Les images au format Jpeg 2000

Désormais, les fichiers d’images délivrés par l’IGN (Institut national de l’information géographique et forestière) sont fournis au format Jpeg 2000. Pour mieux comprendre ce format d’enregistrement numérique d’un certain nombre de nos données, évoquons rapidement ce que contient cette norme, quel est son fonctionnement, quelles sont ses évolutions et surtout quelles conséquences elle peut avoir sur notre travail.

Le format Jpeg standard (baseline)

Autour des années 1980, un comité de spécialistes a travaillé à l’édition des normes de compression pour les images. Au début des années 1990, les experts internationaux ont défini une norme (ISO/CEI 10918-1 UIT-T Recommandation T.81), plus connue sous l’appellation Jpeg (Joint Photographic Expert Group). Cet acronyme a très vite désigné le format d’enregistrement et l’algorithme de décodage pour une représentation numérique compressée d’une image fixe.

Le format Jpeg consiste à réduire de manière significative le volume des images pour produire des fichiers moins volumineux. Plus le niveau de compression appliqué est élevé, plus la décompression affecte la qualité de l’image. Même s’il y a des pertes, elles sont peu visibles dans un premier temps. Ce n’est qu’à la longue et à force d’ouvrir et de fermer le fichier image que la perte de qualité devient notable. Cela peut aller jusqu’au blocage du fichier. L’intérêt du format Jpeg tient au fait qu’il s’agit d’un des meilleurs taux de compression (20:1 à 25:1). Cependant, dans certains domaines où la restitution fidèle de l’image initiale est primordiale, il est préfèrable d’employer des formats d’images non compressés.

Les extensions de nom de fichiers employant la compression Jpeg les plus communes sont «.jpg » et «.jpeg » ; Cependant «.jpe », « .jfif » et «.jif » (File Interchange Format) ont aussi été utilisées. Il est aussi possible pour les données Jpeg d’être embarquées dans d’autres types de fichiers : les fichiers encodés en format Tiff (Tagged Image File Format) contiennent souvent une image miniature Jpeg de l’image principale et les fichiers MP3 peuvent contenir une image Jpeg d’une couverture. L’extension .jpg est apparue dans les années 1990 parce que certains systèmes d’exploitation de cette période (ex : Windows 95, 98, Me) ne permettaient pas d’utiliser d’extension de fichier de plus de 3 caractères.

Le format Jpeg 2000

Il définit deux classes de processus de compression :

  • avec pertes ou compression irréversible : c’est le Jpeg « classique » ou « standard ». Il permet des taux de compression de 3 à 100 ;
  • sans pertes ou compression réversible : c’est le Jpeg 2000 version « optimisé ». Il n’y a pas de pertes d’information et il est donc possible de revenir aux valeurs originales de l’image. Les gains en termes de compression sont alors plus modestes, avec un taux de compression de l’ordre de 2 à 8. Cette partie fait l’objet d’une norme spécifique appelée Jpeg-LS (Lossless Jpeg). Le format Jpeg 2000 version « optimisé » de l’IGN se limite à un mode « near-lossless » dit sans pertes discernables visuellement.

Le Jpeg 2000 (ISO/CEI 15444-1) utilise une transformée en ondelettes (méthode d’analyse mathématique du signal). Les performances du Jpeg 2000 en compression avec et sans perte sont supérieures à celle de la méthode de compression Jpeg ISO/CEI 10918-1. On obtient une image plus lisse et des fichiers d’un poids inférieur pour une qualité d’image égale. De plus, les contours nets et contrastés sont mieux rendus. Le Jpeg 2000 apporte une multitude de nouvelles caractéristiques telles la résistance aux erreurs de transmission, le codage sans pertes, la polyvalence de l’organisation des données, ainsi que les diverses extensions visant une application (interactivité, sécurité, sans fil, etc.) qui font l’intérêt de cette norme.

En conclusion, pour utiliser et conserver vos images numériques le plus longtemps possible, il est aujourd’hui conseillé de privilégier un format brut (raw, en anglais) c’est-à-dire qui ne suit pas de traitement. Les principales extensions des fabricants correspondant à ce format sont : .3fr (Hasselblad), .arw (Sony), .crw, .cr2 (Canon), .dng (Adobe), .kdc (Kodak), .mrw (Minolta), .nef, .nrw (Nikon), .orf (Olympus), .ptx, .pef (Pentax), .raf (Fuji), .x3f (Sigma), .rw2 (Panasonic).

Ayez toujours en ligne de mire le souci de l’archivage, de l’interopérabilité, de la normalisation et de la pérennisation de vos données.

Éric Broine, Craham

Comment citer cet article : Craham, « Les images au format Jpeg 2000 », dans Les Échos du Craham, 23/12/2016, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/175, consulté le 25/02/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *