Le Craham aux Journées de la Société française d’ichtyologie

Les 17-18 et 19 mai la SFI, Société française d’Ichtyologie, tenait ses journées annuelles à la Station Marine de Concarneau (MNHN, Muséum national d’histoire naturelle). Depuis deux ans, la SFI a pris l’habitude de clore une des journées par une conférence en rapport avec l’univers de l’Ichtyologie, mais qui ne relève pas directement de ce domaine. C’est dans ce cadre que Samuel Iglesias (Maître de conférences à l’UMR BOREA, Biologie des Organismes et Ecosystèmes Aquatiques), organisateur de ces journées, a invité des membres du groupe Ichtya à présenter leurs travaux, dont il avait eu connaissance par la lecture du Livre des Poissons de l’Hortus Sanitatis.

Logo de la société française d'ichtyologie

Logo de la société française d’ichtyologie

Catherine Jacquemard et Brigitte Gauvin se sont donc rendues à Concarneau. Elles ont assisté aux conférences de la journée du jeudi, portant soit sur des espèces précises (« Traits d’histoire de vie des juvéniles de bar dans des habitats côtiers de l’ouest de la Manche »), soit sur des problèmes liés à l’environnement et la sauvegarde du milieu marin (« Programme d’observation des pêches dans l’océan Indien Sud et valorisation scientifique »). À la mi-journée ont eu lieu une visite de la station marine et, le soir, une visite de la Criée de Concarneau.

La conférence Ichtya s’est déroulée en deux temps : tout d’abord une présentation du projet Ichtya, de l’ensemble des travaux menés et des perspectives de recherche ; ensuite une présentation de ce qu’est un texte savant médiéval et du travail que les philologues mènent sur ce support pour le rendre accessible à un public non spécialiste. Cette présentation, très appréciée visiblement des spécialistes d’ichtyologie, a donné lieu à des échanges nourris, notamment sur les problèmes de transmission d’informations à travers les siècles et les difficultés qu’il y a à identifier les animaux à partir de leurs appellations souvent fluctuantes.

Cette rencontre chaleureuse a débouché sur des propositions de collaboration dont certaines sont déjà actives : certains ichtyologues qui travaillent sur des espèces spécifiques (ange de mer) sont demandeurs des sources anciennes que les philologues peuvent fournir et traduire pour connaître quel discours a été tenu sur l’animal depuis l’Antiquité ; inversement, d’autres se sont proposés pour suggérer des identifications d’espèces présentes dans les textes anciens ; enfin, un projet de collaboration est envisagé autour de l’édition d’un texte rare sur les poissons du Portugal.

Liens

Comment citer cet article : Craham, « Le Craham aux Journées de la Société française d’ichtyologie », dans Les Échos du Craham, 29/06/2017, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/1276, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *