Stanislas Kuttner-Homs, L’héritage de la littérature antique autoréférentielle dans l’œuvre de Nicétas Chôniatès

Thèse soutenue sous la direction de Corinne Jouanno (Craham), le 6 décembre 2016

L’historien et orateur de cour Nicétas Chôniatès (c. 1155-c. 1217) est un des plus grands auteurs de langue grecque. Polymathe, érudit, il a laissé une œuvre variée, en prose et en vers, dont tous les lecteurs ont éprouvé le grand style, véritable rencontre entre Mallarmé et Huysmans, dont Proust aurait été l’entremetteur.

Le corpus nicétéen est composé de discours, de lettres, d’ épigrammes, d’un poème en vers byzantin, d’un opuscule de descriptions des statues antiques de Constantinople, de deux œuvres monumentales, la Panoplie dogmatique et l’Histoire, qui demeure le chef-d’œuvre de Nicétas. Témoin des événements terribles qui agitèrent l’Empire sous la dynastie des Anges et la source grecque unique rapportant la chute de la capitale impériale, on comprend que son œuvre ait principalement attiré l’attention des historiens et n’ait pas fait l’objet d’un commentaire littéraire global.

Mes recherches avaient pour but de répondre à ce manque de la philologie et de l’Histoire, à travers un double objectif : cerner la poétique et l’esthétique de Nicétas et, plus largement, celles de la littérature byzantine du XIIe s. En étudiant la littérature byzantine pour elle-même, il s’agit de comprendre plus finement des textes dont le but avoué n’est jamais le but poursuivi, de s’insérer dans un projet plus global de compréhension de l’homme byzantin et enfin de faire apprécier la beauté et la grandeur de la littérature grecque médiévale, dans une perspective future de vulgarisation de celle-ci.

L’ autoréférence, définie comme la capacité d’un système à faire référence à lui-même, a paru un objet d’étude propice à répondre à ce double objectif en permettant de comprendre les ouvrages de Nicétas à partir des catégories esthétiques qui sont les siennes et de ne pas appliquer à ces textes si originaux des critères de lecture modernes.

Cette démarche nécessite de se fier à l’élément qu’aucun texte ancien ne semble avoir négligé : la structure. J’ai eu recours aux « Formes » de M. Steinrück (Université de Fribourg, Suisse), rebaptisées du nom d’« architectures textuelles », afin d’en manifester le caractère structurel, contraignant, mais aussi profondément esthétique.

La première partie du mémoire de thèse s’est efforcée de mettre en évidence, dans la littérature grecque et latine, depuis l’époque archaïque jusqu’au XIIe s., d’abord, la coexistence de deux architectures textuelles de base, l’architecture sérielle (schéma ABCD-etc.) et l’architecture circulaire (schéma ABCBA) ; ensuite, l’existence de deux types d’autoréférences, l’autoréférence latente et l’autoréférence patente ; enfin, de deux traditions poétiques adverses, la tradition homérique et la tradition hésiodique.

Les conclusions tirées appuient, en seconde partie, une herméneutique active de l’œuvre de Nicétas Chôniatès. L’auteur Nicétas semble définir son rôle d’écrivain et d’orateur à travers celui de l’historien et fonder son autorité sur la dignité prophétique. Parler de soi à la première personne dans un récit grec médiéval ne semble être possible qu’à condition d’un médium placé entre soi et le monde.

Ensuite, dans le corpus nicétéen, l’autocitation apparaît comme une stratégie narrative, qui permet de raconter une histoire à l’échelle du corpus tout entier, et de souligner l’absence de hasard dans le monde comme dans les textes. L’autocitation est ainsi l’apanage de celui qui a su lire, de manière rétrospective, les desseins de Dieu.

Enfin, l’étude de l’art de Nicétas a conduit à trois conclusions. Tout logos est autonome, car parcelle divine, et l’autoréférence est la garantie d’un texte qui soit Dieu. Dans son œuvre, Nicétas essaye de combiner deux architectures textuelles pour revenir à l’autoréférence patente de la tradition homérique. Enfin l’Histoire, son chef-d’œuvre, obéit à une architecture circulaire, à la fois pour manifester la tragédie qui frappe l’Empire, et, dans le même temps, assurer la possibilité d’un temps nouveau, celui de la punition des Latins et du retour des Byzantins dans leur ancien état.

Au terme de cette étude antique et byzantine, j’ai souligné que les littératures anciennes sont autoréférentielles et que la métapoétique en est une donnée essentielle. Elle couvre de larges pans de ce qui fait la littérature et le beau, notamment par le truchement de l’architecture textuelle. D’autre part, cette étude m’a amené à constater que les architectures des textes sont messages. Elles ne semblent pas un support ni une mise en forme de l’information mais bien un message en soi. Elles permettraient au public ancien de comprendre le but réellement visé par l’auteur.

Nicétas Chôniatès, portrait - Vind.Hist. Gr. 53, f. 1v. (xiiie s.)

Nicétas Chôniatès, portrait – Vind.Hist. Gr. 53, f. 1v. (XIIIe s.)

L’œuvre de Nicétas nécessite un travail plus spécifique d’édition, de traduction et de commentaire. L’étude du De signis entreprise avec A. Le Coz, et précédée de la première traduction française de ce texte, en constitue, nous l’espérons, le prélude.

Plus généralement, la métapoétique permet d’ouvrir largement les perspectives d’étude de la littérature byzantine. D’abord, du côté de la métrique et du rythme de prose byzantins : au sein du groupe ‘Damon’, j’ai pu mettre à l’épreuve, dans la prose et la poésie du xiie s. l’exploitation des deux architectures textuelles anciennes dans des séquences métriques et rythmiques. Ensuite, du côté de l’Histoire de l’art : au sein du projet Pictor in Fabula, coordonné par É. Hénin (Université de Champagne), je me suis essayé à montrer que la connaissance des principes esthétiques hérités de Callimaque, Longin et Hermogène le Rhéteur permettait de reconnaître le caractère fictionnel d’éléments biographiques que Jean Tzetzès (XIIe s.) est le seul à donner sur Phidias. Également du côté de la narratologie : au sein du projet Narrative in Byzantium, coordonné par I. Nilsson (Université d’Uppsala, Suède), j’ai essayé de découvrir la manière dont Nicétas conçoit la narration. Enfin, du côté de la métapoétique : j’ai intégré récemment le projet de constitution d’un Dictionnaire des Images métapoétiques anciennes, coordonné par F. Klein (Université Lille 3), J.-P. Guez (Université de Poitiers) et É. Prioux (CNRS), qui me permet d’exploiter les ressources de mon travail de recherches doctorales en me concentrant sur certains thèmes métapoétiques récurrents dans les textes, depuis Homère jusqu’à la Chute de Constantinople.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *