Étude historique et archéologique sur l’implantation et l’organisation spatiale de l’abbaye de Sainte-Barbe-en-Auge

La municipalité de Mézidon-Canon (Calvados) a financé en 2017 un programme de recherche sur l’abbaye augustinienne de Sainte-Barbe-en-Auge, en vue de valoriser ce site d’autant plus méconnu qu’il ne subsiste aujourd’hui que de rares vestiges du secteur claustral. Elle a fait appel à des chercheurs du Craham qui ont saisi cette opportunité d’étudier une abbaye au statut particulier dans l’histoire ecclésiastique normande et plus spécifiquement dans le mouvement canonial. Elle est à la base du mouvement canonial dans la province de Rouen.

Afin d’identifier les spécificités architecturales de l’abbaye – potentiellement liées au statut de la fondation –, une équipe pluridisciplinaire a été constituée, composée d’historiens (Christophe Maneuvrier, Adrien Dubois – Craham), d’archéologues (Jean-Baptiste Vincent – Craham, Pierre Rohée) avec l’aide de Jean-Jacques Darthenay et d’un géophysicien (Guillaume Hulin – Inrap). Les réalités du terrain (abbaye entièrement détruite, ensemble claustral non localisé à l’intérieur de l’enclos de 16 ha) ont en effet nécessité de mettre en œuvre une approche globale du site, attentive à l’intégralité des sources disponibles (microtopographie, hydraulique, architecture, sources textuelles et iconographiques…), dans une démarche régressive – étude de la documentation de l’époque moderne pour identifier les aspects médiévaux de l’abbaye – visant à révéler les différents états architecturaux de l’abbaye. Nous cherchons également à préciser l’emplacement présumé de l’ensemble claustral et les différents secteurs composant l’intérieur de l’enclos monastique. Cette année, nous avons ainsi organisé nos recherches en deux étapes.

Une étude d’archives a tenté de cerner les fonds disponibles (Archives départementales du Calvados, BnF…), tout en apportant une lecture détaillée et critique de la documentation relative à l’état architectural de l’abbaye durant l’époque moderne. Elle a mis en évidence une absence d’informations sur le contexte de production d’une documentation iconographique et cartographique (fig. 1) trop souvent reproduite sans critique (il existe plusieurs vues cavalières dont les degrés de fiabilité n’ont jamais été évalués). Les sources textuelles de l’époque moderne permettent cependant de documenter une reconstruction quasi intégrale de l’ensemble au cours du XVIIIe siècle : seule l’abbatiale paraît avoir été épargnée par cette reconfiguration. L’interprétation de la documentation doit donc s’effectuer avec beaucoup de prudence, mais autorise à préciser l’emplacement du carré claustral avant le XVIIIe siècle, de la porterie, des jardins… Quelques informations métriques pourront également être confrontées aux données de terrain.

Figure 1 : Un « plan des terres de Sainte-Barbe » de 1753 schématise la configuration des bâtiments abbatiaux après la destruction du cloître (Arch. dép. Calvados, 1 Fi 237)

Figure 2 : Relevé topographique de l’abbaye de Sainte-Barbe-en-Auge

Un relevé microtopographique, réalisé par Pierre Rohée (étudiant de l’université de Caen) avec l’aide de 6 bénévoles, a permis de modéliser l’enclos monastique avec un ratio de 15 000 mesures pour 16 ha. À partir du modèle numérique de terrain, il est possible d’identifier tous les aménagements nécessaires pour l’installation des bâtiments conventuels (fig. 2), d’interpréter les aménagements modernes identifiés lors des études d’archives, d’obtenir la morphologie de certains édifices tels que l’abbatiale. De plus, l’étude a permis de découvrir un réseau hydraulique qui s’étend sur une centaine de mètres avec des ramifications importantes à partir d’un collecteur principal. Enfin, le bâti moderne existant a été également étudié, nous permettant de mieux saisir les différents réaménagements durant cette époque et surtout de mettre au jour de nombreux réemplois d’éléments architecturaux de l’abbaye du XIIe siècle (fig. 3).

Figure 3 : Réemploi d’un élément de corniche du XIIe siècle dans la cave d’un bâtiment moderne

Ces résultats encouragent à poursuivre le programme de recherche en 2018, en approfondissant l’étude des sources d’archives et par la réalisation d’une prospection radar sur le carré claustral qui est aujourd’hui parfaitement localisé.

 


Jean-Baptiste Vincent
Jean-Baptiste Vincent est responsable scientifique de l’étude historique et archéologique de l’abbaye de Sainte-Barbe-en-Auge, Docteur en Histoire et Archéologie médiévale, Post-doctorant Normandie Université, Membre associé du CRAHAM – UMR 6273.

 

 

Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article449
Bibliographie : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article624
Academia : https://independent.academia.edu/JeanBaptisteVincent


Comment citer cet article : Jean-Baptiste Vincent, « Étude historique et archéologique sur l’implantation et l’organisation spatiale de l’abbaye de Sainte-Barbe-en-Auge », dans Les Échos du Craham, 07/11/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/1413, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *