Fouille des tuileries de Barbery 2017

La fouille annoncée l’année dernière (http://craham.hypotheses.org/82) a été menée à Barbery du 21 août au 26 septembre 2017 sous la direction de Jean-Baptiste Vincent (Normandie Université, Craham) et d’Anne Bocquet-Liénard (CNRS, Craham) grâce au soutien du ministère de la Culture, du département du Calvados et de la région Normandie. Malgré une météo facétieuse, Adrien Dubois, Alban Gottfrois, Camille Joly, Alicia Lafosse, Mathilde Leclerc, Jérôme Le Mitouard, Yohan Manthey, Caroline Renaux, Pierre Rohée, Leïla Tickner et Julie Villaeys sont venus, avec une indéfectible bonne humeur, participer à l’étude des tuileries médiévales et modernes initiée en 2015.

Les prospections magnétiques de 2016 avaient mis en évidence de nombreuses anomalies interprétables comme des fours : deux d’entre elles, très proches l’une de l’autre, présentaient des dimensions différentes qui pouvaient être liées aux dimensions des fours ou à leur enfouissement relatif. Un espace de 300 m2 comprenant ces deux anomalies a donc été ouvert à la pelle mécanique, sous la surveillance de l’équipe, à laquelle Paola Calderoni (Inrap, Craham) a bien voulu apporter son soutien précieux lors de cette étape d’autant plus délicate que les vestiges se situaient à une trentaine de centimètres sous la terre végétale.

Les deux fours mis au jour se distinguent à de nombreux titres. Tout d’abord, ils présentent des dimensions différentes (7 m x 2,50 m pour l’un ; 4,10 x 1,80 m pour l’autre). Ils se distinguent également par leur plan. Si les deux couloirs de chauffe, séparés par un muret central, forment dans les deux cas un rectangle, l’alandier – foyer – du grand four est ogival, tandis que celui du petit est semi-circulaire (fig. 1).

Fig. 1 – Photographie par drone des fours en cours de fouille (Arnaud Poirier, Arpanum).

Leur état de conservation, lié à leur mode de construction, est également très différent. Le petit four, construit directement sur le sol naturel, n’est conservé que sur une dizaine de centimètres, tandis que le grand, installé dans une grande fosse réalisée à cet effet, présente encore 1,20 m d’élévation. L’architecture et le comblement des deux fours ont fait l’objet de plusieurs prélèvements, destinés notamment à une étude typologique de la production. Au terme de la fouille, Philippe Lanos et Philippe Dufresne (CNRS, Iramat-CRPS2A), secondés par Marie-Paule Bataillé (Université de Caen Normandie, Craham-Geophen), ont également effectué des prélèvements dont l’étude devrait permettre de proposer une datation de la dernière cuisson des deux fours par archéomagnétisme, selon un principe et des méthodes qu’ils ont au préalable expliqués à l’ensemble de l’équipe (fig. 2). Ces résultats devront être confrontés à des datations au radiocarbone ; le mobilier archéologique datant récolté s’avère quant à lui fort maigre.

Fig. 2 – Prélèvements archéomagnétiques sur le grand four pendant la fouille.

Le grand four se prête, du fait de son état de conservation, à de nombreuses observations. Au sommet du muret central haut d’environ 80 cm, des briques légèrement inclinées, posées à intervalles réguliers, constituaient le départ d’arcs dont l’autre extrémité venait reposer dans des empochements situés dans les murs latéraux du four (fig. 3). Ces arcs étaient composés de briques parallélépipédiques retrouvées dans le comblement du four. Ils étaient destinés à soutenir le chargement des tuiles à cuire. Les élévations ne sont cependant pas suffisamment conservées pour que l’on puisse déterminer l’emplacement de l’enfournement et du défournement. En revanche, on y observe les traces de différentes réfections, liées à la dégradation de la paroi à la suite des cuissons répétées. L’installation de ce four dans une excavation et sur un sol argileux a rendu nécessaire la construction d’un système de drainage, observé sur plusieurs mètres grâce à une tranchée réalisée à la pelle mécanique en direction du ruisseau situé en contrebas.

Fig. 3 – Les empochements où s’inséraient les départs d’arcs du grand four.

Cette tranchée a également permis de documenter plusieurs systèmes de fosses et fossés, sans doute liés à l’extraction ou au travail de l’argile. Cependant, la densité d’établissements mise en évidence dans cet espace par la prospection magnétique n’autorise pas pour l’instant à rattacher ces structures à une unité de production précise.

En vue de mieux cerner l’organisation de ces établissements, de repérer en particulier les halles de séchage, habitations, dépotoirs et chemins liés à la production et que la fouille n’a pas permis de révéler, une prospection électrique a été réalisée pendant l’opération. Guillaume Hulin (Inrap, METIS), qui est venu présenter le principe et le fonctionnement de l’appareil, proposera également une interprétation des résultats.

D’autres analyses ont été menées en 2017. Mathilde Perrin a effectué son stage de DUT mesures physiques d’avril à mai au sein du Craham et du LETG-Caen Geophen sur les carottes réalisées en 2016 (observations macroscopiques, analyses granulométriques et analyses chimiques) ; Marc-Antoine Thierry procède actuellement aux analyses pétrographiques avec la collaboration de Xavier Savary (département du Calvados). L’ensemble des résultats met déjà en évidence l’utilisation d’un seul type de matériau argileux, présent aujourd’hui encore à la Queue de l’étang, là où les sources écrites mentionnaient l’exploitation de l’argile au XVIe siècle. Enfin, une étude d’archives (A. Dubois) a permis de saisir les conditions économiques de la production (le façonnage, la cuisson, la livraison, les coûts de production et de vente), la généalogie des tuiliers et la géographie seigneuriale.

Avec l’aide du service communication du Craham, de la mairie de Barbery et des propriétaires du terrain, toutes les informations recueillies ont pu être présentées à un public varié. Le chantier a notamment été visité, pendant les Journées du patrimoine (samedi 16 et dimanche 17 septembre), par environ 250 personnes. Des écoliers de Barbery et de Saint-Germain-le-Vasson sont également venus, encadrés par leurs enseignants, découvrir le chantier, le métier d’archéologue… et peut-être leur vocation !

Par ailleurs, ce projet pluridisciplinaire a offert l’occasion au service d’archéométrie-céramologie de présenter les différentes approches mises en place lors de la fête de la science le 7 octobre.

Coordination

J.-B. Vincent, Craham

A. Bocquet-Liénard, Craham

A. Dubois, Craham

X. Savary, Service archéologie du département du Calvados

O. Maquaire, LETG-Caen Geophen

R. Davidson, LETG-Caen Geophen

G. Hulin, Inrap

Comment citer cet article : Adrien Dubois, « Fouille des tuileries de Barbery 2017 », dans Les Échos du Craham, 18/10/2017, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1381, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *