit de rappeler l’avis global du HCERES sur l’unité, qui témoigne de la réussite de l’équipe de direction : « unité dynamique et innovante dont la production est remarquable et l’identité scientifique parfaitement reconnue ». Depuis 2015, Pierre Bauduin et Claire Hanusse ont voulu associer au plus tôt la nouvelle équipe de direction dans les prises de décisions, que ce soit pour la préparation du nouveau projet de recherche (2017-2021), celle du budget de l’année qui vient, etc. Qu’ils soient aussi remerciés pour ce travail, qui permettra à la nouvelle équipe de prendre plus facilement ses nouvelles fonctions.

Le Craham dispose d’une expertise reconnue dans plusieurs spécialités. Il est la seule équipe en France à travailler sur les mondes normands médiévaux, avec une forte ouverture à l’international dans ce domaine qui se renforce d’année en année (Royaume-Uni, Italie, Scandinavie, Russie, États-Unis).

Mais ses autres atouts ont déterminé la nouvelle structuration des équipes. Ils concernent l’étude des migrations dans l’Antiquité et le monde post-romain, l’étude des populations du passé, les travaux sur l’écrit et la production documentaire et ­littéraire, la transmission des textes, les humanités numériques, les transferts culturels, les lieux de pouvoir dans leur environnement (social et territorial), l’habitat rural, les productions, les échanges et les usages des objets abordés à partir des sources archéométriques et archéologiques (céramiques, monnaies, installations portuaires et artisanales).

L’ouverture à l’international, qui a été vivifiée ces dernières années par le développement de collaborations avec l’Italie, la Russie, la Scandinavie, la Grande-­Bretagne, sera privilégiée dans la stratégie de ce nouveau projet quinquennal et cela dès 2017. De nouveaux partenariats se sont concrétisés et doivent être pérennisés (avec le Canada en paléoanthropologie et pour les échanges transatlantiques à l’époque moderne ; avec le Japon pour l’étude des lieux et symboliques de pouvoir au Moyen Âge ; projet en cours d’un GDRI « Époque des Migrations et mondes post-romains » ; collaboration avec le musée de Mayence en recherches numismatiques ; cotutelle de thèse avec l’université de Durham pour un contrat doctoral régional en paléoanthropologie-histoire ancienne ; projet Discar dans le cadre de la réponse à un AAP de Bourse Marie Curie, pour faire venir un chercheur Danois). Enfin, deux contrats post-doctoraux ont été récemment obtenus.

Le Centre Michel de Boüard va étendre ses partenariats et ses prestations de service avec les acteurs régionaux et nationaux de l’archéologie (conventions avec le Ministère de la Culture permettant d’associer les services régionaux de l’archéologie de Bretagne et de Normandie réunifiée ; avec le Service archéologique du Calvados ; l’Inrap) et de manière ponctuelle avec des acteurs privés de l’archéologie. Il va favoriser en plus grand nombre leur intégration individuelle en tant que membres permanents ou associés. Le Centre va intensifier ses collaborations avec le pôle « Document numérique » de la MRSH de Caen sur la base d’une complémentarité recherche (assurée au laboratoire)-ingénierie (assurée à l’USR), ce qui nécessite de nouvelles demandes mutualisées en personnel et en financement.

L’unité contribue à la structuration de la recherche. Ses membres participent à des GDR CNRS (« Diplomatique » GDR 3177 ; « Mondes britanniques » GDR 3434) ; GDRI « Zoomathia » agréé depuis 2014, au TGIR Huma-Num au travers des consortiums Cahier, Cosme et Masa, au GDS CNRS 3378 Frantiq, à différents Projets collectifs de recherche ou projets d’actions spécifiques dont 8 PCR portés par les membres de l’unité.

Alors que la restructuration et le programme scientifique dirigés par l’équipe précédente ont permis de pérenniser et de renforcer le laboratoire, l’année 2017 verra la mise en place d’une nouvelle direction et d’un nouveau projet répondant aux choix stratégiques qui ont été validés par nos tutelles : pratiques érudites et numériques, interdisciplinarité, internationalisation accrue, renforcement du lien recherche-­enseignement et amélioration de la communication, meilleure réussite aux appels à projets nationaux et européens.

THÈME 1. MIGRATIONS, CONQUÊTES, DIASPORAS ET IDENTITÉS, DE L

 Christine Delaplace, Marie-Agnès Lucas-Avenel, Luc Bourgeois


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *