Une nouvelle étude archéologique et architecturale d’un complexe castral médiéval : le site de Maulévrier-Sainte-Gertrude (76)

Situé au cœur du village de Maulévrier-Sainte-Gertrude, en rebord de plateau du pays de Caux, le site castral de la Butte au Diable accueillait pour la première fois cet été une équipe d’étudiants et de bénévoles en archéologie. Le site fait l’objet depuis 2016 d’une recherche pluriannuelle dirigée par Aude Painchault, axée sur l’étude des maçonneries, la fouille archéologique de certains ensembles caractéristiques et l’aménagement du territoire autour et en lien avec le site. Au cours de cette première campagne d’étude financée par le ministère de la Culture et de la Communication, plusieurs méthodes étaient à l’œuvre, étude de bâti et prospection électrique du sous-sol en collaboration avec Jérôme Spiesser, pour compléter et affiner les données déjà existantes sur le site.

Les comtes de Savoie bénéficient de la vicomté de Maulévrier durant tout le XIVe siècle en récompense de leur fidélité au roi de France. Au cours de cette période, apparaissent les premières mentions directes du château et non plus seulement de la vicomté ou du domaine. Elles concernent principalement des reconstructions qui pourraient s’inscrire parmi les conséquences de la guerre de Cent Ans. Progressivement et officieusement, la vicomté est appelée comté du fait du titre de ses détenteurs, comtes de Savoie. Le domaine conserve cette appellation lorsque le roi de France en donne le bénéfice à la famille de Brézé, dont héritent les de la Marck. Mais il faut attendre une lettre patente de 1671 pour que le domaine prenne officiellement le titre de comté au bénéfice des Dufay du Taillis. Si les textes ne sont pas prolixes sur la période antérieure au XIVe siècle, la présence des comtes d’Évreux aux XIe-XIIsiècles aux abords du site, l’appartenance de la seigneurie de Maulévrier au domaine de Gravenchon au XIIIsiècle et certains éléments architecturaux tendent à lui donner une origine plus ancienne.

Le complexe castral se compose d’une enceinte principale fossoyée avec basse cour attenante, situées en bordure sud du village, sur une propriété privée proche de l’église Saint-Léonard. Un troisième enclos plus réduit se développe à l’est de la basse cour et fera l’objet d’une attention particulière ces prochaines années pour en déterminer la fonction. Les données Lidar, qui sont un ensemble de mesures réalisées sur le terrain par le passage au-dessus des zones forestières d’un drone radar matérialisant sous forme de plan les reliefs et micro reliefs, permettent de compléter ce tableau en révélant la présence d’une longue levée de terre bordant l’ouest du site. La motte de la Corne, située en dehors du village, à 1,5 km vers le nord-est, semble également s’inscrire dans l’organisation fortifiée de l’espace et pourrait avoir servi à la surveillance du passage, en particulier pour percevoir un droit de péage.

Les vestiges maçonnés de l’enceinte principale comportent une courtine périphérique qui s’élève encore de quelques mètres, sur sa partie nord, de part et d’autre d’une entrée monumentale composée de deux tours semi-circulaires. Un donjon quadrangulaire de 18 m de côté et haut d’une quinzaine de mètres occupe l’est de l’enceinte. Il s’apparente aux donjons romans tels qu’on peut les observer à Pont-Audemer, Brionne ou encore Falaise. À l’ouest, l’extérieur du mur de courtine apparaît brièvement entre deux contreforts imposants. Le sud de l’enceinte présente également des éléments de maçonnerie : le gouttereau et le pignon résiduels d’un bâtiment s’appuient contre le mur de courtine sud, tandis qu’un mur rectiligne en bord de fossé et légèrement désaxé par rapport à la courtine s’inscrit dans un aménagement vraisemblablement plus vaste : poterne ? tour de flanquement ?

Dans la basse cour, les vestiges de l’enceinte maçonnée et de la porte d’entrée apparaissent dans les murs des maisons actuelles. La prospection électrique qui s’est concentrée sur cet espace a montré l’existence de vestiges en sous-sol, s’appuyant par endroits contre le mur d’enceinte ou situés à l’intérieur de la basse cour, dans l’axe de l’entrée. Le mur d’enceinte, dont on devine une grande partie de l’arase, se prolonge dans les fossés pour se rattacher à la courtine de l’enceinte principale.

L’étude de bâti de l’enceinte principale s’est concentrée sur la partie ouest qui présentait moins de risques d’effondrement. La tour d’entrée ouest, partiellement dégagée, est constituée d’assises de silex alternant régulièrement avec une ligne de calcaire. Les pierres de parement encore en place sont rares sur la partie qui n’a pas été ensevelie, mais cette alternance se retrouve dans l’assemblage régulier du blocage. Le nettoyage de l’angle ouest de la tour a fait apparaître les éléments d’un système d’évacuation interne au mur, composés notamment d’un glacis en pierres de taille calcaire. Sur la courtine (fig. 1), des ouvertures ont été observées. La première, à ébrasement, est constituée d’un parement de moellons de silex, elle donne vers le nord du fossé mais semble aller de pair avec un aménagement de l’accès à la tour d’entrée. La seconde, plus à l’ouest, est constituée d’un parement en calcaire taillé. Elle fait face au mur traversant le fossé pour rejoindre l’enceinte de la basse cour.

Fig. 1 Rempart nord de l’enceinte principale

Ces premiers éléments forment un ensemble assez cohérent qui se distingue des autres vestiges présents à l’ouest et au sud de l’enceinte. En effet, les contreforts (fig. 2) et le bâtiment collé contre la courtine sud ont une constitution architecturale similaire faite de gros blocs calcaires mal équarris et mal disposés. Leur assemblage ne tient pas compte des axes de poussée et points de pression inhérents aux constructions, mais semble juste remplir une fonction décorative. Le mortier utilisé pour lier ces murs est différent de celui qui constitue les murs des courtines et de la tour d’entrée et le recouvre à certains endroits. Ces différents éléments vont dans le sens de la construction de ruines romantiques dans certaines parties du site.

Fig. 2 Contreforts ouest de l’enceinte principale

Les différents résultats obtenus durant cette première campagne ont rempli les objectifs attendus et permettent de proposer un projet de recherche pour les années à venir s’appuyant sur la fouille de certaines parties du château. Il s’agira pour l’année prochaine de sonder localement la basse cour et l’intérieur de la cour principale afin de préciser la chronologie du site, ainsi que la fonction et l’aménagement des structures dégagées.

 


Aude Painchault , Responsable scientifique du chantier de Maulévrier, Docteur en histoire et archéologie, Membre associée du Craham, UMR 6273 (Université de Caen Normandie/CNRS.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article1080

 

Comment citer cet article : Aude Painchault, « Une nouvelle étude archéologique et architecturale d’un complexe castral médiéval : le site de Maulévrier-Sainte-Gertrude (76) », dans Les Échos du Craham, 31/10/2017, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1405, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *