Zoom sur un chercheur du Craham : Alban Gautier

Alban Gautier

Alban Gautier

Alban Gautier est né en 1975 dans la région lyonnaise. Après un baccalauréat scientifique, il s’est dirigé vers des études littéraires, travaillant à la fois l’anglais et l’histoire au lycée du Parc à Lyon, à l’École normale supérieure et à l’université Paris IV. Depuis qu’il a passé l’agrégation d’histoire en 1997, il a toujours enseigné dans des formations post-bac : à l’École de maistrance à Brest ; à l’université du Kent à Cantorbéry ; à l’université Lille 3 pendant ses années de doctorat ; et, entre 2004 et 2017, à l’université du Littoral Côte d’Opale à Boulogne-sur-Mer, où il est devenu maître de conférences en 2006. Cette expérience lui a permis d’écrire, en collaboration avec Gabriel Galvez-Behar, un manuel pédagogique de conseils aux étudiants, intitulé Réussir sa licence d’histoire : ce livre, publié en 2005, a fait l’objet en 2015 d’une nouvelle édition entièrement mise à jour.

Au cours de ses années de formation, il a pu s’initier au latin, au vieil anglais et (de façon moins approfondie) à quelques autres langues anciennes du Nord comme le norrois, ainsi qu’à la littérature de ces espaces, à l’historiographie et aux sciences sociales. C’est tout naturellement que, mettant à profit ce premier bagage linguistique et littéraire, il a préparé un DEA puis un doctorat d’histoire médiévale à l’université Lille 3, sous la direction de Stéphane Lebecq. Sa thèse, qui portait sur le festin dans l’Angleterre du haut Moyen Âge, s’inscrivait dans le champ alors encore émergent de l’histoire de l’alimentation : un livre tiré de ce travail a été publié en 2006. La compréhension de la place des boissons et des nourritures dans la vie des sociétés, de leur production et des modalités de leur consommation, constitue de fait cet objet d’étude en « fait social total », qui fournit un point d’observation privilégié sur une société dans sa globalité : les champs religieux, culturel (au sens le plus large du terme), économique, politique, social, peuvent en effet être abordés à partir et autour de l’alimentation, qui amène par ailleurs l’historien à faire appel à des sources extrêmement variées, qui vont de l’archéologie aux sources narratives en passant par les documents comptables et l’iconographie. Dans le cas de l’Angleterre anglo-saxonne, les sources sont assez peu nombreuses, mais elles sont dominées par un texte à la fois magnifique et problématique, le long poème héroïque connu sous le titre Beowulf. Fonder un propos historique sur un texte hautement littéraire, et même poétique, pose un certain nombre de questions et de difficultés qui rendent l’usage de ce type de source à la fois passionnant et stimulant.

Après sa thèse, Alban Gautier a continué à s’intéresser au fait alimentaire sous divers aspects, des plus matériels à l’histoire des représentations, publiant plusieurs articles sur ce thème, ainsi qu’un manuel intitulé Alimentations médiévales, paru en 2009. Depuis une douzaine d’années, il contribue au répertoire de l’internet du réseau Ménestrel, où il gère la page « Alimentation » : il s’agit d’un répertoire critique des sites internet et des publications (papier et électroniques) concernant l’alimentation médiévale, qui inclut de brèves descriptions critiques des différents items, mais aussi, pour certains ouvrages, des recensions complètes. Il espère, dans les années à venir, développer dans le cadre du Craham des recherches sur les rapports entre identité et alimentation, à la fois en Normandie, en Angleterre, et dans l’ensemble de l’Europe du Nord-Ouest à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge.

L’intérêt pour les textes littéraires et pour les récits héroïques a aussi amené Alban Gautier à se pencher sur la question vaste, complexe et – en pratique – sans conclusion possible, de l’historicité du roi Arthur : il a publié en 2007 une enquête sur ce sujet, destinée à un public plus large que les seuls historiens et autres spécialistes du Moyen Âge. Cette question intéresse et passionne en effet un public de plus en plus nombreux, dans un contexte où la « matière » arthurienne, sous l’influence d’une culture de masse d’inspiration anglo-américaine, s’impose peu à peu comme une référence culturelle partagée dans l’ensemble des pays occidentaux. Or le problème de l’historicité du roi Arthur – en d’autres termes : « Arthur a-t-il existé ? » – est typiquement un sujet à la fois insoluble (en raison de la nature même des sources, ni l’existence ni l’inexistence du personnage ne peuvent être démontrées) et inévitable (car c’est le public lui-même qui est demandeur, et la question en elle-même n’est pas sans intérêt). L’essentiel est donc, dans ce cas précis, d’expliquer en termes clairs, compréhensibles par tous, mais sans rien sacrifier de la scientificité et de l’exactitude du propos, pour quelles raisons une telle question reste (et, probablement, restera) insoluble.

L’étude de l’Angleterre ouvre sur celle des îles Britanniques en général, puis de toute l’Europe du Nord, de la France septentrionale aux pays riverains de la mer Baltique. C’est à l’ensemble de ces espaces que, progressivement, les travaux d’Alban Gautier se sont peu à peu étendus, toujours pour la période du haut Moyen Âge, entre la fin de l’époque romaine et le début du XIIe siècle. Recruté en 2013 comme membre junior de l’Institut universitaire de France, il y a développé un programme de recherches intitulé « Diversités et convergences culturelles et religieuses dans le Nord de l’Europe au haut Moyen Âge ». Ce programme se décline en trois points principaux.

Il s’agit d’abord d’un travail d’habilitation à diriger les recherches, soutenu en 2016, et dont le mémoire inédit a été publié en 2017 sous le titre Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge. Il s’agissait surtout d’inventorier, d’analyser, de rapprocher, de comparer et de mettre en perspective les rares figures de païens qui, dans les textes émanant d’auteurs chrétiens (principalement dans les sources narratives, et surtout dans le cas de grandes figures du passé), s’écartent de la norme discursive qui veut que les païens soient toujours décrits de manière péjorative et présentés comme des êtres stupides, barbares et brutaux. Les logiques qui président à ces écarts sont assez variées, mais elles débouchent sur des discours qui, à rebours des habitudes, valorisent des figures individuelles de païens, au point d’affirmer que certains d’entre eux (comme l’empereur romain Trajan ou le roi irlandais Conchobar) ont accédé au salut sans s’être véritablement convertis au christianisme. Mais bien souvent (c’est le cas, de manière éclatante, dans le Beowulf), c’est plutôt un art de l’ambiguïté qui préside au propos : l’auteur parvient à éviter tout engagement unilatéral et à présenter le personnage qu’il valorise sous un jour suffisamment ambivalent pour sous-entendre l’existence de ses vertus et la possibilité de son salut, sans avoir à les affirmer.

Dans le sillage de sa traduction commentée de l’Histoire du roi Alfred, de l’évêque Asser (écrite dans les années 890), un texte qui contient lui-même d’importants passages traduits en latin depuis le vieil anglais, Alban Gautier s’est intéressé aux transferts culturels et linguistiques dans l’espace de l’Europe du Nord, en particulier aux phénomènes de multilinguisme. Le deuxième aspect du programme mené dans le cadre de l’IUF porte ainsi sur l’usage des langues vernaculaires dans le haut Moyen Âge, et sur leur rapport avec le latin. Avec Helen Gittos, médiéviste de l’université d’Oxford, il organisera en juin 2018 à Cantorbéry un colloque international sur l’écrit vernaculaire dans le long IXe siècle.

Enfin, il s’est intéressé au domaine, actuellement en pleine expansion, du médiévalisme, c’est-à-dire de l’étude de la réception moderne du Moyen Âge (mais aussi, dans une certaine mesure, de l’Antiquité classique médiatisée par le Moyen Âge), depuis le discours scientifique le plus pointu jusqu’aux productions de la culture de masse, en passant par des productions artistiques plus « légitimes ». Le séminaire doctoral « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux », qu’il a animé entre 2015 et 2017 en collaboration avec des collègues de Lille 3 et de l’université Libre de Bruxelles, s’est penché sur les rapports extrêmement variés des cultures contemporaines avec l’Europe du Nord médiévale : de l’œuvre Wagner à celle de Tolkien, en passant par le cinéma, le jeu vidéo ou les usages politiques, les Nords médiévaux imprègnent tout une production culturelle dont le succès va croissant. Le regard d’historiens, mais aussi de praticiens de nombreuses autres disciplines, permet d’étudier ces représentations de manière critique, en les replaçant dans le temps long. On constate ainsi que la géographie imaginée d’une série télévisée à succès comme Game of Thrones s’inscrit (en la réinventant et en opérant des déplacements tout à fait signifiants) dans une longue tradition de discours sur le Nord, qui remonte au moins à l’époque romaine. La perception du premier Moyen Âge (surtout dans le Nord) comme Âges obscurs ou Dark Ages est, tout autant que sa dénonciation, une constante de l’historiographie, de la production artistique et de la culture de masse : elle mérite d’être étudiée et élucidée plus avant.

Alban Gautier est membre du comité de rédaction de la revue Médiévales, en charge de l’édition électronique de la revue. Il contribue aussi aux comités éditoriaux des Presses universitaires du Septentrion et des Publications du Craham. Parmi ses projets à venir, on mentionnera la traduction en français, avec introduction et notes, de la Chronique anglo-saxonne : ce vaste ensemble annalistique en vieil anglais, dont la première rédaction remonte au IXe siècle, est connu par une demi-douzaine de version parallèles, dont l’édition se prête tout à fait un projet de publication en ligne. Un beau chantier pour les années à venir…

Bibliographie

  • Gabriel Galvez-Behar et Alban Gautier, Réussir sa licence d’histoire. De la première à la troisième année, Paris, Studyrama (coll. « Principes »), 2005 ; nouvelle éd. révisée, 2015.
  • Alban Gautier, Le festin dans l’Angleterre anglo-saxonne (Ve-XIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.
  • Alban Gautier, Arthur, Paris, Ellipses, 2007, rééd. poche, 2013.
  • Alban Gautier, Alimentations médiévales, Ve-XVIe siècle, Paris, Ellipses, 2009.
  • Alban Gautier et Céline Martin (dir.), Échanges, communications et réseaux dans le haut Moyen Âge. Études et textes offerts à Stéphane Lebecq, Turnhout, Brepols (coll. « Haut Moyen Âge », n˚ 14), 2011.
  • Asser : Histoire du roi Alfred. Présentation et traduction d’Alban Gautier d’après l’édition de William Henry Stevenson (1904), Paris, Les Belles Lettres (coll. « Les Classiques de l’Histoire au Moyen Âge », n˚ 52), 2013.
  • Alban Gautier, Beowulf au paradis. Figures de bons païens dans l’Europe du Nord au haut Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017.
  • Alban Gautier, Marc Rolland et Michelle Szkilnik (dir.), Arthur, la mer et la guerre, Paris, Classiques Garnier (coll. « Rencontres-Civilisation médiévale », n˚ 26), 2017.

Webographie

 

Comment citer cet article : Craham, « Zoom sur un chercheur du Craham : Alban Gautier », dans Les Échos du Craham, 30/11/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/1456, consulté le 25/02/2018, ISSN : 2552-3139.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/12/2017

    […] est également ponctuée de l’arrivée de nouveaux chercheurs. En septembre 2017, nous a rejoint Alban Gauthier, élu professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université de Caen Normandie. Grand […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *