Ritualiser, gérer, piller : réouvertures de tombes et manipulation des ossements (10, 11, 12 mai 2017 – Poitiers) | Compte-rendu de la 9e Rencontre du Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire

Après l’inhumation, l’intégrité de la sépulture peut être perturbée de multiples manières et notamment par l’intervention des vivants. En dépit du fait que la gestion de l’espace funéraire puisse être parfois responsable de ces bouleversements, elle n’est pas la seule raison poussant les hommes à remanier les tombes. Selon les lieux, les périodes et les espaces d’inhumation, les motivations sont très diverses. Les professionnels de l’archéologie sont régulièrement confrontés à ces remaniements dont l’interprétation est souvent fortement dépendante des conditions de fouille, des méthodes appliquées à l’étude des sépultures ainsi que des connaissances apportées par d’autres types de sources (sources écrites, ethnographiques, etc.).

L’objectif de la 9e Rencontre du Gaaf était d’ouvrir les discussions sur les remaniements de sépultures en s’interrogeant sur les motivations des vivants et les moyens dont dispose l’archéologue pour parvenir à leur compréhension.

Les discussions se sont articulées autour de trois sessions abordant chacune un type de réouverture sépulcrale :

  • Session 1 : le pillage des sépultures
  • Session 2 : la gestion de l’espace funéraire
  • Session 3 : les pratiques cultuelles

La première journée a débuté par une introduction réalisée par Mme Cécile Treffort (CESCM), suivie de l’ouverture de la session consacrée au pillage des sépultures. Les communications sont revenues sur la variété de la pratique selon les époques, la difficulté à comprendre parfois la motivation des vivants et notamment la sélection du mobilier prélevé. L’enregistrement sur le terrain des bouleversements sépulcraux, ainsi que leur traitement en post-fouille, ont également fait l’objet de discussions. Grâce à l’utilisation d’exemples concrets d’actes de pillage, les intervenants ont réussi à démontrer l’importance du phénomène, notamment pour la période altomédiévale, et la nécessité de mettre en place des outils adaptés de collecte et d’analyse des données sur le terrain et en laboratoire. En outre, les différentes communications ont souligné le besoin d’harmoniser le vocabulaire employé pour désigner ces actes, chacun parlant tantôt de pillage et de violation, tantôt de perturbation et de remaniement.

La question du pillage des sites archéologiques a été évoquée lors de deux communications. Dans le premier cas, le saccage d’une chapelle médiévale dans le but de découvrir un trésor a permis d’illustrer de manière concrète le suivi juridique d’une telle situation, depuis la constatation des faits jusqu’à la condamnation des responsables. Dans la seconde communication, une réflexion a été engagée sur la meilleure manière de lutter contre les découvertes effectuées à l’aide de détecteurs à métaux.

La deuxième journée a été l’occasion de revenir sur les bouleversements causés par la gestion de l’espace funéraire, et plus spécifiquement sur les perturbations observées dans des contextes spécifiques comme les sépultures collectives du Néolithique, les catacombes paléochrétiennes de Rome ou encore les fosses collectives et cimetières modernes et contemporains en lien avec des génocides ou des guerres civiles. Dans chacun des cas présentés, les archéologues se sont trouvés confrontés à des problématiques inattendues et parfois complexes. Par exemple, comment optimiser, en contexte préventif, l’enregistrement d’une sépulture contenant 4, 10 voire 65 individus ? Ce type de situation n’est pas toujours attendu par l’anthropologue et l’oblige à mettre en place très rapidement un protocole de fouille adapté à ces sépultures. De la méthode d’enregistrement adoptée sur le terrain dépend en grande partie l’interprétation de ces structures (dynamique de dépôt, période(s) d’inhumation, profil biologique des défunts…).

La présentation de charniers et de sépultures récentes a permis de revenir sur des problématiques auxquelles les anthropologues d’aujourd’hui sont de plus en plus confrontées, telles que la charge émotionnelle des vivants (voire des survivants) lors de la fouille de ces ensembles ou encore la législation très spécifique pouvant accompagner ces actions.

Lorsque les vestiges osseux sont absents, dans quelle mesure est-il possible d’appréhender la perturbation d’une sépulture ? Un exemple a été donné par l’étude des inscriptions païennes découvertes dans la nécropole de Saint-Pierre-et-Marcellin à Rome. La lecture de ces traces épigraphiques a mis en évidence les multiples réouvertures et réutilisations des tombes, phénomènes non perceptibles par la simple étude des structures funéraires vides de tout ossement.

La troisième et dernière journée s’est intéressée au phénomène de récupération et de manipulation d’ossements en lien avec des pratiques cultuelles, souvent complexes à caractériser. Dans ce domaine, l’approche pluridisciplinaire est indispensable pour apporter de nouveaux éclairages et ouvrir des pistes de réflexion. Au cours de cette session, l’interprétation de ces bouleversements par les archéologues, les anthropologues, les historiens ou encore les ethnologues a mis en avant la difficulté d’une telle tâche, surtout pour les périodes les plus anciennes. La variété des pratiques est également apparue. Elle montre le danger de vouloir uniformiser la lecture de ces actes, en mettant souvent de côté la complexité de l’être humain en matière de gestion de ses propres morts.

Les différentes communications ont également abordé la question du regard de l’homme, selon sa culture et sa religion, sur la réouverture d’une tombe. Si l’intégrité du squelette est indispensable pour la survie du défunt et sa mémoire dans le judaïsme, cela n’est pas le cas chez les chrétiens où la dispersion d’un corps ne représente pas d’obstacle à sa résurrection. Dans notre société moderne, la loi encadre et protège le corps du défunt. Toutefois, ce qui est légal n’est pas nécessairement acceptable pour les vivants. Malgré une certaine banalisation de la mort de nos jours, certains actes réalisés (exhumations, réduction des corps…) dans les cimetières continuent de heurter les vivants.

Ces trois jours de discussions et d’échanges se sont achevés sur une conclusion d’Henri Duday (PACEA, CNRS) nous invitant à nous questionner sur le vocabulaire, sur la lisibilité dans le paysage et l’accessibilité de la tombe en vue de sa réouverture, mais aussi à poursuivre nos réflexions sur la motivation de ces pratiques (profanation, acte cultuel, pillage, transfert…).

 

A heap bones in the cemetery [necropolis Cristobal Colon], Havana

Comment citer cet article : Craham, « Ritualiser, gérer, piller : réouvertures de tombes et manipulation des ossements (10, 11, 12 mai 2017 – Poitiers) | Compte-rendu de la 9e Rencontre du Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire », dans Les Échos du Craham, 29/06/2017, [en  ligne] http://craham.hypotheses.org/1270, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *